Le multi-cloud : un accompagnement de choix pour réussir sa transformation digitale

Le cloud apporte la flexibilité, l’adaptabilité et l’agilité nécessaires aux organisations en quête de stratégies répondants aux besoins d’un futur en constante évolution. Le recours à une diversité de plateformes et solutions, afin de profiter de tous les avantages qu’elles offrent, implique toutefois d’adopter une gouvernance globale et d’établir une stratégie multi-cloud.

Les bonnes raisons de se tourner vers les solutions et plateformes cloud sont nombreuses et désormais connues de tous. Entre autres avantages, on peut citer l’accroissement de l’agilité, une meilleure gestion des coûts, un ajustement des ressources utilisées aux besoins effectifs en temps réel, une réduction du time to market, etc. Avec le cloud, il n’a jamais été aussi facile de déployer des solutions ou de provisionner des ressources pour soutenir le développement de son entreprise. « Cependant, lorsqu’on multiplie les partenaires cloud et le recours à des solutions software as a service proposées par divers acteurs, on peut mieux se rendre compte des enjeux liés à la gestion de ces diverses ressources », commente Daniel Sahler, Head of Multi-Cloud Services au sein de Fujitsu Luxembourg.

Des avantages évidents et des enjeux clés

Pour l’expert, au moment d’envisager une approche multi-cloud, il faut avoir connaissance des bénéfices autant que des points d’attention liés à la mise en place de cette solution. « Du côté des bénéfices, il y a tous les avantages offerts par la gestion des ressources informatiques à travers le cloud : une grande flexibilité, le fait de ne pas être dépendant d’un fournisseur, la possibilité d’aller chercher le meilleur là où il se trouve…, poursuit Daniel Sahler. Mais il faut aussi considérer les enjeux liés aux recours à diverses ressources cloud. Comment maîtriser l’ensemble des solutions utilisées ? Comment surveiller l’utilisation des ressources ? Comment déployer les solutions de manière sécurisée ? Comment gérer l’ensemble des compétences requises pour maîtriser plusieurs solutions hétérogènes ?  Comment mettre en place une gouvernance centralisée pour intégrer ces environnements, spécifiques par définition ? »

Adopter une stratégie de migration avant tout

Qu’impliquent ces enjeux pour l’organisation ? Pour bien adopter le cloud, ou plus exactement les diverses solutions cloud utiles à son développement, il est important de se doter d’une stratégie adaptée. « L’adoption du cloud sera le plus souvent progressive, à la poursuite de divers objectifs relatifs à la gestion de l’infrastructure, des données ou encore des applicatifs, commente Yannick Bruck. Dans certains cas, les ressources pourront être directement migrées vers le cloud. Pour certaines solutions on premise, la voie la plus simple vers le cloud consistera en leur remplacement par des applications SaaS équivalentes. D’autres solutions ou applications, par contre, devront être reconstruites afin de les rendre cloud native, sous forme de micro-services qui pourront être conteneurisés par exemple. »

La stratégie adoptée définira la manière avec laquelle l’entreprise entend migrer. L’objectif ultime étant de parvenir à s’inscrire dans une approche DevOps, qui conférera à l’organisation un maximum d’agilité dans la manière de faire évoluer les solutions.

Emprunter la bonne voie vers le cloud

« Les possibilités de migrer vers le cloud sont nombreuses. L’enjeu pour l’organisation est de pouvoir mettre en place des processus de migration sans interruption, de préserver les ressources en cas de désastre, d’assurer un meilleur accompagnement de la croissance de l’activité et, surtout, de garder le contrôle », assure Daniel Sahler.

De nombreuses organisations vont par exemple envisager l’utilisation de l’ensemble des ressources informatiques dans une approche hybride, avec une partie conservée on-premise et l’autre dans le cloud. Dans ce contexte, il est important d’identifier des solutions agnostiques, c’est-à-dire qui ne sont pas spécifiques à la plate-forme cloud ciblée. Si on parle d’infrastructure, nous pouvons penser à VMware, et si nous parlons de containeurs, penser à Openshift. L’intérêt de ces solutions, et d’autres dans la même approche, est de bénéficier d’une couche standard, identique sur tous les clouds. Les entreprises peuvent donc facilement réutiliser ce qu’elles ont développées sur leurs serveurs et les déployer sur le cloud. « Cette possibilité, par exemple, permet à l’entreprise de faire évoluer progressivement son environnement vers le cloud, en gardant la maîtrise sur tous les éléments. A travers le cloud, elle accède aux applications les plus avancées. La plateforme s’apparente alors à une extension du data center, permettant à l’organisation de répondre plus facilement aux nouvelles demandes », explique Daniel Sahler.

Chacun son chemin vers le cloud

Les possibilités technologiques sont multiples pour accompagner la transition vers une offre multi-cloud. L’important reste que l’organisation se dote d’une gouvernance relative à l’adoption des solutions disponibles sur le marché, définisse une architecture pensée pour le long terme et d’une stratégie de migration pragmatique et flexible. Chacune, pour cela, devra considérer ses propres enjeux, entre risques et opportunités