NSI Luxembourg : l’alternance, une stratégie de recrutement qui porte ses fruits

Depuis plusieurs années, NSI Luxembourg fait appel à des étudiants en formation pour fournir ses équipes. A côté d’un recrutement plus traditionnel, cette option offre aux étudiants un moyen d’apprendre concrètement un métier, tout en permettant à l’entreprise de former des profils parfaitement adaptés aux fonctions recherchées.

On le sait, le recrutement dans le secteur IT est une tâche particulièrement ardue au Luxembourg. Pour trouver les bons profils, certaines entreprises doivent parfois prospecter dans des pays lointains, sans avoir la garantie de pouvoir conserver ces collaborateurs très longtemps. Face à cette situation complexe, certains ont adopté une toute autre stratégie. Ainsi, chez NSI Luxembourg, on fait appel depuis plusieurs années à des étudiants pour leur proposer de se lancer dans une formation en alternance : une partie de leur temps reste consacrée à la formation théorique, tandis que l’autre (un mi-temps, environ) est dédiée à l’apprentissage concret du métier, au sein de l’entreprise.

Stage ou alternance

Au terme de cette formation en alternance, les jeunes qui ont répondu aux attentes se voient proposer un contrat de travail en bonne et due forme. Ces dernières années, cela a été le cas pour Emilie Colson (marketing), Margot Job (RH) ou encore Maxime Klekowicki (développeur engagé après son stage). A côté d’un recrutement plus traditionnel, cette formule « win-win » semble porter ses fruits. « Nous ne recrutons évidemment pas tous les profils de cette manière, mais cela s’avère très efficace pour certaines fonctions, estime Jenna Gadreau, Sales & Talent Acquisition Director chez NSI Luxembourg. Du côté de l’entreprise, cela nous permet d’avoir la bonne personne au bon poste, mais également de la fidéliser, ce qui est un enjeu important dans notre secteur. »

Pour les étudiants qui bénéficient de ce système, l’avantage est également évident. « On a vraiment le sentiment, dès le départ, de faire partie de l’entreprise. On est loin du ‘stage photocopie’ que certains connaissent. Chez NSI Luxembourg, on nous donne de vraies missions, on nous responsabilise, et cela nous permet d’évoluer rapidement, détaille Margot Job. D’un autre côté, il y aussi un suivi qui fait que nous ne sommes pas lâchés dans la nature, mais accompagnés pas à pas. » Étant une société de services, NSI place certains de ses collaborateurs directement chez ses clients. Et ceux-ci s’adaptent parfaitement aux profils parfois plus inexpérimentés auxquels NSI fait confiance. « NSI m’a formé à Atlassian et m’a dirigé vers un client qui, lui aussi, m’a accompagné dans les premiers temps de mon travail sur place. Au final, ce petit manque d’expérience au départ a été bien accepté », explique Maxime Klekowicki.

Des projets concrets

Du côté métier, les étudiants qui, comme Nathan Beer, choisissent de valider leur stage chez NSI, ont eux aussi la possibilité de travailler sur des projets très concrets. « Lors de mon passage chez NSI, de septembre 2020 à fin janvier 2021, j’ai eu pour mission de développer une application en interne, explique Nathan Beer, qui suit un Master en informatique dans une école d’ingénieurs de Nancy avec laquelle NSI collabore régulièrement. Ce stage m’a donc permis non seulement d’acquérir de nouvelles compétences techniques, mais aussi d’en apprendre plus sur la gestion de projet, sur la vulgarisation des termes techniques pour les autres membres de l’équipe, notamment les RH ou les commerciaux. C’est un aspect du métier qu’on apprend peut-être moins à l’école. » 

Pour NSI, le but est en effet d’impliquer les étudiants ingénieurs sur tous les aspects des projets menés par la société : de l’analyse à la conception en allant jusqu’au développement final, assistés par des développeurs expérimentés. Pendant 3 à 6 mois, ils touchent ainsi à toutes les facettes du métier.

D’abord du savoir-être

Collaborant avec plusieurs écoles, tant en France qu’en Belgique ou au Luxembourg, NSI souhaite poursuivre dans cette voie à l’avenir. Le défi est en effet de taille, puisque la structure souhaite atteindre les 150 collaborateurs dans un horizon de deux ans. La demande pour des services comme ceux que NSI offre a en effet eu tendance à s’accélérer en 2020, suite à la crise du Covid. Et il faut recruter pour pouvoir y répondre.

Mais, si l’on opte pour cette formule de l’alternance, comment parvient-on à mesurer le potentiel d’un jeune ? Pourquoi en choisit-on un plutôt qu’un autre ? « Nous nous concentrons d’abord sur le savoir-être du jeune que nous rencontrons, souligne Jenna Gadreau. Il faut que le candidat soit ouvert d’esprit, ait une réelle curiosité et fasse preuve d’agilité. On cherche aussi à voir si le jeune s’implique dans l’entreprise et s’il est prêt à s’y engager véritablement. Si nous sommes convaincus de son potentiel, nous l’accompagnons alors pendant tout le temps nécessaire pour qu’il acquière les compétences souhaitées. » 

En cultivant chaque jour avec ces jeunes des valeurs telles que la résilience, la passion et la bienveillance, l’équipe de NSI Luxembourg est parvenue à se développer de façon fulgurante en l’espace de quelques années. On ne peut que souhaiter que cette belle dynamique se poursuive.