« En matière de transformation, l’humain doit rester maître du sujet »

Tout commence par une rencontre et tout se construit autour de la confiance. C’est sur ces éléments que Loïc Le Gac a rejoint l’aventure onepoint aux côtés du Partner, Denis Stoz, afin de renforcer l’ancrage de onepoint au Luxembourg. Séduit par le modèle unique qui anime la société de conseil, il a pour mission d’accompagner la transformation des organisations en partageant le savoir-faire qui a construit la réputation de onepoint en termes de compétence, d’innovation et d’engagement aux côtés de ses clients

Loïc Le Gac, Sales Leader @onepoint PSF

Qu’est-ce qui vous a poussé à rejoindre onepoint ?

C’est le challenge qui m’était proposé et le projet que onepoint entend développer au Luxembourg. C’est aussi la conviction au modèle de société novateur, en phase avec les nouvelles aspirations des collaborateurs, dans un environnement en constante mutation. onepoint s’est construit suivant un modèle disruptif, avec une structure la plus horizontale possible, en misant sur les compétences locales, en investissant dans l’humain, en tenant compte de l’avis et des idées de chacun, pour faire grandir à la fois les équipes et la société. Aujourd’hui, le défi est d’imprimer la marque onepoint à l’échelle du marché, de développer son image et d’emmener un nombre croissant de clients à mieux appréhender l’avenir et leur transformation en s’appuyant sur l’expertise de nos consultants.

 

Ce que vous proposez, donc, c’est avant tout le modèle sur lequel s’est construit onepoint ?

Nous proposons une approche différente du conseil traditionnel. Celle-ci s’appuie sur une approche de co-construction avec nos clients, un autre mode de management, plus transversal, et sur une culture d’entreprise partagée. La volonté n’est pas d’imposer le modèle de onepoint à l’échelle du marché. Cependant, à travers ce qu’on est, nous avons pu appréhender et expérimenter d’autres formes d’organisations, plus en phase avec les enjeux de transformation actuels. Le modèle proposé par David Layani, président et fondateur de onepoint, qui a fait de son groupe un réel laboratoire de l’entreprise numérisée et agile, a démontré toute sa pertinence. Aujourd’hui, onepoint s’est forgé une réelle réputation de « Game Changer ». La volonté est de mettre cette expertise au service des enjeux de nos clients, en arrivant sans aucune idée préconçue, pour mieux co-construire avec eux de nouveaux modèles et les solutions de demain, suivant des logiques d’idéation, pour leur permettre de mieux appréhender leurs défis et les changements à venir.

 

Confronté à ce discours nouveau, comment le marché réagit-il ?

Nos interlocuteurs sont très réceptifs, même si pour certains ces approches sont encore assez nouvelles. Cependant, on voit une nouvelle génération de dirigeants émergée. Celle-ci a conscience de la transformation à opérer, de la nécessité d’envisager de nouvelles manières d’organiser le travail et les équipes, avec plus d’écoute et de dialogue. C’est cette transformation que nous leur proposons d’aborder à partir de leur propre écosystème, de leurs opportunités et contraintes, tout en s’appuyant sur notre propre expérience et notre expertise dans le domaine de la transformation. Dans cette perspective, nous travaillons autour de plusieurs axes : l’humain, l’organisation, le management, les espaces de travail et les outils, le tout avec une dimension numérique transversale, qui supporte le changement.

 

Le numérique n’est donc pas un facteur déterminant dans la transformation…

Contrairement à l’air du temps, vous ne m’avez pas entendu parler de transformation digitale. On ne peut pas se contenter d’envisager les enjeux de transformation en considérant uniquement l’aspect technique. Cela passe d’abord par l’humain. Ce ne sont pas les hommes qui doivent s’adapter à l’outil. Il leur appartient par contre d’envisager les meilleurs moyens, ainsi que les bons outils techniques, pour atteindre les objectifs qu’ils poursuivent. C’est l’humain qui reste maître du sujet et c’est la technologie qui accompagne la transformation en offrant des effets de levier intéressants.

 

Dans ce contexte de transformation, qui sont vos interlocuteurs au sein des organisations 

Nous nous adressons aujourd’hui à un large panel d’acteurs. Le CIO reste un interlocuteur privilégié, mais ces sujets concernent et impliquent l’ensemble des membres des COMEX. L’organisation se transforme à tous les niveaux. Un des enjeux prioritaires, pour l’ensemble des organisations, est de pouvoir s’adapter mais aussi de rester attractive envers les compétences clés. L’un des défis auxquels les dirigeants sont confrontés, dans la perspective d’une transformation organisationnelle et culturelle de l’entreprise, réside dans leur capacité à faire coexister plusieurs générations de travailleurs, chacune ayant des aspirations bien différentes de l’autre. Aujourd’hui, nous accompagnons ces sujets de transformation stratégique, en combinant de la meilleure des manières enjeux humains et possibilités technologiques, comme nous le faisons déjà dans des banques ou assurances ici au Luxembourg.