Un consommateur sur trois utilisant des technologies numériques a recours aux FinTech

Selon la dernière édition du FinTech Adoption Index publié par EY à l’échelle mondiale, le taux d’adoption des technologies financières a fortement augmenté au cours des 18 derniers mois, ces technologies étant vouées à être largement adoptées.

Selon la dernière édition du FinTech Adoption Index publié par EY à l’échelle mondiale, le taux d’adoption des technologies financières (FinTech) a fortement augmenté au cours des 18 derniers mois, ces technologies étant vouées à être largement adoptées. En effet, 33% en moyenne des consommateurs utilisant des services numériques dans les 20 pays couverts par l’étude d’EY utilisent désormais les FinTech.

Cette étude, conduite auprès de consommateurs ayant recours à des services numériques et basée sur 22.000 entretiens en ligne dans 20 marchés, souligne le rôle moteur des marchés émergents dans l’adoption de ces nouvelles technologies. En effet, le taux d’adoption en Chine, en Inde, en Afrique du Sud au Brésil et enfin au Mexique est de 46% en moyenne.

L’étude met en exergue les taux les plus élevés d’adoption des FinTech, enregistrés plus particulièrement en Chine et en Inde, atteignant respectivement 69% et 52%. Les sociétés FinTech rencontrent un succès certain dans ces pays, plus particulièrement quand il s’agit de proposer des services dans des secteurs déjà sensibilisés à la technologie mais aussi dans d’autres, financièrement mal-desservis.

Le Royaume-Uni a également enregistré une croissance significative, les taux d’adoption y étant désormais de 42%.

Les services de paiement et le secteur de l’assurance sont les moteurs de l’adoption

Le FinTech Adoption Index d’EY évalue les services proposés par les organisations actives dans le secteur des FinTech et les classe dans 5 grandes catégories, à savoir : les services de transfert d’argent et de paiement, la planification financière, l’épargne et les investissements, l’emprunt et les assurances. L’Index révèle également la position de leader des services de transfert d’argent et de paiement en matière d’adoption des FinTech, à savoir à hauteur de 50% en 2017, sur base des consommateurs sondés. 88% des sondés ont indiqué envisager l’utilisation future des FinTech pour ce type de service. Les nouveaux services qui ont contribué à cette forte poussée incluent notamment les banques accessibles seulement en ligne et les paiements à la caisse via la téléphonie mobile.

L’adoption de ces technologies dans le secteur de l’assurance a également fortement progressé, passant du secteur recourant le moins aux services de FinTech en 2015 au deuxième ayant le plus de succès en 2017, atteignant désormais 24%. Selon l’étude, cette progression est en grande partie due au développement de technologies telles que les systèmes de télématique et les systèmes portables (aidant les sociétés d’assurance à mieux calculer les probabilités en matière de réclamations) ou bien plus spécifiquement à l’apparition et la croissance de sites de comparaison de qualité.

Gaël Denis, à la tête du département FinTech d’EY Luxembourg, commente: « Les FinTechs ont le vent en poupe dans les marchés mondiaux et ont passé le premier cap d’une adoption massive dans la plupart des pays. En effet, le FinTech Adoption Index d’EY souligne l’utilisation régulière des FinTechs par un consommateur sur trois en moyenne. Les FinTechs, plus particulièrement dans la sphère des paiements et de l’assurance, ont été couronnées de succès en s’appuyant sur ce qu’elles font le mieux, à savoir l’utilisation de la technologie de manière novatrice et en ciblant précisément le client. La période est réellement critique pour les sociétés de services financiers traditionnelles. Si elles ne l’ont déjà fait, elles doivent très vite réévaluer leurs modèles d’entreprises afin de s’assurer de toujours répondre aux besoins de leurs clients, en rapide évolution. Ce bouleversement causé par l’apparition des FinTechs n’est plus un risque, il s’agit désormais d’une réalité indiscutable ».

Les utilisateurs de FinTechs ont également recours à l’économie solidaire ainsi qu’aux services à la demande

Toujours selon l’étude, 40% des utilisateurs de FinTechs utilisent régulièrement les services à la demande (par exemple, la livraison de denrées alimentaires) alors que 44% des utilisateurs des FinTechs contribuent régulièrement à l’économie solidaire (par exemple, le covoiturage). A contrario, 11% seulement des utilisateurs n’ayant pas recours aux Fintechs utilisent régulièrement l’un de ces services.

La tranche d’âge la plus susceptible d’utiliser les FinTechs sont les millennials, âgés de 25 à 34 ans, suivis des 35 – 44 ans. En effet, l’étude a révélé une utilisation plus aisée de la technologie par cette tranche d’âge ainsi que son recours à une large gamme de services financiers au fil des étapes clé franchies dans leur vie, à savoir, la fin de leurs études, le décrochage d’un emploi à temps plein, l’accès à la propriété et enfin à la parentalité.

Toutefois, l’adoption par les autres générations se généralise également : 22% des 45-64 ans utilisent des services numériques et 15% des personnes âgées de plus de 65 ans indiquent également avoir recours à des services FinTechs.

L’étude a également identifié une nouvelle tranche d’utilisateurs, le « super-utilisateur », ces individus utilisent cinq services FinTechs ou plus et comptent pour 13% des utilisateurs. Les « super-utilisateurs » considèrent généralement les sociétés FinTechs comme leur principal prestataire de services financiers.

L’adoption des FinTechs devrait croître pour atteindre les 52% à l’échelle mondiale

Selon le FinTech Adoption Index d’EY, l’adoption des FinTechs va poursuivre sa croissance dans les 20 marchés couverts par l’étude. Si l’on se base sur les intentions d’utilisation future des consommateurs, l’adoption des FinTechs devrait atteindre les 52% à l’échelle mondiale. Proportionnellement, les augmentations les plus significatives d’utilisation par les consommateurs sont attendues respectivement en Afrique du Sud, au Mexique et à Singapour.

Et Olivier Maréchal, à la tête du département Conseil en Services financiers, d’ajouter:
« Il y a ceux qui croient que les FinTechs peinent à transformer leurs innovations, et l’expérience client exceptionnelle qu’elles proposent en une adoption réelle par la clientèle ; le FinTech Adoption Index d’EY prouve le contraire.

Les FinTechs ne deviennent pas seulement des acteurs significatifs de l’industrie des services financiers, ils en dessinent également les futurs contours. Leurs nouvelles offres sont de plus en plus attractives pour les consommateurs et cette tendance se poursuivra avec la popularité grandissante de ces services, la disparition des inquiétudes inhérentes à la nouveauté et les nouveaux progrès technologiques. Les entreprises traditionnelles, qui peinent souvent à offrir une  expérience agréable personnalisée à l’utilisateur, vont sans aucun doute redoubler d’efforts pour rester compétitives. A mon avis, nous verrons de plus en plus une collaboration accrue entre entreprises traditionnelles et FinTechs».

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *