Nouvelle identité graphique et grandes ambitions pour AKABI

Lancée il y a 10 ans avec la volonté de proposer des services axés sur la data, AkaBI n’a, depuis lors, cessé de grandir. Disposant aujourd’hui de trois sites – Luxembourg, Bruxelles et Paris – la structure a considérablement élargi son offre. Un rafraîchissement du logo d’AkaBI s’imposait donc pour marquer cette évolution et s’attaquer à de nouveaux défis. 

De g. à dr. : Gautier Claudel, CTO, Data Architect et Senior Data Consultant, Xavier Grosfils, aujourd’hui COO et Data Architect et Jonathan De Smet, CEO du Groupe AKABI

La transformation digitale de l’ensemble des secteurs d’activité offre des opportunités très intéressantes pour les personnes qui disposent des compétences adéquates et d’un certain esprit d’entrepreneuriat. C’est précisément les ingrédients que réunissaient Xavier Grosfils, aujourd’hui COO et Data Architect au sein d’AKABI, et Jonathan De Smet, CEO du Groupe , lorsqu’ils ont décidé, il y a 10 ans, de créer leur propre entreprise.

Donner la priorité à l’humain

À la fondation d’AKABI, les deux jeunes entrepreneurs souhaitent se différencier en accordant une place centrale à l’humain, aux équipes, qui sont le cœur battant de la société. « Pour cela, nous avons toujours fait en sorte d’être totalement transparents avec nos collaborateurs, et de développer une communication efficace entre le management et les équipes, poursuit Jonathan De Smet. Notre volonté de mettre nos collaborateurs au centre a sans doute eu un effet positif sur le développement rapide de la structure. Aujourd’hui, nous comptons environ 100 consultants. Et ceux-ci semblent satisfaits : nous avons été élus ‘Best Workplace’ cinq années de suite. »

Au-delà de la croissance des équipes, AKABI a aussi développé son offre au fil du temps, passant d’un travail axé sur le business intelligence – comme l’indiquent les deux dernières lettres du nom de la structure – à une proposition de services bien plus large : développement logiciel, cloud, infrastructure, etc.

Un nouveau logo, pas un nouveau nom

Il était donc temps de faire correspondre l’identité graphique d’AKABI à ce que la structure est devenue. Cela passera notamment par un changement important au niveau du logo. Dans sa nouvelle version, le « BI », renvoyant à business intelligence, ne sera plus séparé du reste du nom de la société. Ce dernier, par contre, ne sera pas modifié.

Ce nouveau logo a été présenté au début du mois d’octobre à l’ensemble des collaborateurs d’AKABI, qui ont voyagé tous ensemble à Majorque pour fêter les 10 ans d’existence de la société comme il se doit. Un nouveau site web accompagnera ce changement de logo, afin d’offrir plus de cohérence et une meilleure expérience aux internautes. « Nous aurions aimé organiser également un gala pour les 10 ans, avec les collaborateurs et leurs conjoint(e)s mais le Covid a considérablement compliqué l’organisation. Nous avons donc décidé de le reporter au mois de janvier », précise Xavier Grosfils.

Fluidifier les processus

AKABI ne compte toutefois pas en rester là et a de grandes ambitions pour l’avenir. Mais, dans un premier temps, il faudra parvenir à fluidifier les processus, notamment au niveau du management. Avec l’ouverture, il y a deux ans, de l’antenne parisienne du groupe, des défis importants se sont en effet présentés en la matière. « Nous souhaitons que chaque branche ait son autonomie, tout en favorisant aussi les interactions, explique Gautier Claudel, CTO, Data Architect et Senior Data Consultant. Nous avons des compétences spécifiques à Paris, comme à Luxembourg et à Bruxelles, et il est intéressant d’en faire profiter toutes nos branches, de les partager largement, d’autant que certains consultants sont demandeurs de plus de mobilité. » 

Selon le plan établi par le management d’AKABI, cette première étape d’amélioration interne s’étalera sur trois années. Dans les cinq ans, un nouveau grand projet devra être réalisé, par exemple la création d’une nouvelle entité. « Cela demande de trouver des personnes de confiance sur place, qui soient capables de développer la structure en toute autonomie », estime Jonathan De Smet. Or, au Luxembourg comme ailleurs, trouver les bons profils, surtout dans ce secteur, est un véritable défi. « On essaye de générer des interactions sur les réseaux sociaux, en organisant de nombreux événements internes et en demandant à nos deux Community Managers de communiquer sur le sujet. Nous voulons que les gens voient quelle est l’ambiance chez nous », détaille Gautier Claudel. Mais c’est aussi en offrant à ses consultants un travail diversifié, marqué par des spécificités régionales – la finance au Luxembourg, le luxe à Paris, l’industrie pharmaceutique à Bruxelles – qu’AKABI souhaite attirer les candidats.

Cette croissance se fera toutefois sans laisser de côté les valeurs de la structure, à commencer par son indépendance et sa taille familiale. « Nous voulons que chacun continue à se sentir bien chez nous. Grâce à notre Talent Development Officer (Julien Becker) nous veillons par exemple à proposer à chacun les formations appropriées. Mais nous mettons aussi un point d’honneur à rester impliqués dans le métier, afin de vivre la même réalité que nos collaborateurs. Personnellement, je continue par exemple à faire de la consultance », illustre Xavier Grosfils.

Évoluer en gardant ses valeurs, voilà donc la recette du succès d’AKABI au cours de ces dernières années… et sans doute aussi pour celles qui arrivent.