L’assurance qualité et le testing, activités de plus en plus transverses

Ce 10 octobre avait lieu à la House of Startups la 5e édition du Luxembourg Software Testing Event (LSTE) organisée par q-leap, société luxembourgeoise d’experts en Assurance Qualité et Testing. Cet évènement a de nouveau été l’occasion de réunir de nombreux experts de la Grande Région et de faire le point sur les fonctions vitale liées à la qualité des applications, qui deviennent de plus en plus riches au fil des années.

L’assurance qualité et les tests applicatifs sont des processus indispensables dans la construction d’une application informatique. Ils permettent de garantir la qualité du développement, d’identifier les éventuels bugs que contient l’application et de les corriger avant sa mise en production. Ces activités se transforment au gré des évolutions des méthodes de développement (Agile et DevOps) ainsi que des technologies et des plateformes (JavaScript et Mobile). De nouvelles méthodes et de nouvelles solutions de testing sont régulièrement mises au point. Pour les professionnels du secteur, il est donc particulièrement enrichissant de pouvoir se rencontrer pour échanger sur les problématiques rencontrées et les éventuelles nouveautés. C’est la raison d’être du Luxembourg Software Testing Event, organisé par q-leap et dont la 5e édition avait lieu ce 10 octobre au sein de la House of Startups de Luxembourg.

 

Du « quality engineering »

Avec 130 personnes et plus de 80 sociétés représentées, l’événement fait figure d’incontournable dans la Grande Région. En introduction aux interventions de plusieurs experts du secteur, Sylvain Perez, CEO de q-leap, la société à l’origine de l’événement, a rappelé le rôle important que revêt le LSTE pour identifier les nouvelles tendances auxquelles sont confrontés les professionnels du secteur. « Ce qui est clair, c’est que le métier gagne en complexité, et que des compétences de plus en plus pointues sont nécessaires pour l’exercer, a-t-il relevé. Nous sommes en effet passés, au cours des dernières années, d’un profile “quality assurance” à un profil “quality engineering”. Cela veut aussi dire que la responsabilité des testeurs est aujourd’hui plus importante. »

Parmi les tendances de fond qui gagnent le secteur, Sylvain Perez a également pointé l’automatisation du testing. « Elle ne concerne aujourd’hui que 20% des procédures de testing, mais plus de 40% des professionnels du secteur seraient prêts à automatiser au moins la moitié de leurs tests. En outre, il faut souligner l’intérêt marqué pour la sécurité et pour l’UX design, qui constituent d’autres tendances importantes pour le secteur du testing. »

 

Choisir les bons outils, créer les bonnes procédures

L’intérêt du LSTE est de brasser large en donnant la parole à des experts travaillant sur des outils très spécifiques mais aussi, par exemple, à des responsables qui ont refondu l’intégralité du processus de testing de leur société. Pour commencer la soirée, Marcus Seganfredo, Senior QA Automation Engineer, a ainsi dévoilé les résultats d’une longue comparaison effectuée sur les performances de deux types de sélecteurs différents : CSS Selector et XPath. La performance, ici, correspond en réalité à la vitesse avec laquelle on peut retrouver un élément spécifique d’une page HTML à l’aide de ces deux outils, et ce sur différents navigateurs (Edge, Firefox, Chrome et Internet Explorer). De manière générale, il apparaît que CSS Selector est plus performant – c’est-à-dire plus rapide – que XPath, tandis que ce dernier outil offre une meilleure utilisabilité. Pour Marcus Seganfredo, « cet aspect fonctionnel doit également être pris en compte, au-delà de la seule rapidité de l’outil. Finalement, aucun sélecteur n’est parfait. »   

Juan Antonio Espinosa Lopez et Stefano Massaro ont enchaîné en présentant la façon dont ils ont complètement réinventé leur approche du testing au sein d’Advanzia, une banque en ligne connaissant une croissance très importante. « Face à cette croissance annuelle de près de 20%, nous avons dû accélérer notre transformation digitale et donc, également, notre approche du testing, a expliqué Stefano Massaro, Software Test Analyst chez Advanzia. Nous avons automatisé un nombre important de procédures qui étaient jusqu’alors manuelles. Cela nous a permis d’accélérer les procédures, tout en limitant les erreurs. »

 

La gestion du risque, au cœur du testing

Le risque, pour une société actuelle, consiste en grande partie à être trop lente pour déployer les solutions informatiques qui répondent aux besoins du marché ou de l’organisation. Mais il peut être tout aussi risqué de délivrer dans les temps un produit de mauvaise qualité. Le testing a donc un rôle essentiel pour éviter ce biais. Dans cette optique, Asma Reghimi, Coach testing methodology & Test Manager chez Talan Luxembourg, a présenté une méthodologie consistant à partir des risques que présente un logiciel pour le business afin de développer une procédure automatisée de testing.

De la gestion du risque à la sécurité, il n’y a qu’un pas, qui a été franchi lors de ce LSTE par Barbara Terra et Jean-Marie Bourbon, de la société Hacknowledge Luxembourg. Ces deux experts ont plaidé pour une approche plus offensive de la sécurité dans le testing des logiciels. « Veiller à la sécurité de son logiciel est souvent considéré comme une pratique coûteuse et ne présentant pas beaucoup d’intérêt économique. Et pourtant, l’insécurité peut devenir très coûteuse, a prévenu Jean-Marie Bourbon. Il est suicidaire de relever une faille de sécurité dans une app et de l’ignorer. Pour une approche vraiment sûre, nous recommandons d’ailleurs de tester non seulement l’application, mais aussi l’environnement dans lequel elle s’insère – le réseau, le système, etc. » Pour Hacknowledge, un scan de sécurité automatisé ne suffit d’ailleurs pas : des vérifications manuelles effectuées par un spécialiste qui comprend le comportement et les techniques d’un hacker sont également nécessaires.

Particulièrement riches, les échanges qui ont eu lieu durant cette 5e édition du LSTE se sont poursuivis tard dans la soirée. De quoi motiver les organisateurs à préparer d’ores et déjà la prochaine édition…  

www.q-leap.eu

Photos par Docler Holding Luxembourg