Déi gréng : le digital pour une économie et une société équitables et durables

ITnation est allé à la rencontre des principaux partis politiques dans la perspective des élections législatives. Nous leur avons demandé quelles étaient leurs priorités pour un Luxembourg plus digital.

ITnation est allé à la rencontre des principaux partis politiques dans la perspective des élections législatives. Nous leur avons demandé quelles étaient leurs priorités pour un Luxembourg plus digital. Pour le parti des verts « déi gréng », dans l’actuel majorité gouvernemental, c’est le député Gérard ANZIA, membre de la Commission de l’Economie au sein de la Chambre des Députés, qui a accepté de répondre à nos questions.

 

Comment comptez-vous, à travers votre programme, soutenir le développement de l’économie digitale luxembourgeoise ?

Le processus de transition numérique est déjà pleinement en cours. La numérisation place l’économie luxembourgeoise devant de nouveaux défis, mais présente également de nouvelles opportunités. déi gréng suivent ce processus en cours, essayent d’anticiper les dangers afin de mieux identifier et saisir ses opportunités non seulement pour l’économie, mais aussi pour l’école publique, les services publiques, l’administration et la société luxembourgeoise en général.

Au cœur de notre démarche se trouve la sécurité informatique. Comme les appareils, systèmes et processus numériques pénètrent de plus en plus notre vie professionnelle, notre vie de famille et nos loisirs, une panne majeure, une perte de données accidentelle ou un vol de données peut désormais avoir des conséquences très graves, et ce aussi bien pour les personnes privées que pour les entreprises. La sécurité physique et virtuelle des données et de l’infrastructure de communication est l’une des conditions sine qua non pour le futur développement de notre société de connaissances. 

déi gréng vont également promouvoir le développement des infrastructures de base, des réseaux de communication sûrs et performants– notamment en ce qui concerne la bande passante et le critère de redondance – et défendre un accès équitable à internet.Nous proposons également d’entrer en négociations avec les opérateurs de réseaux afin qu’ils ne garantissent pas seulement une vitesse maximale à leurs clients privés et B2B, mais également une vitesse minimale. 

Dans le domaine du « Cloud Computing », nous voulons faire du Luxembourg le centre de données le plus sûr et le plus fiable de l’UE. Pour cela, nous voulons exploiter et renforcer les atouts spécifiques du site qu’est le Luxembourg, c’est-à-dire la bonne connectivité internationale, les centres de données existants efficients en énergie, l’image de marque professionnelle de la place financière et le savoir-faire technique et juridique existant.

Ensuite, notre programme comprend aussi des mesures visant à soutenir plus spécifiquement les petites et moyennes entreprises dans leur processus de digitalisation, avec p.ex. des initiatives de conseil, de formation continue, de reconversion et de transmission de compétences numériques, de sensibilisation à l’importance de la sécurisation des données et de protection contre les cyberattaques. 

D’autres mesures spécifiques de notre programme électoral sont la création, d’un côté, d’une plateforme en ligne que les entreprises pourront utiliser pour commercialiser leurs services et produits et, de l’autre côté, une plateforme étatique de financement participatif pour les entreprises et les « start-ups » au Luxembourg, qui ira de pair avec la création d’une base juridique spécifique pour le financement participatif/crowdfunding.

Selon votre parti, quel rôle doit jouer le digital dans l’amélioration de la société luxembourgeoise et de son économie ?

L’influence des innovations technologiques et numériques va s’accroître et apporter de nouveaux défis, risques et opportunités. déi gréng entendent accompagner et favoriser une transition digitale qui profite aussi aux êtres humains et non seulement aux grandes entreprises multinationales.Nous voulons tirer profit du potentiel inhérent au changement digital non seulement pour une économie plus verte et efficiente mais aussi pour l’enseignement, les services publics, l’administration, la participation citoyenne et pour la société luxembourgeoise en général. 

déi gréng essaient de comprendre et d’anticiper les dangers liés à la digitalisation. Il nous importe de ne pas nous limiter à un bénéfice à court terme, mais de réfléchir au potentiel de gains de bien-être à long terme. C’est sur le long terme que la mutation numérique doit contribuer à la réussite du Luxembourg, au bien-être des habitants et à la protection de nos ressources naturelles. 

Les mutations en cours et les mesures à prendre ne sauraient se concevoir sans adaptations légales et règlementaires. L’incidence de la numérisation sur le monde du travail doit nous amener à réfléchir à de nouveaux modèles de travail,notamment à des modèles qui permettront de mieux concilier vie privée et vie professionnelle. déi gréng s’engagent à mener un grand débat sur cette thématique et ses différents aspects tels que la réduction du temps de travail ou le télétravail et à adapter ensuite le droit du travail afin de tenir compte des évolutions technologiques.

Dans une société numérique, tous les citoyens doivent avoir accès aux nouvelles technologies. Afin de garantir une participation citoyenne active, équitable et qui soit la plus large possible, il est indispensable de promouvoir les compétences « numériques » ainsi que l’utilisation des « nouveaux médias ». Nous y voyons par conséquent une mission importante d’éducation, d’enseignement et de formation continue, afin de combler le « digital divide » au sein de la société luxembourgeoise.

En matière de digital, dans quoi faut-il investir en priorité et de quelle manière ?

Au-delà de l’aspect crucial de la sécurité des données et des infrastructures qui est, je l’ai déjà évoqué plus haut, la condition sine qua non de la transition numérique, il est particulièrement important pour déi gréng de profiter pleinement des possibilités numériques pour réussir la transition écologique vers une économie et une société plus équitables et durables. Trois domaines prioritaires sont notamment celui d’une économie vraiment circulaire, le domaine de l’énergie(production, transport, stockage, transformation, consommation) et le domaine du transport et de la mobilité

Pour ce dernier, la numérisation permet désormais la mise en place de nouveaux concepts tels que les véhicules autonomes et les systèmes de guidage intelligents. La possession d’un moyen de transport ne sera plus au cœur de la politique des transports, mais la mobilité elle-même, grâce à la combinaison intelligente et confortable de moyens de transport variés, rapides et efficaces. déi gréng soutiennent pleinement cette évolution.

Enfin, il nous importe aussi de combler le « digital divide », le fossé numérique, en garantir un accès performant et équitable aux nouvelles technologies, y inclus la promotion des compétences « numériques » au sein de toutes les couches de la population et dans tous les coins du pays. 

La pénurie des talents dans le domaine technologique est criante. Quelles pistes comptez-vous explorer pour y remédier ?

Dans les domaines de l’industrie et des services, la robotisation, la numérisation, les algorithmes et l’intelligence artificielle vont remettre en question les processus de travail traditionnels. Ils feront disparaître certains emplois et en créeront directement et indirectement d’autres. Nous devons préparer la population active d’aujourd’hui et de demain à ce monde du travail numérisé.Ce défi doit être abordé à plusieurs niveaux. La promotion ciblée des compétences numériques et créatives à l’école, dans la formation continue et au sein du monde du travail est clairement une priorité majeure pour déi gréng. 

Nous y voyons non seulement un besoin de former des spécialistes et d’améliorer les connaissances générales en matière de programmation et de TIC, mais aussi en ce qui concerne l’autodétermination informationnelle, la protection des données à caractère personnel et la sécurité physique des données. 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *