Connecter les e-commerçants chinois au marché européen

La société FinTech PingPong a choisi Luxembourg et EBRC pour déployer sa plateforme de paiement européenne.

danielle_kuhn
Danielle Kuhn, Chief Operating Officer, PingPong Finance

Permettre aux acteurs chinois de vendre leurs produits à travers les plateformes e-commerce du monde entier, c’est l’objectif que poursuit PingPong. Sa solution technologique permet de collecter simplement les paiements avant de les acheminer à moindre coût jusqu’en Chine. La société FinTech a choisi Luxembourg et EBRC pour déployer sa plateforme de paiement européenne.

En ce début d’année, Luxembourg a accueilli une nouvelle FinTech. Celle-ci se distingue des nombreuses autres jeunes sociétés financières innovantes par son positionnement. PingPong est née en Chine, pour servir les acteurs de l’Empire du milieu qui souhaitent vendre leurs produits via des plateformes e-commerce actives dans le monde entier. « Nous sommes là pour offrir à nos clients chinois la possibilité de vendre plus facilement à travers le monde, en nous appuyant sur un service de paiement efficient, rapide, accessible », assure Danielle Kuhn, Chief Operating Officer de PingPong Finance.

Nouvelles opportunités commerciales

holly_flocker
Holly Flocker, Chief Risk Officer and Head of Legal de PingPong

L’ambition poursuivie par ce jeune acteur FinTech n’est autre que de permettre aux acteurs économiques chinois de mieux commercer avec le monde. L’enjeu n’est pas négligeable.
La Chine est aujourd’hui l’un des plus grands producteurs de marchandises au monde. Et PingPong veut permettre aux nombreux manufacturiers chinois d’accéder à de nouveaux marchés, de vendre plus facilement à l’international, en facilitant les relations et les échanges commerciaux avec leurs partenaires.

Pour des entreprises de petite et moyenne envergure, ouvrir un compte en banque à l’étranger peut être compliqué. Dès lors, commercer avec le monde et s’assurer de récolter le fruit de ses ventes peut s’avérer complexe. « Dans ce contexte, nous souhaitons permettre à nos clients, des marchands établis en Chine, d’accéder au système bancaire global et de disposer des garanties indispensables pour opérer des transactions, poursuit Holly Flocker, Chief Risk Officer and Head of Legal de PingPong. Pour y parvenir, il faut pouvoir tenir compte de la réglementation en vigueur en Chine, avec ses nombreuses spécificités, et se connecter aux divers marchés internationaux, qui fonctionnent eux aussi selon des règles bien établies et variées. »

Collecter les paiements et les acheminer

C’est en Chine que se trouvent les clients de la plateforme technologique de paiement mise en œuvre par
la start-up. La maison mère de PingPong est stratégiquement située à Hangzhou, première capitale chinoise d’e-commerce. La FinTech collecte les paiements effectués à l’étranger avant de les acheminer le plus rapidement et simplement vers ses clients. « Nous servons aujourd’hui des dizaines de milliers d’entreprises ou entrepreneurs individuels établis en Chine ou à Hong-Kong », indique Danielle Kuhn.

Bien évidemment, la Chine n’a pas attendu PingPong pour commercer avec le monde. Toutefois, du point de vue de la FinTech, les possibilités d’améliorer les relations commerciales et le processus de paiement sont considérables. La technologie permet aujourd’hui de simplifier les échanges tout en offrant de meilleures garanties aux clients. «Notre volonté, en consolidant nos positions au départ de notre expertise et en nous appuyant sur la technologie, est d’assurer le suivi des paiements pour des frais moindres, inférieurs ou égaux à 1% des montants échangés. Nous facturons uniquement des frais liés
au montant de la transaction effectuée, rien d’autre. Pas de frais cachés donc », assure Danielle Kuhn.

Après les USA, l’Europe

Si PingPong vient de s’installer au Luxembourg, cela fait de nombreux mois que la jeune société FinTech a entamé son développement international. PingPong a d’abord ouvert des bureaux aux Etats-Unis, afin de connecter le marché américain avec la Chine. Aujourd’hui, la société est présente à NewYork et à San Francisco. Les Etats-Unis, avec ses nombreux consommateurs connectés, constituent un marché prioritaire pour la Chine. « Nous travaillons avec des partenaires bancaires aux Etats-Unis, pour plus facilement collecter les paiements effectués et assurer leur transfert vers nos clients », commente Danielle Kuhn.

Après les Etats-Unis, PingPong, qui occupe actuellement 80 employés à travers le monde, a souhaité ouvrir d’autres marchés à ses clients. « Nos clients ont largement exprimé le souhait de voir se développer une plateforme similaire en Europe, afin d’ouvrir de nouveaux canaux entre la Chine et le vieux continent, assure Danielle Kuhn. Ils voient en Europe un marché important. »

Le Luxembourg, bien connecté avec la Chine

Aux yeux de PingPong, pour plusieurs raisons, le Luxembourg s’est imposé comme la place idéale pour y déployer cette nouvelle plateforme. « Les relations “business” entre la Chine et le Luxembourg sont déjà solides. Plusieurs banques chinoises ont choisi de s’établir au Grand-Duché. Une coopération saine entre nos deux pays conduit à un alignement business intéressant. D’autre part, le cadre réglementaire en place est favorable et la CSSF accueille ave couverture. A l’écoute, elle nous a orienté dans nos démarches. Enfin, le Luxembourg dispose d’un vivier de compétences adaptées. Au-delà de la place financière, de nombreuses entreprises y sont actives dans l’e-commerce et le paiement. »

EBRC, pour déployer la plateforme et gérer l’infrastructure

Depuis le Luxembourg, PingPong agira en tant qu’établissement de paiement.
Sa plateforme technologique sera hébergée au sein d’EBRC. Elle s’appuiera en outre sur des services du cloud provider européen pour assurer le volet opérationnel de ses services. « Nous avons trouvé, au sein d’EBRC, de nombreuses compétences utiles pour appuyer notre développement à l’échelle de l’Union Européenne. A travers ses services, l’opérateur a été en mesure de nous offrir toutes les assurances à l’égard de nos besoins, et notamment des garanties en matière de sécurité, de disponibilité et de performance », assure Danielle Kuhn.

PingPong a opté pour un cloud privé hébergé dans les data centres d’EBRC.
« C’est EBRC qui déploiera l’infrastructure initiale et sera chargée de la maintenir. Dans une optique Managed Services, EBRC sera amenée à développer des liens étroits avec nos équipes pour garantir l’efficience de notre plateforme et de nos services », explique Danielle Kuhn. EBRC accompagne les acteurs financiers et FinTech depuis de nombreuses années. « L’expertise sur place, confirmée par les nombreux agréments et certifications dont dispose EBRC, nous assure de répondre aux exigences réglementaires en vigueur, précise Holly Flocker. Ce partenariat permet un déploiement rapide de notre plateforme et de réunir facilement les éléments en vue de l’obtention de la licence d’établissement de paiement, indispensable pour opérer.

La donnée, sa gestion, sa protection et son traitement sont évidemment des éléments critiques pour notre activité. Une plateforme technologique robuste et des processus optimisés sont essentiels pour garantir le meilleur service à nos clients. »

Une équipe d’une dizaine de personnes à Luxembourg

Assurée que la plateforme présente une haute disponibilité, que les enjeux de sécurité et de protection des données sont couverts, PingPong peut se concentrer sur son core business.
« Depuis notre bureau de Luxembourg, une équipe garantira l’administration
de la société, en particulier les enjeux de la conformité et le suivi comptable et financier, développe Danielle Kuhn. Le bureau intégrera aussi une équipe R&D, dont l’objectif sera de mettre en œuvre de nouveaux services en lien avec les besoins de nos clients et de veiller à l’optimisation des coûts et des opérations. A l’issue du premier trimestre, PingPong devrait avoir constitué une équipe d’une dizaine de personnes, amenée à grandir au fur et à mesure que nous gagnerons des parts de marché. »