Bitcoin : des opportunités derrière la logique spéculative

Les monnaies virtuelles ont la côte. En franchissant récemment la barre symbolique de 10.000 dollars pour un Bitcoin, avec une progression de plus de +1.000% en moins d’un an, la crypto-currency affole les analystes financiers autant qu’elle soulève des questions.
Par Sébastien Lambotte

Marco Houwen, Project Lead – Infrachain Initiative ©Luxembourg Internet Day 2017

Il n’y a pas si longtemps, les monnaies virtuelles, souvent incomprises, étaient largement décriées. Aujourd’hui, ceux qui ont hésité à investir nourrissent des regrets. Derrière cet engouement, à défaut de pouvoir prédire avec certitude l’évolution du cours de la monnaie, d’autres enjeux apparaissent en lien avec l’adoption d’une technologie prometteuse : la blockchain.

Marco Houwen, vous qui participez à de nombreux développements en lien avec la blokchain et qui observez cette technologie depuis le début, comment analysez-vous cet engouement autour du Bitcoin ?

L’engouement ne se limite pas au Bitcoin, qui est finalement la grand-mère des monnaies virtuelles. Dans son sillage, de nombreuses autres monnaies ont vu le jour et suscitent un engouement réel. Je laisserai à chacun le soin de spéculer sur l’évolution du cours du Bitcoin. En la matière, les appréciations divergent. Il y a, comme derrière toute logique spéculative, des opportunités et des risques. Comme c’est le cas pour toute autre classe actif à risque, des investisseurs dans les monnaies virtuelles peuvent connaître des corrections de valeur de temps en temps. Aujourd’hui, cependant, on constate une réelle reconnaissance pour ces crypto-currencies. Le battage médiatique autour de leur évolution fait que, désormais, même des acteurs institutionnels diversifient leur portefeuille d’investissements en achetant du Bitcoin. Et quand eux investissent dans cette forme de monnaie, ils le font avec des millions, dopant le cours par la même occasion.

La reconnaissance des crypto-monnaies s’explique donc essentiellement par l’évolution positive du cours. Et cela durera jusqu’au jour où il chutera. Est-ce que c’est une bulle ? Difficile à dire, mais probablement. Est-ce que c’est grave ? Non. Comme pour toutes évolutions technologiques, la courbe d’adoption connait des hauts et des bas.

Mais les évolutions technologiques autour de la blockchain, derrière les monnaies virtuelles, profitent-elles de cet engouement ?

Je pense qu’il faut voir à plus long terme, au-delà de l’engouement autour du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles. Cela ne durera qu’un temps. On voit actuellement des analyses financières folles, impliquant des risques énormes. Il y a aussi des questions technologiques à prendre en considération. Le Bitcoin n’étant pas régulé, résistera-t-il à diverses formes de pression. On peut par exemple se demander ce qui se passerait si, demain, la plupart des nœuds de validation étaient inaccessibles ? Si, au lieu de quelques minutes, le temps nécessaires à valider une transaction passait à dix jours ? L’appréciation de ces risques, par contre, participent à l’amélioration des logiques qui sous-tendent le fonctionnement des monnaies virtuelles.

Quels sont les enjeux en la matière ?

Au-delà du hype, si l’on regarde par exemple la frénésie récente autour de l’ICO (pratique de levée de capitaux en actifs numériques) et les premiers retours de bâtons émanant des régulateurs, il y a lieu de réfléchir à des approches soutenables, intégrant les bonnes pratiques en matière de KYC, assurant de connaître l’identité des investisseurs et des porteurs de projets. Finalement, on se rend compte que les développements réalisés autour de la blockchain, des monnaies virtuelles, peuvent prendre différentes formes. Tout cela contribue à une adoption progressive.

Infrachain, que vous développez, pourrait-elle supporter des monnaies virtuelles plus fiables ?

Ce n’est pas forcément sa vocation. Cela dit, oui, des promoteurs de monnaies virtuelles pourraient évidemment s’appuyer sur l’infrastructure de nœuds certifiés. Nous menons des discussions avec des acteurs à ce sujet. De nombreuses autres applications sont possibles. Dans l’industrie alimentaire, la blockhain permet par exemple une traçabilité, fiable, inaltérable, de chaque ingrédient entrant dans la composition d’une barre chocolatée. Le consommateur profite d’une transparence absolue. De telles choses étaient inimaginables jusqu’alors. C’est un cas d’usage parmi de nombreux autres modèles à imaginer. La blockchain crée un environnement de confiance permettant de nouveaux développements, bien éloignés des monnaies virtuelles qui captent actuellement largement l’attention générale. Nous n’en sommes qu’au début. Je compare toujours le stade actuel d’adoption de la blockchain à celui de l’Internet il y a 20 ans. A l’époque aussi, la technologie était regardée avec méfiance. Aujourd’hui, pour effectuer quantité d’opérations de la vie quotidienne, on ne peut plus s’en passer.

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *