« Mon rôle est d’orchestrer toute cette énergie »

Data engineer actif en tant que consultant pour de nombreuses sociétés, Julien Becker a rejoint Akabi en 2014. Il y occupe le poste de Talent Development Officer. Son rôle ? Aider ses collègues à relever les nombreux défis auxquels sont confrontés les professionnels de ce secteur, notamment en matière de formation.

Julien Becker, Talent Development Officer – AkaBI

Pouvez-vous nous dire en quoi consiste votre travail de Talent Development Officer chez Akabi ?

A vrai dire, être Talent Development Officer, c’est surtout une passion, non un travail. Je suis avant tout un Data Consultant confronté aux mêmes difficultés que mes collègues face à de nouveaux défis. Heureusement, Akabi est une structure pleine de personnes talentueuses, impliquées et expérimentées sur lesquelles nous pouvons compter. Grâce à leur passion pour les nouvelles technologies, nous pouvons, ensemble, proposer des formations, des séminaires, du coaching personnalisé ou des tables rondes. Mon rôle consiste à orchestrer toute cette énergie en fonction des besoins de nos consultants et de ceux du marché. Il consiste également à organiser les évènements, à sensibiliser et titiller la curiosité de mes collègues ainsi qu’à prendre en charge le personnel en intermission. Par exemple, pour les nouveaux venus, juniors ou stagiaires, nous organisons une semaine complète de mise à niveau, afin d’assurer un bon niveau de qualité auprès de nos clients. Nous proposons trois cursus en fonction des préférences du collaborateur : Data, Cloud et Development. Là également, nous pouvons compter sur nos collaborateurs expérimentés pour assurer les cours et faire le coaching durant les premiers mois de leur carrière.

Pourquoi cette fonction est-elle particulièrement importante chez Akabi ?

La fonction de Talent Development est tout simplement vitale pour une société comme Akabi ! La qualité de nos services et la maîtrise de nos domaines d’expertise sont les clés de notre compétitivité. Cela est particulièrement vrai dans l’industrie de l’IT où l’innovation est beaucoup plus rapide mais également plus radicale. Ces dernières années ont été particulièrement intenses en revirements technologiques : Cloud, Big Data, Intelligence Artificielle, etc. Il est donc essentiel de promouvoir et sensibiliser chacun de nos collaborateurs aux nouvelles technologies via des séminaires, des formations, du coaching, des innovation labs ou des conférences.

Qu’est-ce qu’un plan de formation réussi ? 

Tout d’abord, le salarié qui s’engage dans un cycle de formation doit être motivé. Suivre une formation simplement « parce qu’il le faut » est une approche terriblement inefficace. Lorsque le salarié est à l’initiative de la formation, l’apprentissage devient alors très efficace. Il faut donc en permanence être à l’écoute et sensibiliser le personnel sur les possibilités de se former au sein de l’entreprise. Ensuite, il faut que les formations choisies soient qualitatives, pertinentes vis-à-vis des besoins du salarié mais également de son expérience. De plus, pour un apprentissage réussi, il faut aussi veiller aux ressources pédagogiques mises à disposition pour faciliter la mémorisation des savoirs (cours en ligne, exercices, projet dans la vie réelle pour appliquer les acquis, etc.). Enfin, il ne faut pas hésiter à mettre un budget suffisant pour ces formations. Il s’agit d’un vrai investissement : le salarié formé dispose d’une bien meilleure compréhension de son outil de travail, ce qui le rend compétitivement bien plus efficace que le salarié qui « apprend sur le tas ». Le Talent Development Officer se doit donc d’attirer l’attention de la Direction sur les bienfaits des formations.

A quoi ressemblera le Talent Development de demain ?

Ces dernières années, les dispositifs de formation n’ont cessé de se développer : cours particuliers, cours collectifs, classes virtuelles, e-Learning, MOOC, etc. Trouver des ressources d’apprentissage adéquates n’est donc plus réellement un problème. A mon sens, le principal défi du Talent Development Officer est de mettre en place une culture de l’apprentissage au sein des entreprises. Lorsque vos collaborateurs ont la possibilité de pleinement développer leurs ambitions et leurs compétences, vous ne pouvez qu’améliorer vos produits et services. C’est exactement dans cette démarche que s’inscrit Akabi : capitaliser sur les compétences de nos collaborateurs afin d’améliorer sans cesse la qualité de notre expertise.

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *