4 tendances digitales qui conduiront à la prochaine disruption

Ne pas manquer la prochaine disruption digitale, quel que soit le secteur d’activité dans lequel on évolue, exige d’avoir conscience des tendances qui transforment notre environnement. Entretien avec Olivier Lemaire et Gabriel De Maigret, respectivement TMT (Telecom, Media and Technology) Practice LeaderPartner et TMT Senior Manager au sein du cabinet EY.

EYNe pas manquer la prochaine disruption digitale, quel que soit le secteur d’activité dans lequel on évolue, exige d’avoir conscience des tendances qui transforment notre environnement. Entretien avec Olivier Lemaire et Gabriel De Maigret, respectivement TMT (Telecom, Media and Technology) Practice LeaderPartner et TMT Senior Manager au sein du cabinet EY.

Par Sébastien Lambotte

En matière de disruption digitale, on peut observer quatre grandes tendances :

  1. L’accélération du rythme d’innovation technologique

« Il y a dix ans seulement, le drone était considéré appartenir à la science-fiction, commente Gabriel De Maigret. Aujourd’hui, la technologie trouve des applications dans le monde agricole, permettant des gains de productivité, ou encore dans l’aviation civile. Puis, une fois quelques obligations réglementaires satisfaites, il est probable que les drones soient en mesure d’assurer la livraison de colis, en commençant par des zones mal desservies. » Ce qui était inimaginable il y a encore quelques années devient désormais réalité. Et cette accélération a tendance à se renforcer. « Dans ce contexte, le défi qui attend les acteurs économiques est d’opérer une veille technologique permanente et d’imaginer comment l’innovation décelée pourrait mieux servir le business », explique Olivier Lemaire.

  1. Des schémas bouleversés

Hier, la technologie supportait le business. Désormais, elle le transforme. « Les schémas qui prévalaient par le passé sont bouleversés par l’utilisation qui est faite de la technologie. Et c’est tout le tissu socio-économique qui évolue », poursuit Gabriel De Maigret. Les cas Uber et Airbnb constituent la partie émergée de l’iceberg, en cristallisant certaines tensions. Un mouvement bien plus profond s’opère et ce n’est qu’un début. « On a encore du mal à percevoir les transformations qui seront induites par des technologies comme l’impression 3D par exemple, qui pourrait redéfinir les modèles de production et de distribution des biens, ou encore de l’intelligence artificielle. Les objects connectés, la wearable technology sont appelés à avoir aussi d’importantes conséquences sur nos vies. »

  1. Le « mindset » du client évolue

« Les évolutions technologiques transforment le mode de pensée des clients. Ils sont par exemple de moins en moins fidèles à une marque. Ils sont aussi plus impliqués dans la relation avec la marque ou le service. Airbnb est ainsi devenu le plus grand service d’hébergement, alors qu’il ne dispose d’aucun bien immobilier. Facebook est le premier éditeur de contenu au monde, alors qu’il n’en produit quasiment pas, commente Gabriel De Maigret. Autre tendance : le consommateur cherche moins à posséder. Le succès des services en streaming en est la meilleure preuve. Les entreprises doivent donc tenir compte de ces évolutions pour repenser leur business model. »

  1. La donnée, vecteur essentiel de création de valeur

Le nombre de données échangées par jour croît de manière exponentielle. « Si cela induit de nouveaux risques liés à la sécurité de la donnée, il en découle aussi des opportunités à mieux traiter, analyser, monétiser l’information dont on dispose, commente Olivier Lemaire. Au départ d’une quantité toujours plus importante de données, on peut apprendre à mieux servir et satisfaire le client, à anticiper ses besoins. Il y a là un enjeu clé en matière de compétitivité. »

L’entreprise doit se réaligner en permanence

Dans cet environnement changeant, les acteurs doivent parvenir à se positionner, pour ne pas manquer le prochain tournant. « Les grandes entreprises doivent devenir plus agiles et, pour cela, se rapprocher des start-ups, les accompagner, assure Olivier Lemaire. C’est une réalité qui concerne toutes les entreprises, même des acteurs comme Google ou des grands cabinets d’audit comme le nôtre. » Pouvoir anticiper le changement, c’est se doter de la capacité à se projeter dans l’avenir. «  Evoluer dans cet environnement exige de se réaligner en permanence, de se remettre en question, de prendre des risques et d’expérimenter de nouveaux modèles », conclut Gabriel De Maigret. Dans ce contexte, chaque entreprise, tout en se rapprochant d’acteurs innovants, doit mieux promouvoir l’innovation en interne.

En photo de g. à d. :  Gabriel De Maigret, TMT Senior Manager au sein du cabinet EY et Olivier Lemaire, TMT (Telecom, Media and Technology) Practice LeaderPartner.