IBM déploie une plateforme cloud qui s’adapte aux besoins business

Avec IBM, NSI Luxembourg accompagne les acteurs dans la définition et la mise en œuvre d’un environnement cloud qui réponde aux besoins réels de l’entreprise. La plateforme d’IBM, notamment, facilite la migration des environnements VMware dans le cloud.

Dans le contexte de son événement « Rethink your IT », NSI a souhaité évoquer les enjeux et opportunités pour les entreprises qui envisagent de migrer vers le cloud avec IBM, son partenaire du jour. « Au cœur de l’économie actuelle, les sociétés doivent faire face à de nouvelles menaces, introduisait Bart Bogaert, Watson & Cloud Platform Technical Lead au sein d’IBM. Certaines sont extérieures, comme l’apparition de nouveaux acteurs innovants, des start-ups par exemple, qui mangent progressivement les parts de marché des acteurs établis, ou l’émergence de nouveaux modèles d’affaires susceptibles de redessiner le paysage à l’échelle d’un secteur. D’autres menaces sont internes, liées à des organisations pas suffisamment transversales, des écarts entre les besoins en expertise et les compétences, l’impossibilité d’atteindre les objectifs fixés rapidement. » Dans un tel contexte, le cloud peut être un vecteur de transformation. Il doit permettre aux entreprises de mieux relever les défis actuels et à venir, de profiter de gains de performance et de flexibilité, mais aussi d’accéder plus facilement aux évolutions technologiques. En somme, il donne la possibilité de bouger plus rapidement, de manière plus agile.

 

Faciliter la transformation des clients

IBM, avec le soutien d’acteurs locaux comme NSI, se positionne en partenaire de la transformation digitale du business. La volonté est d’accompagner les organisations dans l’amélioration de leurs processus et de l’expérience utilisateur proposée. « Nous envisageons le cloud comme une infrastructure qui, en fonction de la situation de chaque client, doit lui permettre d’aller là où il le désire, le plus efficacement possible», poursuit l’expert d’IBM. Autrement dit, il n’y a pas qu’une seule approche du cloud à considérer. L’idée défendue par la firme américaine est que la solution mise en œuvre doit être adaptée aux enjeux de l’entreprise. Ce n’est pas l’organisation qui doit s’adapter à la solution.

 

Accélérer la transformation et l’innovation

« Si nous ne sommes pas les premiers sur le cloud aujourd’hui, c’est parce que nous avons pris le temps de mettre en œuvre une solution flexible et fiable, de construire des bases solides. Elles nous permettent aujourd’hui de déployer des solutions adaptées aux besoins de nos clients, qu’il s’agisse de ressources informatiques ou encore de plateforme d’intelligence artificielle, assure Bart Bogaert. La volonté est de pouvoir proposer la bonne formule cloud pour accélérer la transformation et l’innovation de nos clients. »

 

Opérer les bons choix

IBM a donc pris le temps de construire son cloud sur un réseau mondial redondant, « 3 fois plus rapide que celui d’AWS », affirme le représentant de la firme. Il connecte quelque 60 data centers à travers la planète. « Au départ de cette infrastructure, nous pouvons accompagner le client en lui assurant de pouvoir répondre à toutes ses exigences en termes d’efficacité, de sécurité et de conformité. A partir de là, le succès d’un projet de migration vers le cloud réside dans le fait de pouvoir associer chaque besoin opérationnel au bon type de cloud. C’est un enjeu critique, poursuit l’expert. Beaucoup de fonctions peuvent migrer vers le cloud, mais ce n’est pas le cas pour toutes. Il est parfois préférable de maintenir certains processus, comme ceux qui requièrent un temps de latence de l’ordre de la milliseconde par exemple, sur une infrastructure dédiée. » Au départ d’une analyse des workloads, il faut pouvoir opérer les bons choix.

 

Un cloud à dimensions variables

Avant d’envisager un projet de migration, il est donc important de bien considérer les éléments en place. Des acteurs comme NSI, partenaire d’IBM au Luxembourg, sont là pour accompagner les entreprises qui désirent repenser leur IT dans l’identification des opportunités et dans la définition de la roadmap et des solutions à mettre en œuvre. IBM, pour sa part, a développé une infrastructure cloud à dimensions variables, pour répondre à la multiplicité des besoins. « L’approche se veut personnalisable et ouverte. Elle permet à chacun de construire un cloud adapté à ses besoins. A travers notre plateforme, le client peut facilement mettre en œuvre un environnement privé, accéder à des ressources publiques ou développer un environnement hybride, selon ses besoins. A lui d’opter pour la technologie qui convient le mieux à ses exigences, offrant un bon équilibre entre performance, contrôle, portabilité ou encore vitesse de développement. »

 

Faciliter la migration des environnements VMware

Ce cloud, qui offre de nombreuses possibilités de personnalisation, est particulièrement apprécié par ceux qui, fonctionnant au départ d’un environnement VMware, désirent migrer vers le cloud. Aujourd’hui, selon Gartner, moins de 15% des machines virtuelles VMware fonctionnent dans le cloud. Il y a donc là un énorme enjeu à faciliter la migration de ces environnements pour accéder à des gains plus importants encore en flexibilité. « Dans cette perspective, IBM et VMware ont développé un partenariat stratégique à l’échelle globale. Notre cloud, en effet, offre la possibilité de migrer les workloads sans heurt, au départ d’une plateforme commune facilitant leur gestion, leur mise en réseau et la sécurité. »

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *