5G : une nouvelle révolution économique dès 2019

La 5G sera bientôt une réalité, avec les premiers smartphones compatibles annoncés pour 2019. Compagne incontournable d’un internet des objets en plein essor, cette technologie qui multiplie par mille les performances des réseaux aura un impact économique considérable.

En lançant l’initiative 5G Pioneer en coopération avec les constructeurs de smartphones chinois Lenovo, OPPO, vivo, Xiaomi, ZTE et Wingtech, le fabricant de processeurs américain Qualcomm a rendu plus concrète l’arrivée d’une technologie dont ont parle depuis quelques années déjà : la 5G. Cette opération doit en effet permettre de mettre sur le marché les premiers smartphones compatibles dès 2019.

Qualcomm avait déjà présenté son modem X50, compatible avec la 5G. Aujourd’hui, l’initiative 5G Pioneer va les mettre à disposition des fabricants chinois susnommés, tout en leur proposant une plateforme de test. Les premiers appareils – haut de gamme – devraient toutefois embarquer deux modems : le X50 pour la 5G et le X20 pour les 2G, 3G, et 4G.

12,3 trillions de dollars apportés à l’économie globale

L’arrivée de la 5G va démultiplier les débits que l’on connaît aujourd’hui. De centaines de mégabits à la seconde, l’on va passer à des transferts de données allant de 1 à 10 gigabits par seconde. Le tout avec un temps de latence considérablement réduit.

Cette évolution technique intéresse au plus au point les industriels, particulièrement ceux actifs dans le développement de l’internet des objets. En plein essor, ce domaine d’activité devrait être boosté par l’arrivée de la 5G, qui permettra des échanges plus massifs de données. Ce n’est toutefois pas le seul : le secteur automobile, la médecine, ou encore la robotique devraient également en profiter.

Une étude du cabinet anglais IHS Markit, relayée par LesEchos.fr, estime ainsi que la 5G devrait générer un apport de 12,3 trillions de dollars à l’économie globale d’ici 2035. Ce chiffre peut paraître énorme, mais tient compte de la multiplication exponentielle des objets connectés dans notre monde : ils seront 50 milliards en 2020…

Des barrières encore à lever

Si, de l’Union européenne aux Etats-Unis, chaque région du monde se dit prête à accompagner au plus vite la mise en place de la 5G, il reste toutefois un certain nombre de barrières à lever. Il s’agira surtout de standardiser les réseaux et les fréquences utilisées par les appareils 5G, celles-ci étant plus hautes que celles traditionnellement utilisées. Cette standardisation, en France, ne pourra pas avoir lieu avant 2019. Les premiers propriétaires français des smartphones chinois adaptés à la 5G devront donc encore attendre que les opérateurs téléphoniques nationaux déploient l’infrastructure adéquate.

Dans le reste de l’Europe, Finlande et Suède sont plus avancées à ce niveau. Mais pas autant que Saint-Marin, petite république au cours de l’Italie dont l’opérateur Telecom Italia a décidé, en raison d’une législation sur les ondes plus favorables, de faire un laboratoire de la 5G en Europe. L’enclave pourrait même être le premier pays 5G au monde.

Quant aux opérateurs américains, ils boycottent purement et simplement les smartphones chinois. Mais il ne fait guère de doute que les marques concurrentes – Apple et Samsung en tête – ne tarderont pas à rattraper leur retard en la matière. Si l’Asie –la Chine en tête, très impatiente à ce sujet – devrait donc vraisemblablement être la première région du monde massivement connectée à la 5G, ce n’est qu’une question de mois avant que le monde entier suive, nous mettant sur le chemin d’une nouvelle révolution économique…

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *