Le Luxembourg a le terrain pour accueillir Google

La balle est désormais dans les mains de Google, qui doit prendre une décision sur la mise en œuvre de cet investissement.

Si Google venait à s’installer au Luxembourg, ce serait donc bien à Roost. Selon les informations de RTL, ce mardi matin, tous propriétaires de la surface envisagée pour accueillir un data center du géant de Mountain View, auraient marqué leur accord pour céder leur terrain. La balle est désormais dans les mains de Google, qui doit prendre une décision sur la mise en œuvre de cet investissement. Par Sébastien Lambotte

La possibilité de voir Google s’implanter au Luxembourg aura constitué la saga de l’été. Si l’on ne peut pas encore affirmer aujourd’hui que l’acteur américain décidera d’installer son data center au Luxembourg, l’histoire connaitrait un premier dénouement. En effet, selon les informations de RTL, ce mardi matin, le dernier propriétaire de la parcelle du terrain qui pourrait accueillir l’infrastructure de Google aurait accepté de la céder.

L’enjeu était de trouver un terrain de 30 ha

Jusqu’alors, une incertitude planait sur la capacité même du Luxembourg à accueillir cet investissement évalué à un milliard de dollars, soit le plus important jamais réalisé au Grand-Duché par un acteur étranger.

L’enjeu était de pouvoir proposer au géant de Mountain View un terrain suffisamment grand pour lui permettre d’installer son data center. Libérer une surface de 30 ha au Luxembourg n’est en rien une affaire facile. En un temps record – la patience de Google ayant ses limites -, il a fallu trouver la surface adéquate, qui doit être bien connectée et approvisionnée en énergie, identifier les propriétaires du terrain ou leurs héritiers pour finalement les convaincre de renoncer à leur parcelle de territoire.

En attendant une décision de Google

C’est au ministère de l’Economie que Google avait confié cette mission. Plusieurs révélations au fil de l’été, et notamment une relative à l’ultimatum posée par Google, ont mis en évidence les difficultés rencontrées par le ministère accompagné dans sa tâche par l’Office du remembrement à trouver et convaincre les propriétaires.

Cette fois, en faisant preuve d’abnégation, ils y sont finalement parvenus. En convainquant les héritiers de ce la dernière parcelle de terrain, comme l’affirme RTL, les autorités luxembourgeoises ont mené à bien cette première mission. C’est donc à Roost, à la frontière de la zone industrielle de Klengbousbierg que Google pourrait éventuellement s’installer.

Enventuellement ? Oui, car rien n’est encore acquis. La décision finale de construire un data center au Luxembourg appartient au géant américain, seul. Celui-ci a simplement désormais toutes les cartes en main pour arrêter son choix.

La négociation devrait donc se poursuivre à un autre niveau, en attendant l’annonce d’une décision.