L’étoile SoLoMo luxembourgeoise FLASHiZ propulsée par le Trusted Cloud d’ebrc

La brillante start-up de services de paiement mobiles, FLASHiZ crépite de tous feux pour le moment à Luxembourg. Elle entame le déploiement de services et pense déjà loin… tirant tout le potentiel du Cloud de confiance d’ebrc. Rappel des faits. Mai 2012, FLASHiZ débarque comme un coup de tonnerre sur la Place grand-ducale. Il faut […]

La brillante start-up de services de paiement mobiles, FLASHiZ crépite de tous feux pour le moment à Luxembourg. Elle entame le déploiement de services et pense déjà loin… tirant tout le potentiel du Cloud de confiance d’ebrc.

Rappel des faits. Mai 2012, FLASHiZ débarque comme un coup de tonnerre sur la Place grand-ducale. Il faut dire que, même si les travées seront autant tranchées que celles qu’empruntent toutes les start-ups, la petite entreprise luxembourgeoise a mis nombre d’atouts dans sa poche pour lancer ses services de paiements et transfert P2P mobiles.

D’une part, FLASHiZ surfe sur un marché – le SoLoMo ; pour Social Local Mobile – en plein essor. L’avènement des comportements impulsifs dans le monde mobile est plus que prometteur : il paraît incontournable. D’autre part, le time-to-market est bon : il n’y a encore que peu d’acteurs dans le monde du paiement par smartphone et de l’échange de monnaie mobile ; et dans tous les cas, aucun acteur majeur ne s’est détaché.

FLASHiZ est un écosystème

FLASHiZ arrive donc sur un marché porteur au bon moment. Elle s’entoure aussi de précieux jokers : des investisseurs solides, des administrateurs engagés et qui œuvrent à la réussite du projet, notamment avec son Président du Conseil, Marc Aguilar, par ailleurs COO Retail and Corporate BGL BNP Paribas. Elle s’appuie aussi sur un petit nombre de partenaires locaux dont LuxTrust, InTech et ebrc. Finalement, elle porte une ambition réelle, dont Alexandre Rochegude, son CEO est le meilleur ambassadeur.

Mai 2012 donc, FLASHiZ devient opérationnelle. Elle dépose son dossier de candidature auprès de l’APSI dans le cadre du Gala Golden-i organisé par ITnation. Et sans l’ombre d’une hésitation, le jury lui décerne le Flagship Award, un prix qui a ici tout son sens : trouver le futur vaisseau amiral du petit monde IT luxembourgeois.

C’est en juin 2011 que l’aventure commence réellement pour Alexandre Rochegude. Il débarque avec un prototype et une idée séduisante : faire du smartphone un portefeuille digital. Le principe est simple : utiliser les QR codes comme moyen d’identification pour processer un paiement ou un transfert d’argent. Payer son parking, son croissant, son journal, donner quelques Euros à un ami ou à un membre de sa famille en un éclair avec le smartphone, voilà l’idée !

« Nous avons rapidement décidé de nous entourer de partenaires locaux, explique Alexandre Rochegude. C’est ainsi que InTech a pris en charge le développement de la solution mobile et que ebrc nous a intégré dans son infrastructure de Cloud. Dès nos premiers contacts, ebrc a bien compris notre ambition et le potentiel qui s’offre à nous, à l’échelle de Luxembourg, comme au niveau international. Dans un premier temps, ebrc nous a soutenu en nous mettant à disposition un environnement pour développer la plateforme FLASHiZ. Dans un second, nous avons avec nous un partenaire sur qui nous pouvons compter et dont nous sommes certain que le roll-out et la montée en puissance se fera sans encombre. »

