ESBD : Les données dans le secteur juridique

Huissiers de justice, avocats, juges, greffiers, notaires, attachés territorial, de nombreuses professions juridiques soumises aux politiques de confidentialités et de protection des données.

Réglementation et déontologie d’une profession juridique

Bien que le secteur du droit et de la justice soit vaste, il requiert néanmoins différentes qualités et obligations en matière de protection des informations sensibles.

Prenons l’exemple d’un avocat. Cette profession doit faire preuve de discipline, de discrétion et de respect du secret professionnel. 

En outre, un avocat doit particulièrement veiller à la confidentialité des informations écrites ou orales qui lui sont transmises par obligation légale (dont la violation est un délit, selon l’Articles 2 « Le secret professionnel » du règlement Intérieur National de la profession d’avocat).

Ce métier juridique souvent en liaison avec des relations externes telles que, les assureurs, les administrations publiques, les juristes ou encore les organismes bancaires, se doit de garantir l’intégrité des données. Un vol de fichiers ou une erreur humaine aussi importante peut remettre aussi bien en cause le cas client en cours, que la personne en charge du dossier elle-même.

Adopter des méthodes pour sécuriser les transferts de fichiers et partages de documents confidentiels, attestent de la rigueur et de la fiabilité d’un cabinet !

Protection des dossiers clients

Les technologies numériques étant en permanente évolution, des méthodologies de sécurité et outils de limitation des risques juridiques doivent d’être mis en œuvre. 

La loi impose au responsable du traitement de réaliser une analyse de risques préalablement à la mise en oeuvre d’un traitement de données personnelles. En effet, d’un point de vue juridique, l’article 34 de la loi informatique et libertés, impose au responsable du traitement « de prendre toutes précautions utiles, au regard de la nature des données et des risques présentés par le traitement, pour préserver la sécurité des données et, notamment, empêcher qu’elles soient déformées, endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès ».

Autant de raisons pour se familiariser avec un outil de partage sécurisé. 

Mais qu’est-ce qu’implique un service de partage de données sécurisées ? 

Comment partager des données en toute sécurité ? 

Que vous soyez un féru de technologies ou non, ces services sont vraiment très simples à prendre en charge. Vous pouvez envoyer, recevoir et partager des documents en toute sécurité depuis votre messagerie Outlook ou depuis une application web.

Une solution qui sécurise tous vos envois de documents assurent auprès de vos clients une conformité réglementaire et une preuve de préservation de la confidentialité des dossiers. 

Les serveurs détenant les données confidentielles sont chiffrés, ce qui signifie qu’en cas de piratage, les données sont inexploitables. 

Vous pouvez aussi envoyer n’importe quel type de fichier qu’il soit volumineux au non. 

L’erreur humaine est de plus limitée, car vous pouvez protéger votre message par un mot de passe prédéfini ou aléatoire que seul votre destinataire connait.

Dans le cas où vous souhaiteriez recevoir des documents confidentiels de la part de vos interlocuteurs, vous pouvez envoyer un message de « demande de fichier » qui permettra à votre destinataire de déposer les fichiers afin qu’ils soient transmis en toute sécurité. 

De nombreux avantages s’offrent à vous en utilisant un service de partage sécurisé, apportant protection et rigueur dans le traitement de vos informations clients.

Vous souhaitez assurer la protection de vos données clients ? Optez pour le service WeShareFile ! Facile à mettre en œuvre, nos experts sont là pour vous accompagner dans la sécurisation de vos données. 

Je télécharge la brochure

SOURCE : https://www.donneespersonnelles.fr/