L’IT et les enfants, un avenir en marche au Luxembourg

Les associations, les parents, les écoles et les gouvernements s’intéressent plus ou moins au phénomène IT et enfants. Au Luxembourg, différentes initiatives axées sur l’information, la sensibilisation et la formation connaissent un intérêt croissant. CNA4Kids, Café Numérique Arlon, Devoxx4Kids et le Code Club Luxembourg ont tous trois choisis le public des enfants, pour les initier à l’IT au sens large.

Les associations, les parents, les écoles et les gouvernements s’intéressent plus ou moins au phénomène IT et enfants. Au Luxembourg, différentes initiatives axées sur l’information, la sensibilisation et la formation connaissent un intérêt croissant. CNA4Kids du Café Numérique Arlon, Devoxx4Kids et le Code Club Luxembourg ont tous trois choisi le public des enfants, pour les initier à l’IT au sens large.

Entre le téléphone portable, Internet, les tablettes et autres objets connectés, les enfants et adolescents sont des utilisateurs précoces et friands des technologies. Si ce monde virtuel reste un formidable lieu de découvertes, il est aussi l’endroit de tous les dangers. Ces initiatives florissantes sont donc un appui pour les parents et les enfants. Un jour, peut-être que les écoles primaires aussi se lanceront, à l’image de l’Angleterre qui enseigne l’informatique depuis 1995 dans toutes les classes de 5 à 16 ans.

Des cafés aux goûters numériques

Au départ de CNA4Kids, il y avait les Cafés Numériques, une initiative belge qui rassemble aujourd’hui 11 villes, 254 conférences, 520 speakers et 7867 participants. L’idée est née il y a 5 ans à Bruxelles de “l’ambition de partager des connaissances dans le domaine des nouvelles technologies pour toute personne curieuse des nouvelles technologies.”

Annabelle Buffart, Cofondatrice du Café Numérique Arlon (en photo) a souhaité décliner son initiative pour les enfants. Les Cafés Numériques Arlon pour les enfants ont été nommés CNA4Kids, marque du partenariat avec Devoxx4Kids (qui organise de l’initiation pour enfants dans le monde entier) et le Code Club Luxembourg (qui avait eu beaucoup de succès avec ses « coding goûters »). Forte du retour d’expérience d’autres de Devoxx4kids, Annabelle Buffart a rapidement pu s’entourer d’intervenants de plusieurs compétences et de bénévoles.

Vulgariser les nouvelles technologies

Lors des Cafés Numériques, les associations, les logiciels ou les bonnes pratiques sont présentés aux parents mais beaucoup restent encore perdus sur l’approche à tenir avec leurs enfants. Il y a ainsi deux cas de parents : ceux qui ont des compétences parfois même élevées mais qui ne savent pas comment les vulgariser ou par où commencer. Et ceux qui n’ont pas ou très peu de compétences qui n’arrive pas à expliquer à leurs enfants quand ceux-là sont plus intéressés que leurs parents par l’informatique.

« Certains sont venus avec beaucoup d’aprioris, que ce soit du côté des enfants ou des parents, raconte Annabelle Buffart. Dès que ça touche à l’informatique on catégorise tout de suite les gens de ‘’geek’’ avec l’image négative que les gens continuent d’avoir. L’objectif que nous avons en commun tous les trois (avec Devoxx4Kids et Code Club Luxembourg), c’est de vulgariser l’informatique et tout ce qui en est proche pour que les enfants puissent apprendre en s’amusant. Nous voulons montrer que ce n’est pas nécessaire d’être un scientifique pour programmer quelque chose de simple. »

Coding et robotique en s’amusant

La première session a eu lieu la matinée du 29 mars et toutes les places ont été vite vendues. Les 25 enfants présents avaient entre 8 et 14 ans. Parfois poussés par leurs parents, tous sont repartis très heureux avec l’envie de vite revenir. Après 3 mois de préparation, ce format des Café Numériques a permis d’aborder la robotique et l’informatique, au travers de plusieurs activités ludiques. Entourés de bénévoles de différentes compétences, quatre activités étaient prévues :

  • découverte de la programmation d’un jeu avec Scratch (présentation par Sfeir Benelux),
  • initiation à la programmation avec le Code Club Luxembourg pour concevoir un jeu vidéo avec lequel les enfants sont repartis via la clef USB offerte pour tous les ateliers,
  • robotique avec le robot NAO (danse, jeux),
  • robotique avec Arduino par Orizon9 et le Yajug pour le programmer à dessiner.

