Oracle, promising red

Quatre ans après, Oracle a épousé (et pas épuisé) tout le potentiel Sun. Au pire moment, en 2009, frappés par le doute et la crise, les clients et partenaires reconnaissent aujourd’hui enfin la beauté du full stack… Décrite par Larry Ellison dans Forbes comme “the most strategic and profitable acquisition Oracle has ever made” en […]

Quatre ans après, Oracle a épousé (et pas épuisé) tout le potentiel Sun. Au pire moment, en 2009, frappés par le doute et la crise, les clients et partenaires reconnaissent aujourd’hui enfin la beauté du full stack…

Décrite par Larry Ellison dans Forbes comme “the most strategic and profitable acquisition Oracle has ever made” en parlant de Sun Microsystems, la nouvelle rocket Oracle est en apesanteur. En effet, Oracle est un des quatre as de l’IT à pouvoir offrir le Full Stack… Et un as de cœur pour Mario Derba, Sales VP Systems pour l’Europe du Sud chez Oracle. Ayant parcouru les top entreprises du secteur – IBM, Microsoft et HP notamment -, Mario Derba vient de poser ses valises chez Oracle depuis 15 mois. Responsable des solutions hardware chez le grand squale rouge, Derba a des yeux d’enfant au sujet d’Oracle. « Fascinating » !

The Fair Oracle

« Au sein des IT players actuels, nous ne sommes que quelques-uns à pouvoir assurer une couverture de toute la gamme de solutions et services ICT, revient-il. Dans ce segment spécifique, notre ambition (entendez post complète intégration de Sun dans Oracle et après la levée des derniers doutes) est bien plus grande encore qu’avant… » Avec ceci de particulier pour Oracle : demeurer The Technology Company et ne pas succomber à la tentation des services associés qui sont pris au relais par des partenaires de plus en plus enthousiastes, il est vrai. Il faut dire aussi que le channel a complètement été rénové et que les VAR’s d’aujourd’hui voient une Oracle limpide et fairplay avec les revendeurs et des clients qui digèrent mieux le menu 5 services proposé par Larry the King.

Si les fans du mauve Sun, qu’ils aient été Java-addicts, ambassadeurs et excellences de Solaris ou groupies de Sparc, ont pu craindre d’être mangés tout cru par l’appétit de la maison située 500 Oracle Pkwy à Redwood City, Californie, aujourd’hui le voile du Cloud a conforté tous les esprits. « Notre mission est d’incorporer toute la complexité technologique et de mettre au point des solutions performantes et simples, explique Mario Derba. Le mouvement que nous avons initié est désormais celui qui anime le marché : la fusion et combinaison de l’hardware et du software. »

Oracle Luxembourg Tour

 

Making innovation possible

En effet, fini le temps où le serveur de la T-family rutilait, clinquant, comme une dreamcar sur un podium au mondial de la porte de Versailles, admiré pour la beauté d’un châssis, d’un moteur de silice et d’une carrosserie aux diodes vertes… « Avec l’explosion phénoménale des volumes de données, de la complexité de celles-ci et d’un nouveau monde mobile, les entreprises doivent prendre des résolutions ad hoc. Elles peuvent bien choisir la voie de l’externalisation, mais elles savent qu’elles vont perdre en contrôle et faire fi de toute idée de ‘recovery’. » En effet, l’outsourcing a ceci d’alléchant : il libère des contraintes de l’investissement de départ, d’un accès à un niveau d’excellence difficile à atteindre pour les SMB sans la mutualisation et ouvre une fenêtre plus large sur l’innovation. Mais il est peu réversible, quoi qu’on en dise. « L’externalisation ne résout pas ces problèmes de départ. Elle les contient. On peut gérer le contrôle et les SLA, mais l’outsourcing empêche les entreprises d’innover d’elles-mêmes car ce sujet est confié à un tiers. » Comment alors se démarquer, comment mettre au point le prochain service ou produit disruptif ?

Open book, open standard

« Notre proposition, c’est l’autre voie, clame Mario Derba. En combinant tous les layers, en proposant un full stack éprouvé dans nos laboratoires, nous pouvons affirmer que nous avons ôté cette complexité. We did it for you ! » C’est le bundle qui offre l’harmonie. Mais sans pour autant vers une compromission. « Nous voulons en outre être le market leader dans tous les segments individuels sur lesquels nous sommes présents. Nous avons à notre actif le plus grand nombre de ratings de leaders dans les Magic Quadrants de Gartner : 72 au total ! »

Et si cela se fait sans sacrifice à l’excellence, cela se fait aussi cartes sur table. Oracle a en effet misé sur les standards ouverts pour affirmer un ton, pas en utilisant de mainmises. C’est un des reproches qui pouvait être lancé, sur une éventuelle tentative de vendor-locking par le full stack. Les fameuses distanciations au « à me repeindre du sol au plafond » ont donc été levées.

La maison Oracle propose trois grands rule-breakers en boîte :

  • Exadata, une machine à données qui commence à avoir un succès « flying », comme commente Mario Derba mentionnant les 7000 boxes dans le monde, un millier en Europe,
  • les T4-4 appliances, super-clustered Sparc, entièrement renouvellés,
  • ou encore le Cloud-in-a-Box Exalogic Elastic Cloud.

Il serait fastidieux de citer tous les autres produits et systèmes, mais relevons encore les appliances de stockages, les in-memory Analytics-ready systems, etc…

« La crise actuelle ne s’arrêtera pas par accident, promet Mario Derba. Nous devons tacler la crise et la renverser en nous fondant sur un nouveau paradigme. Je dis à nos clients : regardez la valeur de tout le stack. Hardware, tapes, disques, serveurs, OS, middleware, DB, applications… délivrables de toutes les manières possibles. » Le monde est dans vos mains en quelque sorte. En témoigne, la nouvelle proposition IaaS (Infrastructure-as-a-Service disponible ‘on premises’. « C’est avoir toute la capacité à la demande et de la diviser en fonction des services, mais de ce côté-ci du firewall… Avec une charge mensuelle ! » Pour autant, les briques plug-and-play de la famille applicative en version Cloud (SaaS) ont atteint 25 millions d’utilisateurs et 10.000 clients. « Ils ne peuvent pas avoir tous tord », a écrit Bob Evans, Senior VP, Communications d’Oracle…

Retour à Luxembourg : retour en grâce

Pierre Henin« Nous avons recouvré une position dominante sur les systèmes Unix, sourit Pierre Henin, Country Manager d’Oracle à Luxembourg. Et higher, stonger, faster sur la gamme Sparc, alors que le marché du commodity tombe en désuétude. Nous prouvons que nous savons faire la différence, notamment par une approche n-to-n capability. Prenons un exemple concret : les données sont un problème pour tout le monde. Avec nos solutions de compression (HCC pour Hybrid Columnar Compression), nous pouvons appliquer des réductions de 10 à 50 fois le volume initial. » Avec des technos comme Hadoop ou NoSQL (oui, oui, NoSQL chez Oracle !!!), Oracle parie décidemment sur les standards. Open.

 

Découvrez les solutions Oracle

SAVE THE DATE: MARCH 19th, 2013
Your organization faces a constant challenge to optimize IT infrastructure in order to reduce costs and increase performance. Oracle’s ambition is to help you to achieve your IT objectives by being innovative.

Learn more about the 3 main themes of innovation:

  • Powering innovation for Analytics and Big Data
  • Powering innovation for the Cloud
  • Powering innovation for Enterprise Applications

Interesting speakers, both Oracle and non-Oracle, will bring you up to date on the latest developments in the market, the solutions Oracle offers you and the day-to-day practice.

The Oracle Technology Conference Luxembourg  2013 is the most essential technology event of the year. Join us on March 19th 2013 at the Novotel in Kirchberg.
Infos: Contact Desiree Wieren at Oracle