Activer la digitalisation des petites banques

Pour répondre aux besoins de transformation des plus petites banques, AlSego a décidé de proposer une version allégée de sa solution de guichet bancaire virtuel. Les institutions financières auront désormais à disposition un outil plus accessible, répondant aux attentes essentielles de leur clientèle, pour monter effectivement dans le train de la digitalisation.

Marc Van Oost, fondateur d’AlSego

L’avenir de la banque sera digital. Si les grands acteurs, sur le segment retail, ont bien pris la mesure de cet enjeu, les plus petits acteurs peinent souvent à prendre le train en marche. C’est que mettre en œuvre les technologies les plus récentes pour répondre aux nouvelles attentes de la clientèle implique de disposer à la fois de moyens et de compétences. Pour une petite structure, le défi est donc difficile à appréhender, et c’est plus encore le cas dans un contexte où les marges n’ont jamais été aussi sous pression.  « Au Luxembourg, une récente étude menée par KPMG auprès des acteurs du private banking révélait que 94% des banques étaient équipées d’un site Internet, commente Marc Van Oost, fondateur d’AlSego. Ce qui sous-entend que 6% n’en disposent pas. Elles sont beaucoup plus nombreuses encore à n’être pas en mesure de proposer des services bancaires à travers une interface digitale. »

 

Investissements nécessaires

Pour AlSego, qui développe et commercialise des solutions digitales dédiées aux banques, se donner les capacités de digitaliser certains processus au départ d’une interface digitale mise à disposition du client relève d’un défi conséquent. Et ce d’autant plus que beaucoup ont pris du retard en matière de transformation digitale. « Ces acteurs se distinguent sur le marché par leur caractère ‘boutique’, autrement dit par une offre de services hautement personnalisée, poursuit Marc Van Oost. La valeur ajoutée de ces petites banques est souvent liée à l’attention apportée à chaque client. Cette caractéristique, toujours très appréciée par leur clientèle, ne les a jusqu’alors pas incités à investir pro-activement dans des solutions digitales, susceptibles d’interférer dans la relation de personne à personne. Toutefois, considérant la pression sur les marges mais aussi les nouvelles attentes exprimées par les clients, ces banques doivent désormais consentir à ces investissements et rattraper sans délais leur retard. » Par rapport à une concurrence qui a progressivement mené sa transformation digitale, l’effort devra être plus intense.

 

Une relation client plus virtuelle

Pour faciliter la transformation digitale des banques, AlSego a notamment développé une solution permettant de virtualiser une agence bancaire. « Au départ de notre solution complète, le client de l’institution financière peut se voir offrir la possibilité d’effectuer lui-même de nombreuses opérations. Il peut consulter l’état de ses comptes ou les performances de son portefeuille d’investissement, réaliser des virements, consulter et demander des documents. Il peut échanger directement avec son chargé de clientèle, de manière entièrement sécurisée », explique Marc Van Oost. La solution, très complète, est proposée en marque blanche. Cela veut dire que la banque peut la mettre à ses couleurs, l’adapter en fonction de ses processus. Déployée auprès de nombreux acteurs bancaires, elle répond aux principaux enjeux de digitalisation du front office de toute banque, retail, corporate ou privée. Intégrée directement au back office, elle permet d’accéder à d’importants gains d’efficience. « Cette solution a été pensée pour répondre à l’ensemble des besoins des banques, pour leur éviter d’avoir à développer l’ensemble des fonctionnalités elles-mêmes, poursuit Marc Van Oost. Elle permet de gagner du temps mais aussi de l’argent dans la mise en œuvre d’un projet de transformation. »

 

Un outil plus accessible

Cependant, la mise en œuvre de cette solution représente un budget, que les plus petits acteurs peinent à mobiliser. C’est la raison pour laquelle AlSego, souhaitant répondre à leurs enjeux, a décidé de proposer une version allégée de son interface web-banking, moins coûteuse, répondant aux principales exigences rencontrées. « Nous sommes partis de notre solution phare et en avons extrait les fonctions essentielles : une messagerie sécurisée, un outil de consolidation du portfolio d’actifs investis, une solution de transfert d’argent avec des possibilités d’automatisation et de signatures multiples ou encore une fonction de gestion documentaire », précise Marc Van Oost. Contrairement à la solution complète, la version « Essentials » ne pourra pas faire l’objet d’une intégration STP avec le core-banking system. « La banque n’aura pas totalement la main sur la solution. Les transactions ne pourront pas être effectuées en temps réel mais devront être regroupées pour être traitées à intervalles réguliers, explique le fondateur d’AlSego. Cette contrainte va d’ailleurs convenir à des acteurs de la banque privée, qui souhaitent garder un œil sur les opérations effectuées par le client pour éventuellement mieux le conseiller avant le traitement d’une transaction. Le banquier privé, de cette manière, peut continuer à mieux partager sa valeur ajoutée auprès du client, continuer à proposer son expertise d’analyse et de conseil. »

 

Monter dans le train de la digitalisation

Avec cette version plus accessible, AlSego propose aux acteurs de la banque privée de lisser l’investissement de manière plus effective. La formule proposée est avantageuse et permet à des petites structures de s’engager plus aisément dans un processus de transformation digitale, en commençant par proposer des solutions front effective en lien avec les attentes nouvelles de leur clientèle. « L’offre s’accompagne en outre d’un service d’accompagnement dans la durée, permettant aux institutions ne disposant pas de service IT de maintenir et de faire évoluer leur offre au regard des possibilités offertes par la solution, poursuit Marc Van Oost. Notre objectif est de permettre une transformation plus rapide et plus efficace, afin de leur offrir de nouvelles perspectives dans un monde toujours plus numérique. »