KPMG progresse encore, soutenu par la digitalisation

Comme l’an dernier, KPMG Luxembourg a progressé en 2019 de 8 %. Une croissance maintenue essentiellement par la transformation digitale des sociétés, qui amène aussi certains défis pour le cabinet.

Ce mardi 10 décembre, KPMG Luxembourg a annoncé une croissance de son chiffre d’affaires de 8 %, à 232 millions d’euros. C’est le département fiscal qui enregistre la plus forte progression, de 11 %, tandis que le conseil et l’audit croissent respectivement de 8 % et 5 %. C’est toutefois l’audit qui contribue le plus au chiffre d’affaires de KPMG, avec 103 millions d’euros, suivi du conseil (68 millions) et de la fiscalité (61 millions). « Cette hausse est due aux efforts déployés en 2019 pour aider nos collaborateurs, nos clients et les communautés locales à donner toute la mesure de leur potentiel », a confié Philippe Meyer, Managing Partner de KPMG Luxembourg lors de la conférence de presse au cours de laquelle ont été annoncés les résultats. « Transcender son potentiel signifie mettre à la disposition de nos clients les ressources adéquates pour les aider à relever les défis croissants auxquels ils sont confrontés, en matière de transformation digitale notamment », a précisé Pascal Denis, Head of Advisory.

L’IA et la Data & Analytics cruciales

Une mission à laquelle s’attelle le cabinet d’audit et de conseil en s’appuyant sans cesse sur l’innovation. « La technologie a un rôle-clé à jouer dans le processus d’évolution et de transition de nos clients, du marché et de l’ensemble de la société », a souligné Philippe Meyer. Le groupe KPMG, à l’échelle mondiale, a d’ailleurs annoncé ce 5 décembre un investissement de cinq milliards de dollars sur cinq ans, en collaboration avec Microsoft, pour accélérer cette transformation numérique.

Parmi les technologies devenues incontournables pour l’ensemble du marché, on peut citer l’intelligence artificielle et l’analyse de données. « Elles représentent un nouveau paradigme pour le secteur financier, les entreprises et l’Etat luxembourgeois, a ainsi déclaré Frauke Oddone, Head of Markets. Une nouvelle ère s’ouvre et nous y contribuons aux côtés de nos clients. » 

La technologie au service de toutes les fonctions de l’entreprise

« Ces nouvelles technologies doivent permettre aux organisations d’améliorer l’expérience client proposée, de fournir des services davantage sécurisés et mieux ciblés, de soutenir leur croissance, et c’est notre rôle de les accompagner dans cette démarche », a poursuivi Pascal Denis. En matière de sécurité, KPMG a par exemple accompagné une grande banque privée dans la création d’un algorithme permettant de détecter les activités de compte frauduleuses. 

Dans le domaine de l’audit, le cabinet a développé un pôle d’innovation qui rassemble les dernières technologies afin de réaliser des audits cohérents et efficaces, adaptés à l’ère numérique. « KPMG Luxembourg a activement participé au développement de cette méthodologie basée sur l’innovation et la technologie, et qui doit être totalement déployée d’ici 2021 », a détaillé Emmanuel Dollé, Head of Audit. 

Dans un environnement fiscal changeant, le département Tax, lui aussi, a de plus en plus recours à l’outil numérique. KPMG est ainsi en train de mettre en place un ensemble de services gérés, intégrant des outils ad hoc, dont l’intelligence artificielle, l’analyse de données et l’automatisation. « La technologie produira de nouveaux moyens capables de répondre plus efficacement aux attentes et aux besoins de nos clients, qu’il s’agisse d’obligations déclaratives ou encore de gestion de leurs charges fiscales et des risques d’atteinte à leur réputation », a précisé Sébastien Labbé, Head of Tax. 

Recruter et engager les collaborateurs, un défi-clé 

Si les outils digitaux se développement de plus en plus, les équipes et les qualités humaines ne demeurent pas moins essentielles. Avec 1.760 employés à ce jour, KPMG Luxembourg a ainsi vu son nombre de collaborateurs augmenter de 4 % cette année. « Nous devons nous entourer de personnes capables d’évoluer dans cet environnement innovant dans lequel nos clients opèrent », a confié Thierry Ravasio, Head of People. 

Comme pour beaucoup d’acteurs sur la Place luxembourgeoise, l’un des grands défis liés à la transformation digitale concerne donc le recrutement des talents nécessaires pour la mettre en œuvre et l’accélérer. « Avec plus de 70 nationalités représentées au sein de KPMG Luxembourg, nous sommes habitués à aller chercher nos collaborateurs très loin, dans les pays de l’Est, dans le Sud de l’Europe, mais aussi en Inde ou aux Etats-Unis par exemple. Et nous sommes capables, au Grand-Duché, d’attirer de tels candidats, a confirmé Pascal Denis. Ce que les entreprises doivent néanmoins comprendre, c’est qu’elles ne peuvent plus recruter aujourd’hui avec les méthodes d’avant. Elles doivent faire la démarche proactive d’aller chercher ces talents. » 

Le vrai accélérateur de la transformation digitale au Luxembourg n’est toutefois pas tant de « disposer au sein des entreprises d’un grand nombre de profils spécialisés dans le domaine digital ou technologique, mais d’éduquer l’ensemble des collaborateurs à prendre en compte les opportunités digitales et les nouveaux outils », a ajouté Thierry Ravasio.