« Moderniser ses applications, un enjeu clé pour l’avenir »

Interview de Yann Dagorn, Head of Managed Application Services de Fujitsu Luxembourg

Yann Dagorn, Head of Managed Application Services – Fujitsu Luxembourg

Pour évoluer avec la technologie et les attentes nouvelles des utilisateurs de services numériques, les organisations doivent moderniser leurs applications. En évoluant vers les ‘microservices’ et en recourant à la ‘conteneurisation’, les entreprises vont gagner en flexibilité et faire évoluer plus facilement leurs outils numériques.

Pour parvenir à mieux répondre aux attentes de leurs utilisateurs et à se distinguer de la concurrence dans un marché concurrentiel, les organisations doivent se doter de la capacité de faire évoluer leur parc applicatif toujours plus rapidement. « Pour cela, elles doivent s’engager dans une démarche de modernisation de leur environnement applicatif », commente Yann Dagorn, Head of Managed Application Services au sein de Fujitsu Luxembourg. « Celle-ci doit leur permettre de mieux concrétiser leurs ambitions et de les traduire dans le développement de fonctionnalités numériques servant le développement de l’activité. »

Pourquoi moderniser ses applicatifs ?

Plusieurs éléments déclencheurs les invitent aujourd’hui à moderniser leurs applications et l’environnement qui les supporte. Souvent, les applications n’offrent pas suffisamment d’agilité et de flexibilité. Il faut parfois des mois pour ajouter une fonctionnalité. « Le business ne peut plus se satisfaire de pareils délais. Il faut que cela aille vite », précise Yann Dagorn. D’autre part, les architectures applicatives que l’on a laissé vieillir deviennent de plus en plus complexes à maintenir et à faire évoluer, en raison notamment de la disparition des compétences maîtrisant des technologiques anciennes. En outre, il y a un risque accru à recourir aujourd’hui à des applications monolithiques, vieillissantes, dont l’évolution va dépendre d’un seul développeur ou d’un vendeur unique. « Si l’on regarde les éléments qui motivent aujourd’hui les organisations à moderniser leur application, il y a essentiellement le passage vers le cloud, que l’on retrouve sur la roadmap de la plupart des équipes IT aujourd’hui », ajoute Yann Dagorn.

Microservices et conteneurisation

Cette modernisation implique une transformation des applications actuelles en microservices et, notamment, de recourir à la conteneurisation « Selon ce modèle, chaque microservice correspond à une des fonctions de l’applicatif. On peut dès lors faire évoluer chacune d’elle de manière indépendante, sans avoir à toucher aux autres éléments. De cette manière, on réduit les dépendances et on peut accélérer le déploiement de nouvelles fonctionnalités en fonction du besoin », explique Yann Dagorn.

Agir avec méthode

La modernisation du parc applicatif implique cependant d’agir avec méthode. Il convient d’abord d’évaluer la valeur métier de chaque application, en tenant compte de son importance et de sa criticité. Ensuite, on va chercher à définir sa valeur technologique. « À partir de là, on peut prendre des décisions appropriées. Une application critique s’appuyant sur des technologies anciennes devra faire l’objet d’une migration. On cherchera sans doute davantage à remplacer une application vieillissante à faible valeur ajoutée », explique Yann Dagorn. Cependant, la modernisation peut s’envisager par étape. « La transition vers les microservices et la conteneurisation peut s’avérer délicate. Selon les cas, on peut d’abord chercher à mettre au sein d’un conteneur une application monolithique afin de pouvoir en faciliter le déploiement. On peut décider, à partir de là, que seules les nouvelles fonctionnalités seront développées sous la forme de microservices en attendant de pouvoir remplacer le ‘logiciel core’, poursuit l’expert. Il est aussi possible de progressivement isoler des fonctionnalités pour les rendre indépendantes de l’application monolithique. »

De nombreux bénéfices

Les bénéfices d’une démarche de modernisation sont nombreux. Progressivement, on va gagner en efficience dans le développement et le déploiement de nouvelles fonctionnalités et dans l’amélioration des applications existantes. Avec les microservices, l’organisation pourra faire évoluer chaque fonction directement. « D’autre part, le recours au conteneur permet aux personnes en charge des opérations de veiller au bon fonctionnement de l’environnement en faisant abstraction de la technologie utilisée, poursuit l’expert. Le conteneur, en effet, intègre tous les outils nécessaires au bon fonctionnement de la fonction embarquée, suivant une approche de déploiement by design, notamment les librairies liées au code et les fonctions de configuration. » Une telle démarche responsabilise davantage les développeurs vis-à-vis des enjeux opérationnels, offrant aux personnes en charge des opérations la possibilité de plus facilement adapter les ressources aux besoins réels de l’activité. « Engager une démarche de modernisation de ses applications, que l’on envisage ou non de migrer vers le cloud tout de suite, permet de réduire ses risques, d’améliorer sa réactivité, de faire évoluer plus facilement ses outils avec la technologie. De cette manière, on peut mieux appréhender l’avenir », conclut Yann Dagorn.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *