IoT : « Nous devons nous doter de modèles de confiance »

Les enjeux et risques liés au développement de l’IoT étaient aussi au cœur des débats lors du PwC Cybersecurity Day, le 19 octobre dernier.

Vincent Villers, Partner – PwC Luxembourg

Les enjeux et risques liés au développement de l’IoT étaient aussi au cœur des débats lors du PwC Cybersecurity Day, le 19 octobre dernier. Les processus de collecte et de traitement de la donnée sont plus en plus complexes. Il est essentiel d’établir des standards et de valoriser les pratiques qui garantissent au mieux la sécurité des utilisateurs et des nouvelles ressources numériques. – Par Sébastien Lambotte

Un des autres grands sujets évoqués lors du dernier PwC Security Day concernait l’IoT. Car, en la matière, les risques sont conséquents. « On collecte et on traite de plus en plus de données, avec un nombre toujours plus grand de capteurs, qui sont produits à des coûts toujours plus bas, par des personnes qui ne sont pas expérimentées », commentait Robert Spicer, CEO de vyzVoice, société luxembourgeoise spécialisée dans le développement de solutions de visualisation de la donnée captée. Pour les cybercriminels, c’est une aubaine. Les failles à exploiter sont de plus en plus nombreuses. La donnée valorisable à capter est en constante augmentation. « En réponse à cette menace, il est essentiel de développer des modèles de confiance entre intervenants d’un même écosystème pour garantir la sécurité de la chaîne de traitement de la donnée, depuis la collecte jusqu’à la valorisation », poursuivait le dirigeant.  Dans ce contexte, vyzVoice s’est rapproché de LuxTrust, pour envisager les fondements de nouveaux modèles plus sécurisés tout au long de la chaîne de valeur.

La voiture, plateforme digitale à part entière

L’importance de la mise en œuvre d’un écosystème de confiance dans le domaine a été particulièrement bien illustrée par Mourad Yesayan, Principal au sein de Paladin Capital, en provenance de Washington. L’orateur était venu évoquer l’importance de sécuriser les nouvelles plateformes digitales. Pour cela, il a pris l’exemple de la voiture connectée comme plateforme digitale à part entière. « Dans le secteur automobile, la technologie offre aux utilisateurs plus de confort, une meilleure expérience, plus de sécurité. Pour les constructeurs, il y a de réelles opportunités liées à l’exploitation de la donnée, pour mieux comprendre les utilisateurs, pour garantir une plus grande efficience opérationnelle. Même pour la ville de demain, la donnée produite par chaque véhicule est source d’opportunités, pour une meilleure régulation du trafic, pour communiquer avec les infrastructures connectées comme des parkings… » La voiture, afin de proposer ces nouveaux services, intègre une quantité de capteurs, de softwares, d’interfaces de connectivité, tous développés par une grande variété d’acteurs différents. La donnée est partagée, distribuée à large échelle. « Une voiture connectée constitue un environnement système sur roues à part entière, poursuit Mourad Yesayan. La complexité des systèmes, dépendant d’une chaine de valeur fragmentée, entraine de nouveaux défis en matière de gestion des risques. » Les menaces sont nombreuses et réelles, allant du vol des données à la mise à mal de l’intégrité physique des usagers de la voirie. Il y a donc urgence à prendre en considération ces enjeux. « Pour y faire face, il faut se doter de politiques efficientes et de standards, prendre des mesures organisationnelles et techniques. Les défis sont nombreux, ne fut-ce qu’en matière de gouvernance de la donnée. A qui appartient-elle ? Aux fournisseurs de software, aux constructeurs ? Qui est responsable de son traitement, de son intégrité ? Les constructeurs prennent aujourd’hui conscience de ces enjeux. De bonnes pratiques ou de nouveaux modèles assurant la sécurité sont en train d’émerger. C’est essentiel, car il en va de la sécurité des conducteurs », explique-t-il.

Start-ups honorées

Le PwC Cybersecurity Day a aussi été l’occasion de découvrir plusieurs start-ups offrant des solutions innovantes en matière de cyber-sécurité. 10 d’entre elles ont eu l’occasion de pitcher devant un jury et le public présent. Deux ont été honorées. Le prix du public a été attribué à Stratus Digital Systems Inc., dont la solution permet de garantir uniquement à l’utilisateur l’accès à une interface web banking et aux données de compte. Le jury a pour sa part récompensé la start-up Cyber Trap Software GmbH, dont la solution permet de piéger des hackers en leur permettant d’accéder à fichiers ou à des comptes factices.