« Permettre à Pictet d’évoluer plus rapidement »

A Esch-Belval, Pictet Technologies est une société entièrement dédiée aux besoins en développement du groupe Pictet. Autour de Vincent Eggen, managing director, une équipe d’une cinquantaine d’ingénieurs, et qui ne cesse de grandir, veille à offrir à l’institution financière toute l’agilité requise au cœur d’une économie numérique. Il évoque avec nous les enjeux de transformation de ce groupe historique et le modèle original de cette structure établie au Luxembourg.

Vincent Eggen, Managing Director de Pictet Technologies

Mettant en œuvre les méthodes Agile à une échelle industrielle, Pictet Technologies, établi à Belval, doit permettre au groupe Pictet dans son ensemble de réagir plus vite et mieux aux transformations digitales en cours. Le défi est de taille. Après avoir discuté avec Vincent Eggen, Managing Director de Pictet Technologies, on comprend rapidement qu’il relève avant tout de l’humain plus que de la technologie. ⁃Article paru dans l’ITnation Mag Hiver 2017

Monsieur Eggen, en tant que Managing Director de Pictet Technologies, pouvez-vous nous présenter votre structure ?

Dans le cadre de son développement, le groupe Pictet s’est doté de sa propre software factory. Il faut bien comprendre ce que nous ne sommes pas, à savoir l’IT de Pictet. La gestion de l’information et des opérations du Groupe est toujours assurée par les équipes en interne. Par contre, Pictet Technologies se positionne comme un prestataire, extérieur au Groupe, mais ne travaillant que pour lui, en charge du développement applicatif. Nos collaborateurs travaillent en étroite collaboration avec les équipes IT du Groupe pour mettre en œuvre de nouveaux développements et assurer une livraison régulière et réactive de solutions, avec des garanties fortes d’efficience et de qualité, dans un mode industriel. Nous travaillons, dans cette optique, en étant alignés avec le Groupe, son IT, ses métiers, pour lui conférer la plus grande agilité. La volonté a été de se doter d’une réelle force de frappe, pour assurer la maintenance, le développement de l’environnement applicatif du Groupe et lui permettre d’innover.

Quelle est la mission qui vous a été confiée au départ ?

Symboliquement, en avril 2016, on m’a donné une clé, en me disant, « voilà Vincent, à toi de jouer et bonne chance ». Seul, au départ du Luxembourg, j’avais pour mission de mettre en place cette software factory dédiée au groupe Pictet. Pour le premier exercice, l’objectif était de recruter 30 collaborateurs. A la fin de l’année 2016, on commençait déjà à délivrer des développements software. Pour l’année 2017, l’objectif était d’atteindre 50 collaborateurs. A la fin de l’été dernier, nous avions atteint notre objectif avec quelques mois d’avance.

En matière de transformation digitale, quels sont les grands enjeux auxquels est confronté un groupe comme Pictet ?

Si l’on regarde en arrière, depuis 10 ans, les difficultés rencontrées par les acteurs de la finance avaient trait à la régulation, toujours plus stricte, toujours plus pesante. Dans ce contexte, Pictet avait déjà bien compris qu’il était possible de profiter d’avantages compétitifs si l’on était en capacité de s’adapter rapidement à chacune de ces régulations. Cet enjeu est toujours bien présent. A nous de travailler dans la continuité de ce qui a été entrepris jusque-là. L’autre volet, à côté des enjeux réglementaires, a trait à la digitalisation proprement dite de l’activité. Pictet a beaucoup investi en interne sur des solutions propres, avec un bon niveau d’intégration des systèmes utilisés par les différents métiers. Il faut désormais pouvoir mettre en œuvre de nouvelles solutions, pour optimiser les processus, rendre les équipes plus efficientes, mais aussi pour améliorer la relation client. Pictet Technologies vient soutenir la capacité des équipes à évoluer. Nous sommes le bras armé de Pictet, pour l’aider à se transformer encore plus rapidement et de la meilleure des manières.

Quelles sont les grandes tendances identifiées ?

Le banquier devient de plus en plus mobile. Il doit pouvoir disposer des outils lui permettant de rentrer plus vite et plus facilement en relation avec son client. La technologie, en outre, doit permettre de mieux comprendre et connaître son client. La vraie richesse d’une banque tient à la donnée qu’elle détient. Il faut pouvoir mieux l’exploiter, l’enrichir, pour offrir une relation et un service plus en ligne avec les nouvelles aspirations des clients. Transformer l’activité dans cette perspective implique de mener des réflexions au départ des processus existants. La réponse n’est pas technologique uniquement. Il faut permettre aux équipes, au niveau du Groupe, de comprendre chaque processus, sa finalité, pour voir comment il est possible de l’améliorer dans une approche « lean ».

Quelles sont vos exigences en matière de compétences ? Où allez-vous cherchez vos recrues ?

La volonté du groupe est d’investir durablement dans les talents. Plus que des candidats directement opérationnels, nous allons chercher des candidats avec l’ambition de les former. Nous nous considérons comme des découvreurs de talents. L’un de nos principaux critères de sélection réside dans la capacité d’apprendre de nos candidats. On tient aussi compte de l’envie de chacun de s’investir dans des projets, dans leur passion pour la technologie. Très vite, à travers un test de codage et des interviews techniques, on peut déceler chez un candidat son envie de nous épater. Nous sommes plus intéressés par un candidat avec un réel potentiel et une vraie passion que par un celui qui a une maitrise parfaite de la technique, mais aucun relief.

Découvrez l’intégralité du Grand Entretien de Vincent Eggen dans la nouvelle édition d’ITnation MAG.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *