Le Big Data, pour saisir de nouvelles opportunités

Réputée pour répondre aux besoins en Business Intelligence de ses clients, la société AkaBI intègre désormais le Big Data dans son champ de compétences. La société de consultance veut aider ses clients à mieux se développer en profitant de toutes les données disponibles.

Xavier GrosfilsRéputée pour répondre aux besoins en Business Intelligence de ses clients, la société AkaBI intègre désormais le Big Data dans son champ de compétences. La société de consultance veut aider ses clients à mieux se développer en profitant de toutes les données disponibles.

« Régulièrement, nous sommes confrontés à des clients qui ont entendu parler de Big Data, qui sont persuadés que cela peut générer de nouvelles opportunités mais ils n’ont pas une vision claire de ce qu’il y a derrière ce concept. », nous explique Xavier Grosfils. Le co-fondateur d’AkaBI, société de consultance belgo-luxembourgeoise principalement active dans le domaine de la Business Intelligence, reconnait volontiers qu’il peut être intéressant d’explorer le champ offert par l’analyse de masses importantes… mais pas à n’importe quel prix, ni à n’importe quelle fin.

Pour servir de nouveaux objectifs business

Car le concept implique un tout autre traitement de la donnée, bien éloigné des approches BI traditionnelles. Il faut donc revoir l’approche de bout en bout, avec les risques et les coûts qui en découlent. « Si cela ne sert pas de nouveaux objectifs business et a pour seul but d’améliorer un processus de traitement de données déjà existant, un tel investissement est rarement justifié, poursuit Xavier Grosfils. Par contre, cela peut en valoir la peine si l’approche vient répondre à de nouveaux besoins business. On peut par exemple évoquer une meilleure évaluation des risques, la détection de fraude, une meilleure compréhension des besoins et des comportements de la clientèle, la mise en place de stratégie de rétention. »

AkaBI a récemment renforcé ses compétences pour répondre aux attentes de ses clients en la matière. La société met à leur disposition diverses expertises, du data scientist, qui va pouvoir mettre en place les modèles menant au traitement de la donnée, au technicien, qui va intégrer la solution permettant à l’entreprise de profiter d’une approche Big Data.

Revoir l’architecture de traitement des données

Le Big Data implique de travailler sur des quantités très importantes de données et, dès lors, de pouvoir à la fois les stocker et les traiter rapidement. Ne fut-ce qu’en matière d’infrastructures nécessaires, les coûts engendrés peuvent déjà s’avérer conséquents. La manière dont on traite les données, par rapport à une approche traditionnelle, est aussi différente. « L’idée de base est identique, stocker dans un endroit unique toutes les données, ce que l’on nomme Data Warehouse en business intelligence classique et data lake en Big data. La différence vient de la manière dont l’information est stockée : structurée dans le Data Warehouse, structurée ou non dans le data lake. Cette approche évite l’écueil des coûts d’intégration rencontré dans tout projet BI et de pouvoir directement tester ses modèles analytiques sur l’ensemble des données ».

Evaluer le retour sur investissement

Pour AkaBI, le choix de migrer vers une approche Big Data doit donc être guidé par de nouveaux besoins business et exige, au regard des coûts que cela implique, de bien envisager les retours sur investissements à moyen terme. « Une fois que ce data lake sera mis en place, que l’approche sera fonctionnelle, il sera possible d’exploiter la donnée autrement, pour en retirer d’autres informations utiles, assure Xavier Grosfils. Mais cela exige de s’appuyer sur de nouvelles compétences en matière de traitement des données. Des profils comme les data scientists avec un background solide en IT mais également en mathématique-statistique et de bonnes connaissances métiers/fonctionnelles auront beaucoup à faire à l’avenir. »

En tout cas, dès à présent, AkaBI mise sur le recrutement et le développement de telles compétences pour renforcer ses équipes.