« C’est l’organisation toute entière qui doit être digitale »

Continuous accompagne les acteurs dans leur transformation, en injectant au cœur des structures la culture digitale indispensable pour mieux envisager l’avenir. En adoptant un nouvel état d’esprit et une nouvelle organisation, chacun peut mieux générer de la valeur. 

Team Continuous Luxembourg

« Nous vivons une époque de disruption. Les plus grandes entreprises au monde sont avant tout des acteurs technologiques. Au départ d’une forte maîtrise des possibilités offertes par le digital, elles bousculent les entreprises traditionnelles sur leur marché », commente Oswald De Riemaecker, CEO et co-fondateur de Continuous. Les exemples ne manquent pas. Les taxis se sont fait « uberisés ». Le secteur hôtelier a vu son marché transformé avec Airbnb. Plus tôt, Apple a révolutionné l’industrie musicale et a été secondé par Spotify ou encore Deezer. Récemment, Sony a présenté un modèle de voiture électrique. On peut encore évoquer la volonté d’un acteur comme Facebook de se faire une place dans le domaine du paiement et d’émettre sa propre cryptomonnaie avec le Libra. « Dans ce contexte, les acteurs traditionnels ne doivent pas se contenter d’engager une transformation digitale de leur business. Ils doivent être digitaux, poursuit Oswald De Riemaecker. L’enjeu n’est pas de transformer ses processus en y intégrant des solutions technologiques, mais bien d’adopter de nouveaux modèles organisationnels et structurels, de faire évoluer la culture d’entreprise, pour s’inscrire dans un monde nouveau. »

Envisager de nouvelles possibilités

Dit autrement, il ne faut pas se contenter de faire évoluer les modèles actuels. Non, chaque entreprise devrait s’atteler à construire de nouveaux modèles avec la volonté de rendre ceux sur lesquels elle s’est bâtie obsolètes. « Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils m’auraient répondu des chevaux plus rapides », affirmait déjà Henri Ford, qui a révolutionné la mobilité en introduisant sur le marché… la voiture. Comme la mécanique thermique à l’époque de Ford, le digital permet d’envisager l’avenir autrement. Mais encore faut-il pouvoir appréhender les possibilités qu’il offre et, pour cela, sortir des modèles traditionnels.

Maîtriser la technologie pour générer de la valeur

« Nous accompagnons beaucoup d’acteurs dans leur transformation. Et, souvent, nous constatons des incohérences dans la perception de ce qu’est le digital, précise Frédéric Dewinne, CTO et co-fondateur de Continuous. Par exemple, beaucoup d’entreprises, et y compris des start-up, font encore le choix de confier le développement de leur produit à des sociétés extérieures. Or, c’est à ce niveau, dans la maîtrise de la technologie et de leur produit qu’elles devraient en priorité investir. L’asset le plus important de l’entreprise ne devrait-il pas être l’équipe qui permet de faire évoluer le produit ? » D’autre part, dans le chef de beaucoup d’acteurs, on constate encore un manque de considération de l’utilisateur final. « Or, pour évoluer à l’ère digitale, c’est la valeur générée au profit du client qui devrait être considérée en priorité, poursuit Frédéric Dewinne. C’est en partant de ce que l’on peut apporter de plus ou d’autre à un utilisateur final que l’on peut innover en recourant à la technologie. »

Transformation culturelle et organisationnelle

Pour continuer à exister dans ce Nouveau Monde, l’ensemble des organisations doit donc adopter une nouvelle culture d’entreprise. « Il faut envisager l’avenir avec un état d’esprit différent. Or, ce n’est pas quelque chose qui s’achète. On parle d’une transformation à mener en interne », commente Oswald De Riemaecker. Continuous, dont l’activité s’est créée autour d’une plateforme facilitant le déploiement en continu de nouvelles fonctionnalités logicielles, peut en témoigner. « L’outil technologique, s’il n’est pas utilisé à bon escient, ne permet pas des gains optimaux. Très vite, pour permettre à nos clients d’évoluer, de gagner en agilité, nous nous sommes rendu compte que nous devions les aider à changer. Nous avons donc décidé de les accompagner dans la transformation de leur culture d’entreprise et de leur organisation, afin de leur permettre d’envisager d’autres manières de créer de la valeur, a ajouté Oswald De Riemaecker. Un des premiers enjeux est de casser les silos, de permettre à la diversité des acteurs présents dans l’entreprise de mieux travailler ensemble en adoptant des valeurs, principes, pratiques Lean, Agile et DevOps. »

Coaching et incubation au service de l’autonomie digitale

Afin de permettre aux entreprises, non pas de se transformer, mais « d’être digitales », la proposition de valeur de Continuous s’est élargie. « Notre objectif est d’apporter cette culture et cet état d’esprit digital », commente Frédéric Dewinne. Dans cette optique, la société propose du coaching ou des formules d’incubation. « La volonté n’est pas de placer nos gars chez le client, mais de travailler avec ses équipes pour les rendre autonomes vis-à-vis de ces nouveaux enjeux, assure Oswald De Riemaecker. À travers notre accompagnement, nous injectons au cœur de ses équipes et de son organisation cette culture digitale indispensable pour évoluer dans le monde actuel. »

Évaluation et formation

À côté de cela, Continuous aide les organisations à évaluer leur maturité vis-à-vis de ces enjeux digitaux, avec la réalisation d’audits autour des métiers du développement logiciel. Ces évaluations permettent de relever des problèmes et de plus facilement engager une transformation digitale profonde. Enfin, Continuous propose de nombreuses formations, particulièrement autour du sujet DevOps, pour justement parvenir à décloisonner l’entreprise et pouvoir aborder autrement les projets à venir. 

« La volonté d’opérer un changement culturel est un préalable à toute transformation. Avant de nous engager avec un client, nous souhaitons nous assurer que le management est prêt à changer, qu’il est effectivement disposé à adopter un nouvel état d’esprit », assure Frédéric Dewinne. Ces conditions remplies, il est alors possible d’envisager l’avenir autrement.