Il était une fois… « Le Dîner de Charles »

Après son roman fiction en 2009, Charles MANDICA publie, en collaboration avec Agefi Luxembourg, un recueil de ses meilleures interviews réalisées ces trois dernières années lors des soirées intitulées « Le Dîner de Charles ».

Précédemment à la tête de l’Association des PSF de Support et dirigeant d’une société de services et de conseils à Luxembourg,
Charles MANDICA contribue à Agefi Luxembourg en rencontrant chaque mois une personnalité luxembourgeoise : une
approche intéressante pour comprendre le consensus qui fait le succès de Luxembourg.

Après son roman fiction en 2009, Charles MANDICA publie, en collaboration avec Agefi Luxembourg, un recueil de ses meilleures interviews réalisées ces trois dernières années lors des soirées intitulées « Le Dîner de Charles ».

Comment est née votre collaboration avec AGEFI, l’idée d’une telle rubrique récurrente et la naissance de ce nouveau livre?

En 2010, après la publication de mon premier roman « Le puzzle de Bestzeller » Agefi m’avait contacté pour participer à des rédactionnels. Flatté, j’avais dans un premier temps décliné l’offre. Il m’était difficile d’écrire librement et objectivement sur des sujets liés à un domaine très concurrentiel l’ICT. Avec la ligne éditoriale, du mensuel Agefi il était impossible de rédiger des histoires d’amour ou de crimes. Cela eut été malvenu. L’idée d’écrire pour Agefi avait néanmoins germer dans mon esprit. Quelques années plus tard, j’avais hésité entre d’une part le projet d’un deuxième livre dont le nom sera « Le théorème des Oublié » et d’autre part une nouvelle aventure. Pour situer le contexte et sa chronologie, il me faut vous indiquer quelques dates. La législature actuelle venait de démarrer nous sommes fin 2013. Hasard de la vie, le président d’AGEFI Luxembourg – Le Journal Financier de Luxembourg s.a., Adelin REMY m’invite à une rencontre lors d’un déjeuner. Je lui suggère la formule « 5×12 égal 60 ». A savoir, la chambre des députés compte 60 membres et une législature de cinq ans. En conséquence chaque mois, je me proposais d’interviewer une ou député, un par mois et deux pour le mois juillet, car Agefi fait relâche en Août. Pour des mauvaises raisons notre deuxième rencontre avait été retardée, il m’était impossible de tenir ce calendrier de passer en interview tous les membres de la chambre. Après une courte réflexion, je me suis convaincu que j’allais vite ennuyer les lecteurs. J’ai abandonné le concept, mais ma motivation pour le rédactionnel avait grossi. C’est à ce moment, que m’est venue l’idée qui a abouti à ce livre LA COMPILATION, je parle de la rubrique « Le Dîner de Charles ». Au début, à la lecture de mon cursus le concept pouvait être jugé ambitieux : Passer une longue soirée à table avec une personnalité, rédiger un texte sur le dîner, le restaurant – Dresser un portrait décalé de mon invité/ée – Rédiger une interview de 5.000 à 7.000 mots. Par son attitude, son ouverture d’esprit, ma première invitée madame Simone BEISSEL vice-présidente de la chambre a été simplement phénoménale. La confiance qu’elle a communiquée aux lecteurs s’est propagée sur toutes les personnes interviewées qui l’ont suivie.

Le mensuel est lu pour ses articles très techniques et spécialisés. En conséquence, les premiers mois, les lecteurs d’Agefi voyant une nouvelle rubrique, s’en sont d’abord étonnés. Puis d’après la direction d’Agefi, les ventes se sont mieux portées, j’ose imaginer que Le Dîner de Charles avait capté quelques nouveaux adeptes et conforté les lecteurs de la première heure. Le défi majeur de l’église catholique, la fin des congés collectifs, le LIH sur le podium du monde autant des thèmes qu’il fallait concentrer pour notre histoire, en faire un livre était devenu naturel. « LA COMPILATION » est née.

