Elles travaillent dans l’ICT

Les femmes et L'IT, un sujet paru dans le supplément ITnation Luxemburger Wort, mai 2017

Les femmes demeurent encore minoritaires dans les branches informatiques. Pourtant, le secteur, en plein boom au Luxembourg, offre de multiples perspectives de carrière.

marianne-dutriez_ceo_sopra-steria
Marianne Dutriez, CEO – Sopra Steria

Marianne Dutriez, CEO de Sopra Steria Luxembourg

Spécialisé dans les services numériques, le groupe Sopra Steria compte aujourd’hui 150 collaborateurs à Luxembourg. Marianne Dutriez, à la tête de l’entreprise, partage son expérience et son point de vue sur le rôle de la femme dans l’ICT.

Qu’est-ce qui vous a poussée, en tant que femme, à travailler dans l’ICT ?

A la fin de mon bac, j’ai suivi un cursus assez généraliste à l’Université Lille 1 de Sciences et Technologies. Une fois diplômée, j’ai eu l’opportunité de travailler dans le développement et l’analyse informatiques. Cette filière m’a plu. J’ai donc complété ma formation dans ces domaines au CNAM avant de rejoindre le groupe Sopra en 1992, à Lille. Au travers de l’ICT, j’ai pu gérer de nombreux projets dans des milieux variés : les assurances, l’industrie agro-alimentaire, la grande distribution, le secteur public,… Aujourd’hui, je suis CEO de la filiale luxembourgeoise du groupe, qui compte des compétences multiples, bien au-delà de l’ICT. Cette diversité des métiers ICT n’est pas assez souvent soulignée.

Comment peut-on encourager la présence de femmes dans l’ICT ?

Il faut continuer encore et toujours à travailler sur les préjugés. Dans cette optique, Sopra Steria collabore régulièrement avec les écoles et les universités, pour démontrer aux plus jeunes que l’ICT ne comprend pas que des métiers techniques.

Pourquoi les femmes sont-elles essentielles dans ce milieu ?

Créatives, visionnaires, organisées, flexibles, sensibles… Les femmes, en général, présentent des qualités précieuses pour ces métiers. La diversité, que ce soit en matière de genre ou de culture, est aujourd’hui une véritable richesse pour toute entreprise. C’est avec elle que nous parviendrons à nous réinventer et à répondre au grand défi actuel, celui de la transformation digitale de nos sociétés.

10_marie-astrid-de-taillandier
Marie-Astrid De Taillandier, Analyste Développeur – Fujitsu

Marie-Astrid de Taillandier, analyste développeur chez Fujitsu

Originaire de Bordeaux, Marie-Astrid de Taillandier a rejoint le Luxembourg en 2014 pour y débuter sa carrière dans l’ICT.

Pourquoi avez-vous choisi de vous orienter vers l’ICT ?

Après avoir travaillé pendant près de cinq ans dans la gestion de restaurants, je me suis reconvertie dans l’ICT en 2013. Je souhaitais participer, à mon niveau, à l’évolution des sociétés par le biais de la technologie et de toutes ses facettes. Malgré les aspects controversés de l’ICT que l’on connaît – avec les notions de déshumanisation et d’isolement induits par sa pratique –, j’y ai vu, bien au contraire, une approche novatrice des relations humaines. La plupart des métiers ICT se basent en effet sur le travail d’équipe, sur une forme d’émulation intellectuelle permettant de faire émerger de nouvelles idées et de mieux avancer.

En quoi consiste votre métier aujourd’hui ?

Je suis analyste développeur. Deux grands axes peuvent se dégager de ma fonction. Le premier, plus technique, concerne le développement à proprement parler et les analyses technico-fonctionnelles qui y sont associées. Le second a trait à l’aspect relationnel induit par le service proposé à nos clients et partenaires.

Quel regard portez-vous sur la place de la femme dans l’ICT ?

Il est vrai que les stéréotypes que l’on se fait du secteur ICT ont encore la vie dure. Mais personnellement, ma condition de femme ne m’a jamais posé de difficultés particulières, notamment au sein de Fujitsu où le genre n’a aucune espèce d’impor- tance. C’est l’individu, en tant que tel, qui est valorisé. Il me semble également que ces dernières années, on a pu noter une certaine ouverture des métiers ICT aux femmes. A cet égard, je pense qu’elles ont une place privilégiée dans les fonctions d’analyse et celles exigeant de bonnes aptitudes relationnelles. L’ICT étant sans cesse en mutation et en expansion, de multiples options de carrière s’offrent aux individus dans ce domaine, notamment aux femmes.