Luxembourg a son gouvernement et son ministre du digital

Le nouveau gouvernement luxembourgeois est installé. Dans l’ensemble, Déi Gréng se retrouve renforcé au cœur de l’exécutif. Un ministère de la Digitalisation a été attribué à Xavier Bettel. La responsabilité de ce ministère sera toutefois déléguée à Marc Hansen.   Ça y est ! Le Gouvernement Gambia 2 est installé. Il compte 17 ministres, dont 5 […]

Le nouveau gouvernement luxembourgeois est installé. Dans l’ensemble, Déi Gréng se retrouve renforcé au cœur de l’exécutif. Un ministère de la Digitalisation a été attribué à Xavier Bettel. La responsabilité de ce ministère sera toutefois déléguée à Marc Hansen.

 

Ça y est ! Le Gouvernement Gambia 2 est installé. Il compte 17 ministres, dont 5 femmes. Xavier Bettel se réinstalle pour cinq années à la tête de l’exécutif, en tant que Premier ministre. Si les trois formations composant le gouvernement ne changent pas, la distribution des portefeuilles ministériels a évolué, principalement au profit des élus écologistes. Grands gagnants du dernier scrutin, ils se voient attribuer un poste de Vice-Premier ministre (Félix Braz, qui conserve la Justice). Etienne Schneider reste aussi Vice-Premier ministre et continuera à œuvrer en faveur des affaires économiques.

Découvrez la composition du nouveau Gouvernement.

 

Un ministre et un ministre délégué de la digitalisation

Les lecteurs d’ITnation seront heureux d’apprendre que le Gouvernement compte désormais, comme cela avait été précédemment annoncé, un ministre de la Digitalisation. C’est à Xavier Bettel, Premier ministre, mais aussi ministre des Communications et des Médias, et ministre de la Réforme administrative, que revient la mission de veiller à une meilleure digitalisation de l’administration, mais aussi plus largement de la société et de l’économie. A la lecture de la composition du nouvel exécutif, on découvre cependant qu’il n’occupera pas cette fonction seul, puisque Marc Hansen (DP), ministre de la Fonction publique, est aussi ministre délégué de la Réforme administrative et de la Digitalisation.

 

Traduire une réelle volonté politique de changement

Si on peut se réjouir de voir ces enjeux pris en charge par un ministère dédié, quand bien même il est délégué, il faudra voir comment les deux hommes du DP œuvreront concrètement au service de la transformation digitale de l’administration. La création d’un ministère attaché aux enjeux digitaux n’est pas vraiment quelque chose de neuf. Plusieurs pays se sont aujourd’hui inscrits dans cette voie. L’initiative Digital Luxembourg, transversale à l’ensemble des administrations et mise en place au début de la législature précédente, visait déjà la transformation de l’administration. Elle entendait aussi accompagner la transformation de l’économie.

Au regard de beaucoup, cependant, ce programme n’a pas permis d’aller aussi loin qu’espéré. D’où l’idée de démontrer une volonté politique plus forte d’activer le changement, avec des moyens dédiés et une réelle marge de manœuvre, à travers un ministère qui s’y consacre entièrement. Nous suivrons donc attentivement le fonctionnement de ce ministère, appelé à mettre en œuvre les ambitions digitales affichées par ce nouveau gouvernement.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *