IoT et sécurité : quand les étudiants s’y frottent

Lors de l’IoT Security & Privacy Day, proposé par Excellium dans le contexte de la semaine de la cybersécurité, trois équipes composées d’étudiants de Telecom Nancy et de l’IUT de Metz ont pris part à un hackathon. Leur défi : développer un service intégrant les objets connectés. L’occasion pour eux de se confronter à la réalité de l’entreprise, en veillant à intégrer les enjeux de sécurité.

Les développeurs de demain devront intégrer les principes de sécurité « by design ». C’est un enjeu essentiel. C’est la raison pour laquelle, tout au long de l’année, Excellium Services développe des collaborations avec plusieurs écoles d’enseignement supérieur en Grande Région spécialisées dans les filières informatiques. Dans le cadre de la semaine de la cybersécurité, Excellium avait invité des étudiants à prendre part à un hackathon organisé autour de la thématique de l’IoT. « Trois équipes d’étudiants ont accepté de relever le défi que nous leur avons lancé. Durant cette journée, ils avaient pour mission de développer une application ou un service recourant à des objets connectés, le tout en bénéficiant du support d’experts divers. Avec nos amis d’Agile Partner, ils ont pu travailler leur business model, envisager les étapes du développement de leurs idées, mais aussi concrètement s’engager dans leur mise en œuvre en veillant à respecter les enjeux de « privacy by design » », explique Christophe Bianco, co-fondateur et managing partner d’Excellium.

 

Travailler avec les étudiants

Pour la société luxembourgeoise spécialisée dans la gestion de la cybersécurité, il est essentiel de faire valoir auprès des futurs professionnels ces principes qui contribuent à une meilleure protection des environnements systèmes. Travailler avec les étudiants permet en outre d’aller à la rencontre de talents de qualité, motivés, qui pourront éventuellement contribuer au développement futur de la société. « Nous avons soumis l’idée de prendre part à cet événement à nos étudiants. Cela se faisait sur base volontaire, commente Patricia Mely, enseignante en informatique à l’IUT de Metz, qui dépend de l’Université de Lorraine. Onze étudiants de notre école, répartis en deux équipes, se sont portés volontaires. Nous travaillons régulièrement avec Excellium au niveau de nos cours. Pour les étudiants, c’est intéressant de se confronter à une réalité professionnelle. C’est aussi un challenge technique. Ils peuvent mettre en perspective leurs apprentissages. De plus, ces jeunes vont bientôt devoir trouver un stage. C’est aussi une belle opportunité de faire des rencontres. »

 

Trois équipes, trois projets

Chaque équipe devait donc venir avec un projet qui intégrait des objets connectés. « Notre projet consiste en une application de réservation de parking, qui permet à l’utilisateur de réserver sa place à distance et de payer directement en ligne », explique Théo, de l’IUT de Metz. A côté, l’équipe de Pierre, de la même école, travaillait à la sécurisation d’un thermomètre connecté. « L’événement nous permet de découvrir plus en détail les enjeux de sécurité liés aux objets connectés. Nous avions déjà conscience des nouveaux risques mais nous n’imaginions pas l’ampleur du problème », précise l’étudiant après avoir entendu Excellium dresser les défis que pose la multiplication des devices connectés en matière de protection de la vie privée et de sécurité des systèmes. A côté des deux équipes de l’IUT de Metz, une équipe de Telecom Nancy avait pris part au challenge proposé par Excellium.

 

Se confronter à la réalité

« C’est intéressant d’être accompagné par des professionnels, de se connecter au monde du travail de cette manière », poursuit Théo. « On peut mettre en pratique ce que l’on a appris en cours, inscrire la théorie dans un contexte », ajoute Pierre.

A la fin de la journée, les étudiants ont eu l’opportunité de présenter le fruit de leur journée de travail au parterre de convives présents lors de cette journée consacrée à l’IoT et aux enjeux de sécurité qui y sont liés. « Nos étudiants, en outre, doivent mener un projet tutoré. Ce challenge, pour nos deux équipes, constituera un point de départ, avec la volonté de développer l’idée le plus loin possible », conclut leur enseignante, enthousiaste de voir ses étudiants engagés de la sorte dans ce challenge.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *