LUXHUB, plateforme incontournable de l’écosystème open banking européen

En moins d’un an, LUXHUB a su se hisser parmi les plateformes open banking incontournables en Europe. Après avoir permis à de nombreuses banques de relever le défi réglementaire imposé par PSD2, elles entrainent l’ensemble des acteurs du secteur dans l’ère de l’open banking. Le monde bancaire va changer. LUXHUB, réel catalyseur, se veut être au cœur de cette transformation.

Team LUXHUB Luxembourg

On peut dire que l’équipe de LUXHUB, réunie autour de Jacques Pütz, son CEO, n’a pas chômé. Créée en mai dernier, cette plateforme numérique inédite avait pour premier objectif de permettre aux acteurs bancaires en Europe d’appréhender plus aisément le défi réglementaire que représentait PSD2.

Premier défi relevé

« Cet enjeu, pour les acteurs qui ont pris soin de se préparer dans les temps est désormais derrière nous, commente Jacques Pütz. La première réelle échéance liée à la directive en matière de partage de données des comptes de paiement était au 14 mars. Nous avons pu aider plus de 22 banques en Europe, qui représentent 1 million de comptes de paiement, à répondre aux premières exigences fixées en exposant leurs environnements de test ( Sandbox)  à travers notre plateforme mutualisée et sécurisée. Le 14 juin les API des banques seront accessibles aux Fintech autorisées. »

Il faut saluer l’effort. LUXHUB est parvenu en quelques mois à se hisser à la place de plateforme de premier choix aux yeux des acteurs bancaires européens. Pour les équipes chargées de mettre en place la plateforme, de faire monter ses clients dessus, de garantir le bon fonctionnement des API au regard des prescrits de la directive, ces derniers mois relevaient du marathon. Et l’enjeu, plus que d’atteindre la ligne d’arrivée, était de le faire en se classant en tête. Le premier pari est relevé.

Connecter une grande variété d’acteurs

Si la plateforme LUXHUB va encore certainement accueillir des banques qui ont pris du retard vis-à-vis de l’exigence de mise en conformité réglementaire, elle a déjà le regard fixé vers un autre horizon. « PSD2, à nos yeux, est un élément déclencheur, qui pousse les banques dans l’ère de l’open banking. Notre rôle, désormais, est d’accompagner l’ensemble des acteurs du secteur bancaire et financier dans un paysage appelé à se redessiner complètement », précise Jacques Pütz. Dans la continuité de ce qui a été accompli, LUXHUB entend aussi aider ses clients à faire face à d’autres défis réglementaires à venir, selon une logique de mutualisation des efforts.

Mais surtout, à l’avenir, banques, sociétés de la Fintech et autres fournisseurs de services en lien avec l’activité financière vont devoir mieux collaborer. « Il faut désormais regarder au-delà des enjeux de compliance. Notre plateforme, dans ce contexte, veut connecter tout ce petit monde, pour permettre aux acteurs d’évoluer les uns avec les autres, ajoute Jacques Pütz. Jusqu’à présent, les banques ont eu la possibilité d’exposer plus facilement leurs API leur permettant de partager les données de comptes de paiement à travers la plateforme. A l’avenir, cependant, une plus large variété d’acteurs pourront proposer leurs API à travers la plateforme et, à travers elles, des micro-services. »

Au cœur de l’écosystème open banking

Les équipes de LUXHUB ont donc désormais pour mission de concrétiser la vision définie de marketplace open banking définie au départ. « C’est à cette vision qu’ont adhéré les acteurs qui nous ont fait confiance jusqu’à présent, à cette démarche que nous leur proposons et qui doit leur permettre de mieux naviguer dans cet environnement ouvert », poursuit Jacques Pütz.

De nombreux acteurs technologiques montent actuellement sur la plateforme avec la volonté de se connecter avec les banques. Il s’agit pour la plupart d’acteurs Fintech présentant une offre de services innovants. Certains proposent par exemple des solutions dans le cadre des exigences liées au PRIIPS ou KYT. D’autres proposent des outils de reporting. « Les banques, grâce à LUXHUB, pourront plus aisément se connecter avec ces services, commente Jacques Pütz. De cette manière, on facilite la collaboration entre les acteurs. Les banques elles-mêmes ont aussi la possibilité d’exposer d’autres API, qu’elles peuvent valoriser auprès de l’ensemble de cet écosystème. » LUXHUB, passerelle connectant la diversité des acteurs, qui répond aux plus hauts standards de sécurité, se trouve au cœur de cet écosystème open banking. La plateforme proposera elle-même des services à valeur ajoutée, comme des facilités pour se connecter à un ensemble d’acteurs par exemple.

Des API pour enrichir l’offre bancaire

La marketplace LUXHUB, qui sera lancée le 14 mars, devrait donc s’enrichir très rapidement. Et c’est au départ de ce qui se dessine au niveau de cette plateforme luxembourgeoise d’envergure européenne que l’on comprend que la banque de demain devrait être bien différente de celle que l’on connait. « L’offre bancaire devrait se construire autrement. De nouveaux acteurs, grâce à l’usage des API, peuvent plus facilement se positionner au cœur de cet écosystème. La collaboration entre banques et Fintechs devrait être grandement facilitée, précise Jacques Pütz. La banque de demain prendra sans doute davantage la forme d’un assemblage d’une diversité de micro-services portés par une large variété d’acteurs. C’est l’image du Lego, construit à partir de différents blocs. » L’API Economy, à l’échelle du secteur bancaire, change tout. « Demain, on peut très bien imaginer qu’un système informatique bancaire soit un assemblage d’une diversité de services accessibles via des API, commente le CEO. Mais en attendant, les offres bancaires pourraient déjà être considérablement enrichies par de nombreuses solutions innovantes, proposées notamment à travers notre marketplace. »

C’est à l’échelle européenne, en outre, que LUXHUB entend faire valoir sa plateforme. L’équipe de la société luxembourgeoise, dans ce contexte, est prête à relever de nouveaux défis. L’échéance PSD2 est désormais derrière elle. Mais l’histoire ne fait encore que commencer.