theophile_gros_ey

Simplifier le système d’information décisionnel

La start-up luxembourgeoise Ellipsys, créée par Samuel Morin et Théophile Gros, offre une solution de simplification du système décisionnel des entreprises.

theophile_gros_ey
Théophile Gros, directeur associé et business developer d’Ellipsys

La start-up luxembourgeoise Ellipsys, créée par Samuel Morin et Théophile Gros, offre une solution de simplification du système décisionnel des entreprises. Elle permet d’améliorer les outils d’aide à la décision en optimisant les ressources nécessaires pour les alimenter. La start-up a intégré le programme EYnovation qui l’aide à grandir et à aller à la rencontre de ses clients. – Par Sébastien Lambotte

« Dans une banque, il y a des compteurs partout. Ils ont été déployés au fil du temps et des besoins en information, afin de permettre des meilleurs prises de décision », commente Théophile Gros, directeur associé et business developer d’Ellipsys. Cette start-up luxembourgeoise, cofondée avec Samuel Morin, qui occupe la fonction de directeur associé et de data scientist, se déploie au départ du Luxembourg. Elle a récemment rejoint le programme de soutien aux start-ups d’EY, baptisé EYnovation. « Les systèmes d’information décisionnels, dans le contexte d’une entreprise, ont tendance à se complexifier, si bien qu’ils deviennent difficiles à gérer. Des indicateurs continuent à être alimentés sans jamais être utilisés. Et personne ne souhaite prendre le risque de les supprimer ou de tarir la source de données. »

Simplifier de manière automatique

L’ensemble mobilise des ressources, tant en matière de calcul que de stockage. Les acteurs en charge de la gouvernance de la donnée, dont l’importance ne cesse de croître, se trouvent bien dépourvus face à ce qu’il convient de considérer comme un sac de nœuds tentaculaire. Avant de lancer Ellipsys, Samuel Morin exerçait la fonction d’auditeur des systèmes d’information décisionnels. Pour aider les acteurs à y voir clair, il a développé des routines et outils, afin de proposer des audits plus efficaces. « C’est tout ce savoir-faire qui a été rassemblé au sein d’une solution logicielle, poursuit Théophile Gros. Celle-ci permet de simplifier automatiquement les systèmes en place. Chez l’un de nos clients, nous sommes par exemple parvenus à supprimer 800 tableaux de bord décisionnels en une heure de temps. Ceux-ci étaient maintenus alors qu’ils étaient inutilisés ou s’appuyaient sur des données qui n’étaient plus mises à jour. Ils n’avaient plus aucune raison d’exister. »

Pour une meilleure gouvernance de la donnée

La solution mène un audit des données utilisées pour la production des divers tableaux de bord générés. Elle remonte la donnée, procède de manière automatique à la qualification de chacune des sources, parvient à identifier comment elle est construite, afin de pouvoir éliminer ce qui apparaît comme obsolète à partir d’éléments rationnels. « On parvient de cette manière à réduire le système décisionnel à sa portion congrue. Dans la finance mais aussi dans d’autres secteurs comme la distribution, 80% de ce qui est généré ne sert plus, poursuit Théophile Gros. Mais plus que de simplifier les systèmes décisionnels, notre solution permet de conformer la donnée de risque, autrement dit de s’assurer de la validité des indicateurs utilisés pour la calculer, comme l’exigent notamment les recommandations BCBS 239 émises par le comité de Bâle sur le contrôle bancaire. »

Se faire valoir avec EY

Aujourd’hui, Ellipsys a éprouvé sa solution au sein d’institutions importantes comme la BGL BNP Paribas, au sein de la Banque Européenne d’Investissement ou encore au niveau de l’enseigne de grande distribution Cora. « Un de nos objectifs est de poursuivre notre développement. Après avoir effectué une première levée de fonds, nous souhaitions pouvoir compter sur une société capable de nous accompagner dans notre développement. Le programme EYnovation, que nous avons intégré en août dernier, répond à nos attentes en la matière, poursuit Théophile Gros. Nous sommes un petit acteur, qui doit pouvoir s’adresser à des organisations d’envergure. »

 

Accéder aux clients du cabinet de conseil

EY, qui rassemble une large variété de compétences, peut accompagner le développement de la start-up tout en lui faisant profiter de son réseau, de ses spécialistes, de ses contacts à l’échelle internationale ainsi que de l’accès aux événements et conférences organisés par EY ou auxquels le cabinet participe. Le programme permet à la start-up d’accéder aux ressources du cabinet de conseil selon ses besoins. « En outre, notre solution peut répondre à des défis que rencontrent certains clients d’EY. Nous développons des produits et des approches qui peuvent les intéresser. Le cabinet, en nous acceptant, se dit convaincu par notre solution. Dès lors, il peut la pousser plus volontiers auprès de ses clients. »

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *