La cyber-vie secrète des enfants de 10 à 15 ans

Les enfants belges en ligne sont les plus sans scrupules et sans pitié d’Europe. Kaspersky Lab mène une enquête sur la cyber-vie secrète des enfants de 10 à 15 ans

kaspersky_lab_enfantLes enfants en Belgique trouvent sans problème leur chemin en ligne et sont à peine gênés par les règles ou mesures de sécurité. Ils sont également davantage exposés que d’autres enfants européens à du contenu qui n’est pas de leur âge.

Sur Internet, ils sont en outre plus impitoyables vis-à-vis d’autres enfants, même s’ils se font par ailleurs plus de soucis quant aux conséquences de leurs cyber-activités pour l’avenir. Ils se sentent aussi étonnamment moins en sécurité en ligne. C’est ce qui ressort d’une enquête européenne de Kaspersky Lab qui a étudié le cyber-comportement d’enfants âgés d’entre dix et quinze ans, et provenant notamment du Benelux.

Quelques chiffres étonnants de Belgique :

  • 80% des enfants disent publier quelque chose de méchant sur un autre enfant lorsque celui-ci a fait quelque chose qui leur a déplu, alors que la moyenne européenne est de 31%. La quasi-totalité des enfants (96%) se disent préoccupés par leur monde en ligne. C’est pratiquement deux fois plus qu’ailleurs en Europe. 43% se font aussi du souci quant aux conséquences de ce qu’ils publient lorsqu’ils chercheront un emploi à l’avenir, alors que la moyenne européenne est de 16%.
  • 32% des enfants entrent en contact avec du matériel pornographique, soit le pourcentage le plus élevé d’Europe après les Pays-Bas. Comme ils utilisent deux fois plus le smartphone de leurs parents, le risque est également beaucoup plus élevé qu’ils découvrent quelque chose qui ne leur est pas destiné.
  • Plus de 40% des enfants disent qu’il n’y a pas de règles pour l’utilisation de l’Internet chez eux, ce qui est en contraste criant avec la moyenne européenne de 19%.
  • 82% pensent pouvoir garder leur vie numérique secrète vis-à-vis de leurs parents et dépassent ainsi largement les autres enfants européens. Ainsi, ils sont deux fois plus confiants d’être par exemple en mesure de cacher leur adresse IP et de déjouer des barrières comme la protection par empreinte digitale sur un iPhone.

“Il est effrayant de voir la facilité avec laquelle les enfants de cette première génération véritablement numérique trouvent leur chemin vers les côtés sombres de l’Internet et sont exposés à du contenu pour lequel ils sont beaucoup trop jeunes”, indique Martijn van Lom, General Manager Kaspersky Lab Benelux. “Dès l’âge de dix ans, il apparaît que la plupart des enfants sont suffisamment mûrs et ont assez de confiance en eux pour aller sur l’Internet, mais les parents oublient qu’ils sont souvent impulsifs et naïfs. Pour de jeunes gens qui cherchent, expérimentent et font leurs premiers pas en ligne, il est très important que les parents jouent un rôle actif et les encadrent. Ils doivent discuter avec leurs enfants des risques, menaces et dangers, et expliquer clairement en quoi consiste un comportement sûr et responsable en ligne.”

Kaspersky Lab incite les parents à créer pour leurs enfants un environnement où les choses peuvent être discutées dès le plus jeune âge, et où les deux parties peuvent déterminer ensemble ce qui est sûr. La fonction Kaspersky SafeKids, qui fait partie de Kaspersky Total Security 2017, peut aider les familles à se protéger contre les cyber-dangers en réglementant le temps que les enfants passent en ligne, en gérant l’utilisation d’applications et en contrôlant les sites Web et le contenu inappropriés.