Elections 2018 : placer le digital au service d’un projet de société

A l’approche des élections législatives, ITnation a souhaité sonder les principaux partis en présence (CSV, déi Gréng, DP, LSAP) pour voir quelles étaient leurs ambitions à l’égard d’un Luxembourg digital.

Quels sont les projets des différents partis politiques qui se présentent au suffrage des citoyens luxembourgeois en matière de numérique ? Pour répondre à cette question, à l’avant-veille des élections législatives, nous sommes allés à la rencontre des partis (ou fouiller dans leur programme pour le LSAP) pour évoquer avec eux les enjeux numériques. Le résultat est pour le moins riche. Les idées ne manquent pas. Chaque famille politique semble bien prendre la mesure de l’enjeu numérique, de l’impact que la technologie a et aura sur nos vies, l’évolution de notre société et notre économie.

En aucun cas, dans le chef des partis, il ne s’agit de militer pour ou contre le numérique. En cela, la technologie est bien apolitique. Elle est là, toujours plus présente, et il faut évoluer avec elle. Dès lors, l’ensemble des partis se retrouvent sur l’importance de disposer d’infrastructures fiables et performantes au service de l’économie, sur la nécessité de soutenir la transformation numérique des organisations, les entreprises comme l’administration publique, pour toujours mieux servir le citoyen et garantir la compétitivité du Grand-Duché. Bien sûr, il faut transformer la formation de base et l’apprentissage tout au long de la vie en les adaptant aux évolutions imposées par la technologie, pour permettre à chacun de suivre le mouvement.

Toutefois, chaque parti, à la lecture des réponses données, exprime finalement une vision bien singulière sur la manière d’appréhender le numérique. Si tous comptent investir dans la technologie, s’engager avec cœur dans la transformation numérique, chacun le fait à sa manière et exprime ainsi une réelle vision politique. C’est heureux.

Car, en fin de compte, ce n’est pas à la société de s’adapter au numérique. Le danger serait que l’humain ait à subir cette transformation numérique à l’œuvre, qu’il s’en retrouve prisonnier. Au contraire, plus que jamais, nous devons placer la technologie au service de la société que nous souhaitons construire. Et le débat politique ici exposé révèle que chaque parti entend bien défendre son projet en profitant des opportunités que lui offre la technologie. Et c’est pour cette raison aussi que, dimanche, il faut voter.

Retrouvez les réponses des 4 partis interviewés :

 

CSV   déi Gréng   DP   LSAP

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *