La dépendance au smartphone inquiète des actionnaires d’Apple

Deux fonds d’investissement ont écrit à Tim Cook, pour demander à Apple d'étudier les risques liés à l'addiction de certains jeunes au smartphone. Avec, en ligne de mire, la valorisation boursière de la marque dans le long terme.

Au restaurant, en voiture ou à la maison… qui n’a jamais croisé un enfant concentré sur un iPhone ? Ces scènes de vie devenues ultra-courantes montrent la dépendance de nos bambins aux produits high-tech. Deux fonds d’investissement ont écrit à Tim Cook, pour demander à Apple de s’intéresser de près au problème. Si l’addiction au smartphone peut nuire à la santé de certains jeunes, il pourrait aussi à terme affecter la valorisation de la marque à la pomme.

Des actionnaires d’Apple ont demandé à la société créée par Steve Jobs de s’attarder à la problématique de dépendance aux smartphones. Il s’agit des fonds Jana Partners et CalSTRS (une caisse de retraite des enseignants californiens). Les deux, selon le Wall Street Journal, détiendraient environ 2 milliards de dollars d’actifs sur les 898,5 milliards que pèse Apple. Jana et CalSTRS ont donc pris leur plus belle plume pour écrire à Tim Cook, lui faisant part de leur inquiétude relative à l’addiction des jeunes aux smartphones et aux incidences que cela peut avoir sur leur santé.

« Un nombre croissant de preuves montrent que, pour certains jeunes parmi les plus assidus, cela pourrait avoir des conséquences négatives involontaires », écrivent-ils dans un courrier daté du 6 janvier. L’initiative étonne.

 

Un risque aussi pour Apple

Cela dit, la logique économique n’est pas absente pour autant de la démarche. Constatant un « malaise sociétal grandissant », les deux fonds pensent que le problème va, « à un moment donné probablement affecter Apple lui-même » ainsi que sa valeur en bourse. En 2016 un sondage de Common Sense Media, rapportée par Reuters, dévoilait que l’addiction aux smartphones était ressentie par près de la moitié des adolescents américains. « S’attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour tous les actionnaires », précisent encore les actionnaires dans leur courrier.

Jana et CalSTRS ont donc demandé à Apple de s’intéresser au problème en étudiant l’impact des smartphones sur la santé mentale des jeunes. Les deux fonds d’investissements estiment aussi qu’Apple devrait réfléchir à une solution offrant aux parents la possibilité de limiter l’utilisation des smartphones de leurs enfants par le biais d’un logiciel.

Plus d’écran, moins d’alcool

Evidemment, à l’instar de ces actionnaires, il y a lieu de s’inquiéter des conséquences d’un usage abusif des technologies. Ces phénomènes sont préoccupants et difficiles à appréhender. De manière générale, l’Internet a remodelé nos vies sociales. En bien ou en mal ? Le débat risque d’animer encore longtemps nos discussions. Pour prendre un contre-exemple, on attribue aussi la baisse de la consommation d’alcool et de drogues chez les jeunes aux réseaux sociaux et à Netflix.

De récents rapports montrent que le divertissement en ligne en général est à l’origine d’un désintérêt croissant de la jeunesse pour les sorties à l’extérieur. Et c’est la consommation d’alcool et de substances illicites, dans les bars, dans les clubs, qui régresse drastiquement (pdf).

Décidément, on n’a pas fini d’en parler.