Brexit : T. Rowe Price choisit le Luxembourg

Rowe Price, dans le contexte incertain du Brexit, a fait part de sa volonté de transférer son siège social européen au Luxembourg. La société américaine gère quelque 1.000 milliards de dollars d’actifs. Elle pourrait être suivie par d’autres asset managers londoniens.

Les annonces de transfert d’activité dans le cadre du Brexit restent encore sporadiques. Quelques sociétés spécialisées dans les assurances avaient déjà fait part de leur choix de quitter Londres pour s’établir au Luxembourg afin de s’assurer un accès au marché unique, quelle que soit la forme que prendront les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne une fois le divorce consommé.

Dans le Financial Times, ce week-end, c’est T. Rowe Price qui annonçait sa volonté de transférer son siège social européen de Londres vers le Luxembourg. En cause, l’incertitude qui plane encore et toujours quant aux termes de cette séparation. Aux yeux d’un des dirigeants de la société, dans les colonnes du quotidien économique britannique, il est peu probable qu’un consensus se dégage dans les mois qui viennent. Il convient donc, avant tout, de sécuriser ses positions sur le marché.

Une poignée d’emplois créés

Rowe Price gère, selon le Financial Times, quelque 1.000 milliards de dollars d’actifs. C’est du lourd. La société opère en Europe au départ de plusieurs bureaux, dont un déjà installé au Grand-Duché. La société a entamé des démarches auprès de la CSSF pour rendre ce transfert possible. Le bureau londonien, au-delà du déménagement souhaité pour cet été, poursuivra son activité. Celle-ci se limitera toutefois au marché britannique. Le cœur de l’activité européenne sera donc bien au Luxembourg. On parle de la création de quelques postes supplémentaires dans la capitale luxembourgeoise.

D’autres envisagent leur réorganisation

Rowe Price pourrait être suivi par d’autres asset managers. Une étude d’EY récente, aussi évoquée dans le Financial Times, rapporte que 55 gérants d’actifs et gérants de fortune interrogés, représentant quelque 25 milliards d’euros sous gestion, envisagent une réorganisation dans le cadre du Brexit. 41% prévoient de s’installer au Luxembourg, 37% à Dublin.

On n’a donc pas fini d’entendre parler des effets du Brexit.