Comment sélectionnez-vous les personnalités avec lesquelles vous vous entretenez ?

L’incontournable condition est une disponibilité en soirée de 19H15 à minuit, voir bien plus tard pour certaines rencontres. Avec peine, j’ai dû refuser de grandes personnalités qui avaient accepté mais pour un déjeuner. Ma sélection se fait sur base de plusieurs critères. Celui de l’originalité par rapport à la ligne éditoriale quand c’est possible. Citons Monseigneur Jean-Claude HOLLERICH, le maître luthier Gauthier LOUPE.   Des domaines peu visibles du grand public, j’en veux pour exemple Madame le Docteur Catherine LARUE ou la Directrice générale du FC Metz. Il est essentiel pour moi de mettre en lumière des pans de notre économie que madame ou monsieur « Toutlemonde » ne connaisse pas ou très peu. Il y a aussi des incontournables avec les interviews femmes et les hommes politiques. Atteindre la parité a été un élément que j’avais pris en considération. Je dois faire mieux en 2019. Puis, il y a eu des invités sur des sujets contextuels qui préoccupent les citoyens de la grande région, les pensions en Belgique avec l’interview de Monsieur le Ministre des pensions Daniel BACQUELAINE ou encore la soirée avec le bourgmestre d’Arlon Vincent Magnus (récemment réélu) sur la délocalisation de l’hôpital d’Arlon. Ce qui était aussi enthousiasmant est d’inverser les rôles en interviewant des rédacteurs en chef de la presse locale, Maria Pietrangeli de Femmes Magazine et Denis BERCHE de l’Essentiel. Fabienne BOZET CEO de Circuit Foil fait pousser une forêt technologique et sans le savoir chacun a un bout de son arbre dans ses mains.  En 2016, j’ai éloigné l’arbre qui cachait cette forêt. Je suis fier d’avoir réalisé sa première interview en sa qualité de CEO. Depuis, d’autres lumières plus intenses se sont portées sur Fabienne BOZET et c’est aussi le but : faire également connaître les rouages de notre économie. 

Votre expérience dans le monde de l’IT ne vous pousse-t-elle pas à orienter vos choix vers des personnalités en lien avec ce domaine ?

Avec plaisir, j’ai interviewé Jean HILGER que la place financière connaît bien. Il est une sommité pour le monde ICT. Jean Hilger est actif au niveau universitaire. Jean était mon invité en sa qualité de Président de la Fondation Raoul Follereau, à qui nous avons offert une tribune visuelle car c’est une cause noble. Avec ce petit rappel, je voulais préciser que je n’exclus aucun domaine et sûrement pas celui qui m’a nourri de très belles joies pendant plusieurs décennies. Si une ou un invité issu du domaine de l’ICT, des Fintechou des Regtechprésentait un réel intérêt, ce serait avec un grand plaisir de l’inviter pour « Le dîner de Charles ». Vos suggestions sont les bienvenues.

Quels sont vos futurs projets ?

En principe, mon prochain roman sera publié à l’horizon 2020. Mais la future publication sera une co-production rédigée avec une jeune dame. Puisque les feux sont verts et que le chantier est en cours, nous en parlerons si vous voulez bien très probablement au printemps en avril 2019 pour la sortie de ce nouvel ouvrage. A court terme, il me tient à cœur de voir LA COMPILATION prendre son envol.

Le livre ‘La compilation’, coédité avec Agefi Luxembourg, est disponible en librairie et sur le site d’Agefi Luxembourg (www.agefi.lu) au prix de 25 euros.

Pour le commander, merci d’envoyer un email (agefi@agefi.lu) avec pour seul texte LA COMPILATION.

 

Interview de Charles MANDICA Créateur de la rubrique « Le dîner de Charles » réalisée par Emilie MOUNIER Director d’IT Nation/Makana.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *