Mieux connecter banques et fintechs

Ce jeudi 25 octobre se tenait la toute première « Open Banking Party » organisée par Luxhub. Quelque 450 convives issus du monde bancaire et du secteur des fintechs se sont retrouvés le temps d’une soirée afin de discuter de l’opportunité de travailler ensemble.

C’est dans une ambiance décontractée, au sein du Melusina Club situé le long des rives de Clausen à Luxembourg, que s’est déroulée l’Open Banking Party ce jeudi 25 octobre. La soirée avait été imaginée et organisée par Luxhub, plateforme née en mai dernier à l’initiative de BCEE, BGL BNP Paribas, BANQUE RAIFFEISEN et POST Luxembourg, avec pour volonté d’aider l’ensemble de l’écosystème digital à tirer parti des enjeux et des opportunités soulevés par la directive européenne PSD2.

En obligeantles établissements bancaires à ouvrir leurs systèmes d’informations, à donner l’accès aux comptes de paiement de leurs clients à des tiers, l’entrée en vigueur de cette directive européenne sur les services de paiement bouleverse en effet le monde bancaire. Et dans ce contexte, banques traditionnelles et acteurs innovants sont désormais amenés à collaborer davantage.

 

Une soirée placée sous le signe de l’échange

À travers cet événement, comme le souligne Jacques PÜTZ, CEO LUXHUB,  au sein de Luxhub, l’objectif était de « mettre en connexion banques et fintechs, deux parties qui vont tout prochainemenent être amenées à collaborer ».

Pour favoriser cette interconnexion, Luxhub avait imaginé un petit jeu animant l’ensemble de la soirée. « À son arrivée, chaque invité, selon qu’il constituait une banque ou une fintech, recevait une carte jaune ou verte, où était inscrit le début ou la fin d’une phrase. À chacun d’entrer ensuite en contact avec les autres convives afin de retrouver son partenaire, c’est-à-dire la personne qui détenait la carte correspondant à la sienne, avec la bonne fin ou le bon début de phrase », explique Jacques PÜTZ.

L’Open Banking Party a également été marquée par la visite de Mats Valks. Le champion de speedcubing a challengé les convives en les invitant à résoudre, comme lui, un Rubik’s Cube en moins de cinq secondes. « L’idée, ici aussi, était de montrer l’importance des bonnes connexions pour continuer à avancer, tout comme c’est le cas dans l’univers bancaire aujourd’hui », confie Jacques PÜTZ.

En tout, quelque 450 personnes ont choisi de participer à la soirée et d’initier ainsi la transition vers l’ère de l’open banking.