Le manager, clé d’un hybrid working fructueux

Après un an et demi de télétravail, les collaborateurs, dans la plupart des entreprises, commencent à revenir au bureau. Le travail hybride – au bureau et à la maison – devrait à présent devenir la nouvelle norme. Dans ce contexte, les managers auront pour mission de stimuler les employés, tout en leur évitant l’épuisement technologique.

Wilfrid Lagrange, Country Manager de Devoteam

Qui se souvient de l’« Homme qui valait trois milliards » ? Cette série américaine mettait en scène un astronaute américain chevronné qui, suite à un crash d’avion, était équipé de prothèses bioniques le rendant capable de courir plus vite, de voir plus loin et de soulever des charges plus lourdes.

Près de 50 ans après la première diffusion de cette série à succès, l’homme bionique, assemblé à coup de lourdes opérations chirurgicales, n’est pas encore d’actualité. C’est que les développements technologiques de ces dernières années en ont déjà fait un être vivant augmenté, sans devoir pour autant passer sur le billard. « Si la technologie n’a pas attendu la crise du Covid pour se développer, celle-ci a tout de même considérablement accéléré son déploiement, assure Wilfrid Lagrange, Country Manager de Devoteam, société spécialisée dans la transformation digitale. Aujourd’hui, on peut faire le tour du monde en une journée grâce à Teams, comprendre des langues étrangères grâce à la traduction simultanée, être toujours plus efficaces grâce à nos assistants virtuels. Nous sommes donc déjà devenus des hommes bioniques. »

Le beurre et l’argent du beurre

La crise sanitaire nous a en effet tous forcé à goûter au télétravail, de façon extrême. Nous avons pu découvrir les avantages de la formule – moins de stress lié aux transports, une plus grande productivité, plus de temps passé avec sa famille… – mais aussi, dans certains cas, en apercevoir les limites. « Il y a clairement une pression technologique accrue qui pèse sur chaque travailleur, estime Wilfrid Lagrange. Pour s’en rendre compte, il suffit de citer quelques chiffres : entre février 2020 et février 2021, notre temps passé en réunion a augmenté de 150 %, le nombre de mails échangés s’est accru de 41 milliards et les chats – souvent en dehors des heures de bureau – de 45 %. Dans le même temps, notre délai de réponse moyen à chaque sollicitation est resté le même, à savoir 5 minutes. On comprend donc pourquoi, comme le démontre une étude commandée par Microsoft, 65 % des employés se disent débordés, et 39 % se sentent épuisés. »

Ces quelques éléments peuvent inciter à penser que le retour au bureau est salutaire pour l’ensemble des employés. Or, ce n’est pas le cas. « On touche ici à l’une des caractéristiques de l’humanité, qui veut toujours le beurre et l’argent du beurre, s’amuse Wilfrid Lagrange. En effet, la même étude pour Microsoft indique que 73 % des employés veulent continuer à travailler à distance… même si 67 % d’entre eux souhaitent avoir plus de contact avec leurs collègues. » De quoi compliquer considérablement l’équation pour n’importe quel manager.

L’hybrid working, le meilleur des deux mondes

Face à cette réalité, la solution de l’hybrid working semble idéale. En mettant en présence les équipes dans les moments où la collaboration et les échanges sont essentiels, cette formule assouvit les besoins de contact des collaborateurs. D’un autre côté, en leur aménageant des plages horaires à domicile, elle leur permet de continuer à bénéficier des avantages du télétravail. « Le problème est que, au sein de toute entreprise, chaque profil est différent : certains seront plus motivés par le télétravail, d’autres s’enfermeront dans une forme d’isolement qui peut mener à des conséquences graves, comme la dépression, avertit le Country Manager de Devoteam. Le rôle du manager et des ressources humaines sera donc fondamental, car il faudra Idéalement  procéder au cas par cas et revoir profondément la façon de gérer les équipes. »

Il est toutefois clair que cette formule hybride n’est pas une solution transitoire. Elle est là pour durer et ne pas s’en rendre compte pourrait avoir des conséquences dramatiques pour une entreprise. « De nombreux candidats ne postulent même plus s’il n’est pas possible de faire du télétravail. D’un autre côté, ce mode de travail permet d’aller séduire des talents beaucoup plus loin que ce que l’on faisait avant. Dans un secteur où les profils sont difficiles à trouver, comme le nôtre, cela constitue donc une réelle opportunité », ajoute Wilfrid Lagrange.

Évidemment, il reste à régler les problèmes fiscaux et de compliance qui se dressent encore sur la route d’une généralisation du travail hybride. Une étape indispensable, sachant que nous n’en sommes qu’à la préhistoire du home working, mais que son histoire est bien en marche. « Tout le monde connaît et utilise aujourd’hui Teams mais il faut se préparer à la prochaine étape. La nouvelle plateforme Microsoft  Viva sublime encore l’expérience employé en boostant en parrallèle efficacité et bien être en entreprise. Il faut vite adopter ces outils car  avec sa plateforme de collaboration en réalité augmentée appelée ‘Mesh’, Microsoft va encore plus loin et parvient par exemple à mettre les participants d’une réunion en présence sous forme d’hologrammes. On entre là dans une tout autre dimension », conclut le Country Manager de Devoteam.