« Les enfants et l’informatique sont l’avenir, conclu Annabelle Buffart. Si l’Angleterre a introduit des cours d’informatique en primaire, c’est que nous faisons des progrès…Je m’intéresse beaucoup à la façon dont on peut vulgariser toutes les sciences pour l’expliquer aux adultes et aux enfants, c’était l’intitulé de mes études. Mais les enfants ont du mal à aller chercher l’information, c’est donc vraiment important de travailler avec eux. Ils ont un apprentissage bien plus rapide que nous, il suffit simplement de trouver des méthodes ludiques, variées et adaptées à leur âge. »

13618691155_81ef656676_b

Continuer à travailler ensemble

Encouragée par les nombreux retours positifs et la demande croissante des parents et des enfants, l’équipe CNA4Kids espère recommencer bientôt, surement à Luxembourg. C’est ce travail d’équipe, sans concurrence qui permet de pouvoir mettre en œuvre plus d’idées, de profiter de plus de matériel et de bénévoles. Avec l’engouement autour de cette première, le format pourrait bien être étendu à une journée complète et une plus grande fréquence.

« Partant du simple constat qu’il était difficile de trouver du matériel didactique adapté aux enfants entre 8 et 14 ans sur le sujet de la programmation informatique (plus particulièrement dans une langue autre que l’anglais) et désirant montrer à leurs enfants qu’il est possible de faire autre chose de plus attrayant avec un ordinateur que de regarder des vidéos sur Youtube ou de lire des commentaires sur Facebook, certains membres de l’équipe DEVOXX ont commencé à réfléchir en 2012 sur le sujet et ont lancé l’initiative Devoxx4Kids, dit Daniel De Luca, Responsable de l’initiative Devoxx4Kids au niveau mondial. Depuis son premier atelier en Belgique, elle s’est déployée dans plus de 13 pays (dont le Luxembourg) et a pu faire des animations auprès de plus de 400 enfants (dont 30% de filles).»

«Le Code Club s’adresse aux enfants de 9 à 11 ans, car c’est l’âge idéal pour commencer l’alphabétisation digitale, explique Patrick Welfringer, Responsable de l’initiative Code Club au Luxembourg. Commencer si jeune peut paraître étonnant, mais cela prend tout son sens quand on considère l’outil informatique comme moyen d’expression et comme base pour d’autres apprentissages. S’adresser aux enfants a également un fort potentiel d’impact social. Nous constatons par exemple qu’il y a presque autant de filles que de garçons lors des ateliers de programmation pour enfants. Il y a donc l’espoir de faire évoluer les stéréotypes de la prochaine génération. »

L’initiative gouvernementale BEE SECURE

En amont du « Safer Internet Day » dont la 11ème édition s’est tenue le 11 février, BEE SECURE, CIRCL et la Représentation de la Commission au Luxembourg ont organisé des formations pour jeunes. Organisées dans les écoles et les lycées, elles le sont de plus en plus aussi dans le cadre extra-scolaire (maisons relais, maisons de jeunes). Lancés en 2005, ces formations ont considérablement augmenté en nombre. Actuellement, environ 700 formations sont organisées par année.

L’initiative BEE SECURE englobe les actions conjointes des partenaires au niveau de la sensibilisation à une utilisation plus sécurisée des nouvelles technologies de l’information de communication ainsi qu’au niveau de l’intervention en cas d’infraction.