Cloud en tant que Business enabler

Chez ebrc, qui peut le plus peut aussi le meilleur. Habituée à jongler dans des environnements hautement critiques et d’ampleur conséquente, que ce soit auprès d’institutions financières ou autres, ebrc se fait forte de donner des services à valeur ajoutée dans le traitement de l’information sensible. Ici, le paiement mobile contient aussi les mêmes contraintes et les mêmes gages de qualité que n’importe quelle banque (éprouvés au sein d’une licence de la CSSF en tant que établissement de monnaie électronique) tout en ayant besoin d’une grande flexibilité et d’une réactivité des meilleures. « Notre potentiel de croissance est simplement exponentiel, dit Alexandre Rochegude. Nous avons besoin d’un partenaire qui peut naviguer dans les contraintes et règles établies par la CSSF, qui offrent à FLASHiZ des atouts supplémentaires et qui doit nous offrir toute la souplesse utile. L’infrastructure Cloud d’ebrc nous a retiré une épine du pied : elle nous garantit la pérennité de la solution. »

De FLASH à Z chez ebrc

En juin 2011, ebrc met à disposition 2 puis 4 machines virtuelles à FLASHiZ, puis migre, à l’approche du lancement, la plateforme cœur de paiement au sein du Trusted Cloud. « ebrc nous a apporté plus qu’une infrastructure, mais bien une vision, une cible pour la prochaine étape. Elle nous a épaulés pour la formalisation et les différents niveaux de SLA nécessaires, que ce soit en matière de déploiement ou de redondance par exemple. »

« Notre métier est de prendre les risques de nos clients sous contrôle dans le cadre de la gestion de leurs informations à valeur sensible, dit Yves Reding, CEO de ebrc. Avec FLASHiZ, nous avons marqué notre volonté de relever ce challenge et de nous engager dans un mode de partenariat. InTech, ebrc et FLASHiZ ont réuni une complémentarité idéale : on part ensemble, on prend les risques ensemble, on assume ensemble, on réussira ensemble… FLASHiZ a exactement les mêmes contraintes que nos clients plus habituels, les grands comptes, si ce n’est qu’elle n’a ni les mêmes moyens, ni les mêmes ressources. C’est donc dans ce cercle vertueux où chacun motive l’autre que nous œuvrons à la réussite du projet. »

« FLASHiZ a été un dossier sympa à gérer, dit Jean-François Hugon, BDM d’ebrc. Au-delà d’un projet technique, d’un enjeu business, c’est une aventure humaine que FLASHiZ porte. En outre, on est tous conscients du potentiel de cette entreprise. »

Si FLASHiZ a aussi rapidement obtenu le feu vert de l’autorité CSSF, c’est aussi en raison des garanties apportées par la plateforme de Cloud d’ebrc. Le Trusted Cloud est largement documenté, certifié, audité… dans le cadre de la mission de centre de données et de prestataires de services gérés d’ebrc. L’entreprise de la Cloche d’Or gage aussi l’intégralité du traitement de la chaine de valeur, sans avoir à recourir à aucune sous-traitance. « ebrc a rendu notre projet crédible », dit Alexandre Rochegude.

ebrc a aussi enlevé la problématique de la montée en puissance de  FLASHiZ. Si le home-market de la strat-up est Luxembourg, c’est aussi d’un cadre de test et d’un environnement connus pour l’entreprise. Et l’ambition est aussi ailleurs : elle a déjà ouvert (ou est sur le point d’ouvrir) des filiales en Belgique, en France et en Espagne. « Nous cherchions un partenaire fiable et conséquent avec qui on peut avoir une vision à long terme et ne pas à entamer des renégociations tous les trois mois. Nous voulons pouvoir compter sur un spécialiste en son domaine capable de nous accorder au besoin dix fois plus de machines, dix fois plus de workloads, dix fois plus de bande passante… »

Après le pilote public dévoilé en mai dernier et les premiers efforts de commercialisation, notamment auprès de professionnels et de marchands (parking Vinci, boulangeries Fischer, bars et brasseries luxembourgeoises, shoppings centers et boutiques,…), FLASHiZ vient de lancer une campagne marketing unique, dotée de 10.000 Euros à dépenser pour ses e-acheteurs. Un succès énorme et un volume de membres décuplé en deux jours !

Et l’intention de développement est vaste : campagne de marketing mobile, programme de fidélité, couponing… le portefeuille FLASHiZ a des atouts à sortir.