BREXIT : Pourquoi miser sur le Luxembourg ?

Si le Grand-Duché et ses acteurs parviennent à se positionner stratégiquement, le Brexit et ses effets  peuvent se révéler être une belle opportunité pour le pays.

Si le Grand-Duché et ses acteurs parviennent à se positionner stratégiquement, le Brexit et ses effets  peuvent se révéler être une belle opportunité pour le pays. Des sociétés britanniques désireuses de maintenir  le lien avec le marché unique seraient avisées de considérer l’offre luxembourgeoise.  D’autre part, pour développer une activité en Europe, les acteurs internationaux ne considèrent  désormais plus Londres comme leur première destination.
Par Alexander Duwaerts
Article paru dans l’ITnation mag en Juin 2017

Alexandre Duwaerts
Director Client Development – EBRC

Deux ans, c’est le temps qu’il reste au Royaume-Uni et à l’Union européenne pour définir les modalités d’un monde post-Brexit. Aujourd’hui, une incertitude importante plane sur le futur des relations entre les Britanniques et les Européens. Les acteurs économiques, en premier lieu, tentent de se repositionner, afin de poursuivre le développement de leurs activités sur le continent. Et parce qu’il est aujourd’hui impossible de connaître les contours des futurs accords d’échange, beaucoup envisagent de développer des positions de notre côté de la Manche, afin de conserver un accès simplifié au marché unique.

Chaque semaine, je rencontre de plus en plus d’acteurs désireux de développer leurs activités au départ de Francfort, Paris, Amsterdam, Dublin… ou Luxembourg. Pourtant, malgré l’importance de sa place financière, le Grand-Duché est encore méconnu en tant que première place envisagée pour développer une activité en Europe. Dans nos démarches de prospection, encore et toujours, il faut d’abord valoriser le Luxembourg avant de déployer les arguments justifiant l’opportunité de s’y installer. Trop souvent encore, le pays est perçu à la lumière de vieilles pratiques d’optimisation fiscale. Aujourd’hui, ce sont ses arguments-clés telles que ses infrastructures de pointe, sa connectivité, son environnement multiculturel et son influence au cœur du plus dense territoire économique de l’Union, qui doivent être mises sur le devant de la scène.

Convainquons donc nos interlocuteurs de venir découvrir le pays, puis nos infrastructures. Généralement, à leur grande surprise, ils prennent la mesure des atouts de la place. Bien sûr, Luxembourg pourra profiter des retombées positives liées au Brexit. Mais il est essentiel, dans ce cadre, d’intensifier les efforts pour positionner le pays à côté des grandes places européennes. EBRC, par exemple, vient d’officialiser un partenariat avec Migsolv (UK) proposant des services de colocation, pour mieux accompagner les sociétés au départ de l’Angleterre dans leur projet de migration vers le continent. C’est à nous, comme à d’autres acteurs dans leurs domaines respectifs, en renforçant notre présence, de positionner la place luxembourgeoise et de faire valoir ses atouts.

Nombreux sont les arguments permettant de convaincre les sociétés étrangères de développer leurs activités européennes à partir du Luxembourg. Le premier réside dans la langue du business. Les acteurs qui découvrent le Luxembourg apprécient particulièrement l’accès aisé aux autorités et interlocuteurs-clés pour le développement de leur business. Ils y retrouvent l’intégralité de l’écosystème de leurs grands partenaires d’affaires – avocats, consultants, banques,… – qu’ils connaissent déjà mais dont ils ignoraient souvent l’enthousiasme suscité par leur pays. La solidité de ce tissu est propice au business. Aussi, Luxembourg est une capitale internationale, à la frontière des cultures germanique et latine. On y parle de nombreuses langues et l’anglais est la langue utilisée par tous, ce qui est moins évident à Paris ou Francfort. Un autre  argument à avancer réside dans le fait que le Luxembourg dispose d’infrastructures de qualité et d’une connectivité parmi les meilleures d’Europe.

Nous sommes aujourd’hui compétitifs par rapport à des places comme Francfort, Paris ou Amsterdam. A nous de le faire savoir et d’amener les sociétés à considérer le Luxembourg par rapport à d’autres places pour le développement de leur business. Des organisations britanniques, certainement, mais aussi d’autres sociétés internationales qui, par le passé, envisageaient plus volontiers le développement de leurs activités en Europe au départ de Londres, désormais remise en cause.

Il est entendu que toutes les entités économiques ne quitteront pas la City. Une partie de l’activité restera londonienne, souvent d’ailleurs le cœur de l’activité. Mais la donne change, c’est donc en bonne coopération que nous devons accompagner les acteurs, leur permettre, avec des petites équipes, de poursuivre leur développement depuis le Luxembourg. C’est ce que nous souhaitons leur offrir à travers un accompagnement de qualité, répondant le plus largement à leurs besoins IT et au-delà. Nous voulons qu’à travers EBRC, ils puissent envisager la meilleure manière de maintenir le lien avec l’Europe.

D’autre part, si nous voulons convaincre, nous devons le faire pour des acteurs bien ciblés, dans la FinTech notamment, mais aussi dans des domaines pour lesquels le Luxembourg a beaucoup investi ces dernières années : la Bio-Tech, les Sciences de la Vie, la Santé, l’Espace… C’est en bonne intelligence que nous parviendrons à profiter des opportunités liées au Brexit.