L’ère de l’open banking se concrétise

La Banque de Luxembourg est le premier acteur bancaire à offrir à ses clients la possibilité d’accéder depuis son interface aux données de leurs comptes de paiement au sein des six principales banques de détail du pays. Pour agréger toutes ces informations, elle s’appuie sur la plateforme de LUXHUB. C’est une première étape dans l’ère de l’open banking au Luxembourg.

Steeve Gresse, Head of Innovation & Digital Client Experience au sein de la Banque de Luxembourg
et Jacques Pütz, CEO de LUXHUB

L’agrégation de l’ensemble des données de compte de paiement d’un client multi-bancarisé au cœur d’une seule et même interface est une innovation aujourd’hui rendue possible par la dernière directive paiement (PSD2). « C’est un service dont on parle depuis un moment et sur lequel travaillent la plupart des acteurs bancaires au Luxembourg, commente Jacques Pütz, CEO de LUXHUB. La Banque de Luxembourg, que nous sommes très fiers d’accompagner dans une démarche d’innovation, est le premier acteur de la Place à permettre à ses clients d’accéder depuis son application mobile aux données de leurs comptes de paiement des six banques retail du pays. La banque centenaire, en se positionnant comme pionnière de l’open banking, démontre qu’elle reste à l’avant-garde au cœur d’un environnement bancaire en transformation. »

Aborder PSD2 avec la volonté d’enrichir l’offre 

LUXHUB a pour mission de soutenir les acteurs bancaires vis-à-vis de leurs obligations liées à PSD2. La structure gère une plateforme mutualisée facilitant l’exposition des données de compte de leurs clients vers l’extérieur à travers la gestion d’API, dans le respect des réglementations en vigueur. « C’est en considérant les enjeux liés à la mise en conformité dans le cadre de PSD2 que nous avons mesuré les opportunités de l’open banking, explique Steeve Gresse, Head of Innovation & Digital Client Experience au sein de la Banque de Luxembourg. La gestion des API dans ce contexte n’étant pas directement liée à notre cœur de métier, nous avons donc fait le choix de nous appuyer sur la plateforme LUXHUB. Dès le départ, notre volonté a été d’utiliser les nouveaux leviers offerts par la directive pour enrichir notre proposition de services. »

Une expérience utilisateur enrichie  

En s’appuyant sur la plateforme LUXHUB One, la Banque de Luxembourg a cherché à améliorer l’expérience utilisateur de ses clients, sans attendre que d’autres fassent le premier pas. « Nos clients ont toujours été au cœur de notre stratégie digitale, avec la volonté de leur assurer un service à la hauteur de leurs attentes et de pouvoir répondre au mieux aux diverses problématiques qu’ils rencontrent, assure Steeve Gresse. L’agrégation des données de compte de paiement constituait une réelle opportunité d’améliorer leur expérience numérique. » Chaque client de la Banque de Luxembourg peut désormais disposer d’une vue plus large sur l’ensemble de ses avoirs au départ d’une seule application, BL Mobile Banking. « En capitalisant sur les développements techniques réalisés dans le cadre de l’agrégation de comptes, d’autres évolutions peuvent alors être imaginées pour enrichir notre offre de service en fonction des besoins de nos clients. Les enjeux liés à la sécurité, à la confidentialité des données, tout comme les API, sont directement gérés par LUXHUB », commente Steeve Gresse. 

Le client, moteur de l’innovation bancaire

Si la Banque de Luxembourg démontre avoir une longueur d’avance, la plupart des autres institutions bancaires s’apprêtent à proposer à leur tour un service d’agrégation. « Avec l’open banking, une nouvelle forme de compétition va s’opérer. Le client en sera le principal bénéficiaire. Pour les banques, le défi sera d’améliorer l’expérience utilisateur et de pouvoir enrichir l’offre de service au départ des informations que chacune peut aller récupérer auprès d’une autre institution, si le client l’y autorise. Cela va induire d’importants changements et une accélération des innovations dans le monde de la banque », commente Jacques Pütz. 

Insuffler un vent d’innovation

La Banque de Luxembourg va continuer à investir dans cette voie. « Dans cet environnement changeant, l’enjeu sera de parvenir à faire la différence à travers l’expérience utilisateur proposée, assure Steeve Gresse. Les relations que nous entretenons avec nos clients s’inscrivent sur le long terme, mais il faut sans cesse se réinventer. Ces nouveaux développements nous permettent de tester l’appétence de nos clients pour ce type de solutions numériques. Le champ des possibles est immense mais la priorité à court terme reste de bien comprendre les besoins de nos utilisateurs et de proposer une offre de services la plus en ligne avec leurs besoins. » 

Pour le responsable de l’innovation de la Banque de Luxembourg, l’ouverture des données dans un cadre structuré et sécurisé, où le client final garde la maitrise de ses informations, permet d’entrer concrètement dans l’ère de l’open banking. « Nous considérons cela comme une formidable opportunité d’insuffler un vent d’innovation dans les propositions de services et de répondre aux nouvelles attentes des clients à travers les canaux digitaux », conclut Steeve Gresse.