6 tendances digitales pour accélérer la transformation de l’entreprise en 2019 

La transformation de l'entreprise va prendre de la vitesse en 2019. Les organisations devraient améliorer leurs résultats et réinvestir les économies réalisées pour financer un futur résolument digital. Voici les six tendances numériques qui influenceront leurs décisions ces prochains mois.

La transformation de l’entreprise va prendre de la vitesse en 2019. Les organisations devraient améliorer leurs résultats et réinvestir les économies réalisées pour financer un futur résolument digital. Voici les six tendances numériques qui influenceront leurs décisions ces prochains mois.

 

  1. Digital : viser la lune

En 2019, de plus nombreuses entreprises prendront des paris ambitieux en s’engageant pleinement dans le digital. « En adoptant ce mode de pensée « moonshot » dans leurs innovations, certaines viseront la lune, et tenteront l’impossible. Elles fédéreront les énergies autour de projets supposément irréalisables », précise Serge Thavot, Managing Director de DXC Luxembourg.

Une nouvelle « course professionnelle » voit le jour. Et, tout comme dans la course spatiale, de nombreuses innovations émergeront, avec de nouveaux modèles économiques, de nouvelles technologies et même de nouvelles entreprises, 100% digitales. Pour autant, les entreprises devront surmonter la résistance de ceux qui suivent des stratégies hybrides (traditionnelles et digitales) et celle de leurs propres divisions métiers en concurrence interne, pour finalement unifier l’ensemble de l’entreprise autour d’une approche digitale commune. 

Notre conseil : concentrez-vous sur la mise en place d’une stratégie digitale unique, bien définie. Concentrez vos talents, vos ressources financières, votre modèle opérationnel et l’attention de votre direction générale sur celle-ci. Prenez un gros pari stratégique, et non un plus petit accompagné de paris prudents. Montrez à votre entreprise ce que sera la différence entre « maintenant » et « demain », et ce que veut dire « être une entreprise agile ». Viser la lune dynamise les gens car tout le monde a les yeux fixés sur la trajectoire. Les projets digitaux qui tentent l’impossible attireront les meilleurs talents. Faites-le bien, apprenez vite et allez de l’avant.  

 

  1. Internet des objets : Adopter les plateformes de nouvelle génération 

À mesure que les entreprises passent du monde physique à un monde digital, les « objets » dits intelligents prennent une place très importante. Les entreprises commenceront à mettre en place en 2019 des plateformes de nouvelle génération. Ces plateformes sont à même d’analyser de grandes quantités de données provenant de l’Internet des objets (IoT), et d’utiliser l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique (ML) pour trouver de nouvelles corrélations entre des données qui étaient auparavant considérées comme indépendantes. 

Cette tendance digitale est particulièrement prometteuse, car, sans ces plateformes, les hommes seraient incapables de concevoir ces liens multidimensionnels. Il existe trop de facteurs pour que le cerveau humain les prenne en compte. En outre, les découvertes provenant de ces nouvelles corrélations peuvent nous surprendre et entrer en conflit avec le savoir classique.

La conduite autonome démontre l’importance des pipelines de données IoT en temps réel par l’analyse et pour l’exécution améliorée. Les données de la voiture doivent être analysées en permanence, en temps réel, à la source, pour agir en fonction d’un événement. Une voiture de course doit-elle s’arrêter au stand ? Les données de la voiture fournissent des informations sur cette décision : l’analyse doit donc être effectuée sur la piste, pratiquement en temps réel. Les données peuvent également être envoyées au siège pour être traitées avec d’autres afin de mieux comprendre un événement particulier.  

Selon Serge Thavot, « avoir la bonne plateforme IoT pour analyser les données en périphérie comme au cœur permettra aux entreprises de tirer le meilleur profit de l’Internet des objets en découvrant de nouvelles corrélations, entraînant de meilleures connaissances, une prise de décision améliorée et de meilleurs résultats commerciaux. » 

 

  1. Edge computing : suivre ce qui se passe à la périphérie du réseau

Comme l’illustre l’exemple de la voiture de course, en 2019, de plus en plus d’applications et de données migreront vers la périphérie du réseau, perturbant le modèle du cloud. À mesure que la technologie s’intègre à tout, partout, et que le volume des données devrait atteindre 163 zettaoctets d’ici 2025,1 les entreprises vont devoir gérer leurs applications et leurs données différemment.  

« Le secteur informatique poursuit la création de ce que nous appelons « la Matrice », l’infrastructure informatique intelligente et omniprésente qui va au-delà du cloud pour inclure l’edge computing, les plateformes IoT, les machines intelligentes, la réalité augmentée et la réalité virtuelle, la blockchain et bien plus encore », analyse Serge Thavot. Cependant, la dernière tendance digitale est la suivante : les entreprises créent de toutes nouvelles manières d’exploiter la Matrice, y compris des applications décentralisées (DApps). Les DApps pourraient constituer une disruption du modèle du cloud car elles font passer la puissance d’un petit nombre d’acteurs centraux à un grand nombre de participants.  

La « gravité des données » devient un principe pour concevoir de nouveaux systèmes et répondre au besoin de réduire la latence. Le principe ?  Selon le principe de la « gravité » des données, la collecte de gros volumes de données génère une certaine « masse ». La gravité attire ces données jusqu’à se regrouper localement et, l’augmentation de la taille des graphiques de données aidant, l’analyse se modifie aussi. À mesure que ces analyses permettent de réaliser des actions intelligentes, de plus en plus de données et d’acteurs sont attirés dans l’orbite locale.  

Tout ceci nous ramène à la Matrice pour rapprocher, encore plus, l’intelligence des données. Nous constatons un mouvement vers des applications centrées sur les événements et des architectures sans serveur. Ces dernières permettent l’exécution d’applications très petites et très spécifiques dans des environnements légers qui pourraient être aussi proches de l’appareil qui se situe dans votre poche, sur votre poignet, intégré dans votre bras, ajouté sur votre bureau… ou dans votre jardin sur un pylône. Oui, la 5G sans fil changera les modèles d’accumulation des données, entraînant de fortes perturbations. 

 

  1. Technologies de l’information : entrer dans l’Âge des Lumières

Étant donné les énormes volumes de données (notre tendance digitale 3) et la forte dimensionalité des données (notre tendance digitale 2), les entreprises doivent réagir de plus en plus vite aux données. Tout simplement car leur valeur diminue au fil du temps.

La valeur est à son apogée lorsque la donnée est créée (par exemple lorsque la voiture de course roule sur la piste) et diminue déjà fortement quelques secondes ou minutes plus tard (par exemple, lorsqu’un pneu a éclaté avant un arrêt au stand). En outre, ces données peuvent avoir des valeurs différentes en fonction du contexte. 

En 2019, exploiter les informations deviendra une compétence de base. Alors que l’information entre dans son Âge des Lumières, les entreprises comprendront de mieux en mieux leurs écosystèmes d’informations et sauront quoi faire pour prendre plus rapidement de meilleures décisions axées sur les données. Les outils de machine learning (ML) seront essentiels pour former les systèmes et accélérer les temps de réponse. Les entreprises réaliseront qu’il est parfois mieux d’agir s’il est « fort probable d’avoir raison » (par exemple 70 %) que d’attendre d’être parfait (100 %). Cela signifie faire attention à la création des règles de ML. 

L’IA atteindra son apogée lorsqu’elle sera intégrée aux applications. Le ML produit un résultat fondé sur un apprentissage réalisé sur des données historiques, tandis que l’IA peut apporter une réponse intelligente. 

Puisque l’information entre dans son Âge des Lumières, « les entreprises réaliseront que l’IA et le ML peuvent améliorer leur offre de services et générer de nouvelles sources de chiffre d’affaires. Mais seulement avec les bons algorithmes, la bonne orchestration de leurs modèles, les bonnes données et la bonne infrastructure », précise Serge Thavot.

Cette tendance digitale va également permettre que des mesures (réservées aux spécialistes) telles que « l’erreur quadratique moyenne » ou le « gain d’information » deviennent des métriques clés pour l’entreprise. 

 

  1. Réinventer les expériences clients

En 2019, la protection des données personnelles des clients amènera les entreprises à repenser leur stratégie digitale à mesure que les pleins effets du Règlement général pour la protection des données de l’Union Européenne (RGPD) se feront sentir. L’absence de conformité au RGPD entravera l’aptitude d’une entreprise à mener ses activités à l’international. Les entreprises innovantes devront saisir cette tendance digitale pour améliorer les expériences de leurs clients et les fidéliser.  

Selon Serge Thavot, « les entreprises devront concevoir une stratégie claire pour la gestion de leurs processus et des données des clients. Une telle stratégie devra couvrir les services clients, les ventes, le marketing ainsi que le traitement des transactions, la recherche et le développement des produits. »

Elles devront également repenser leurs écosystèmes, avec partenaires et fournisseurs, dans lesquels les règles de confidentialité des données auront des répercussions et limiteront éventuellement la valeur d’autres données dans l’écosystème. Elles examineront les capacités d’intégration des données, la qualité, la gouvernance et la sécurité. Elles créeront des écosystèmes fondés sur la confidentialité, l’analyse et la sécurité, afin de proposer de meilleures expériences clients et des interactions sécurisées.  

 

  1. Fermer ses datacenters

Le datacenter de l’entreprise meurt à petit feu. « En 2019, nous pouvons nous attendre à une transition importante des charges de travail du datacenter de l’entreprise vers des datacenters partagés entre plusieurs locataires dans le cloud public », analyse Serge Thavot.

Deux forces sont en jeu dans cette tendance digitale : le traitement de l’information devient un service public et les clients (et leurs données) sont de plus en plus éloignés. Pour fonctionner plus efficacement et mieux valoriser leurs données, les entreprises se tournent vers les fournisseurs de cloud public, qui offrent une capacité massive à petits prix et des datacenters aux emplacements stratégiques.

En réalité, les datacenters professionnels deviendront des compartiments virtuels dans plusieurs clouds publics à locataires multiples et seront ainsi fermés, à l’exception des charges de travail principales. Les charges de travail principales vont migrer vers des datacenters spécialisés, qui seront fortement exploités jusqu’à ce qu’ils disparaissent à leur tour. De nombreuses actions de portage virtuel (lift and shift) verront le jour en 2019, mais la tendance s’étalera sur les trois à cinq prochaines années, à mesure que la migration vers le cloud laisse place aux substituts « conçus pour le cloud ». 

Les décisions prises par les entreprises en 2019 détermineront leur situation dans le cadre de notre monde digital en constante évolution. Tenir compte de ces six tendances contribuera à s’assurer que leur transformation digitale est couronnée de succès. 

 

DAN HUSHON est chief technology officer chez DXC Technology. Rejoignez Dan sur Twitter  @DanHushon 

Tous nos remerciements aux chercheurs du  Leading Edge Forum de DXC, et au CTO Office pour leur contribution. 

Consultez les tendances de l’année dernière.