Ouvrir la banque à de nouveaux écosystèmes

La banque de demain sera plus ouverte, davantage interconnectée avec une grande diversité d’acteurs et de partenaires pour toujours mieux répondre aux aspirations de ses clients. La plateforme open-banking LUXHUB accompagne les banques dans ce changement, en facilitant la rencontre entre divers partenaires. 

Début mai, Luxhub annonçait la levée de 7,4 millions d’euros. Cet argent frais, injecté par les quatre fondateurs de la plateforme open-banking que sont Raiffeisen, BGL BNP Paribas, POST Luxembourg et Spuerkess, doit lui permettre de poursuivre son développement galopant.

Au-delà de la conformité

LUXHUB a vu le jour pour accompagner les acteurs bancaires dans leur mise en conformité vis-à-vis de la dernière directive paiement (PSD2) qui les contraignait à ouvrir leurs systèmes. Chaque banque doit en effet permettre à des acteurs tiers autorisés d’accéder aux données de compte d’un de ses clients et permettre d’initier des paiements au départ de celui-ci. « La réglementation engageait de cette manière les banques dans un mouvement d’ouverture, encourageant l’innovation dans le domaine du paiement, explique Jacques Pütz, CEO de LUXHUB. Nous avons vu le jour il y a deux ans dans ce contexte. Notre plateforme, qui offre des outils et des interfaces permettant de gérer l’accès aux données de compte dans le respect des prescrits réglementaires, a permis à une quarantaine d’institutions financières en Europe de se mettre en conformité. »

Désormais, LUXHUB veut emmener ses clients plus loin, en leur permettant de s’ouvrir plus facilement vers l’extérieur et de se positionner au cœur d’écosystèmes naissants. « On sort des enjeux réglementaires pour désormais innover et permettre aux acteurs bancaires de se transformer, poursuit Jacques Pütz. En s’ouvrant, la banque peut aller au-devant de nouvelles opportunités, pour se rapprocher de ses clients, pour leur offrir de nouveaux services. Notre plateforme est au cœur de cet écosystème ouvert, facilitant la rencontre des banques et des sociétés de la fintech et la mise en œuvre de partenariats créateurs de valeur. »

Agréger les comptes en une seule interface

Dans un premier temps, LUXHUB va lancer deux nouvelles solutions. 

La première, LUXHUB One, doit permettre d’agréger facilement les comptes qu’un client peut avoir dans diverses institutions financières. PSD2, en effet, autorise une banque ou tout acteur tiers à accéder automatiquement et gratuitement aux données de compte du client qui en donne l’autorisation. Dès lors, chaque acteur a la possibilité d’agréger l’ensemble des données financières d’un client, pour lui offrir par exemple une vue globale sur ses avoirs, peu importe l’institution dans laquelle il les a placés. « Notre solution facilite l’intégration entre les banques pour leur permettre d’agréger les informations et de gérer les flux de données provenant de diverses institutions, précise Jacques Pütz. Grâce à elle, le client pourra non seulement disposer d’une vue globale sur tous ses comptes au départ d’une seule interface, mais il pourra aussi initier un paiement au départ du compte de son choix. »

Cette première solution agrège aujourd’hui les sept principales banques du Luxembourg et plusieurs grandes banques en Belgique et en France. LUXHUB, deuxième plus grand acteur de l’open-banking en Europe, entend être un catalyseur de la transformation des banques. « La simple agrégation des comptes va permettre à la banque qui le propose de considérablement enrichir la connaissance de son client, d’obtenir une vue sur son patrimoine global et de lui proposer des services adaptés ou des offres l’invitant à effectuer des transferts opportuns », explique Jacques Pütz. Cette possibilité doit engager les acteurs dans une nouvelle compétition, source d’innovation et d’opportunités pour le client. 

S’ouvrir à de nouvelles solutions

La deuxième solution réside dans la mise en œuvre d’une marketplace rassemblant une large palette de solutions innovantes. À travers la plateforme LUXHUB, des institutions bancaires comme des sociétés fintech peuvent rendre leurs solutions accessibles, en y exposant leurs API. Chaque banque peut dès lors innover, en proposant de nouveaux services à des acteurs tiers, par exemple à d’autres banques, mais aussi enrichir facilement son portefeuille de solutions fintech destinées à ses clients. « De nombreux outils sont directement disponibles à travers nous. Les acteurs bancaires peuvent donc évoluer sans devoir multiplier les démarches avec chaque porteur de solutions individuellement. Pour les sociétés fintech, cette plateforme constitue aussi une opportunité d’accéder via les banques à un large marché. Le catalogue va s’étoffer dans le temps. Et l’intégration de chaque nouvelle solution est facilitée », explique Jacques Pütz. 

S’ouvrir au-delà du métier de la banque

Si aujourd’hui, ces solutions et interfaces concernent essentiellement le métier de la banque, l’ouverture pourrait s’étendre à d’autres activités. « Plus que l’open-banking, nous nous intéressons beaucoup à l’open-finance, avec la volonté de rapprocher les acteurs de la banque, de l’assurance ou encore de l’industrie des fonds, précise Jacques Pütz. D’autres secteurs, comme le commerce, pourraient proposer des solutions directement intégrées avec la banque du client et qui contribueraient à améliorer l’expérience utilisateur proposée. » L’open-banking vit ses premières heures et la révolution qu’il induit sera considérable. « Notre rôle, à l’échelle européenne, est de faciliter les enjeux des acteurs bancaires vis-à-vis de cette transformation, en garantissant la confiance leur permettant de s’ouvrir et de se positionner au cœur de nouveaux écosystèmes. »