Placer l’Internet des Objets au service de la mobilité de demain

Aujourd’hui, les objets connectés permettent de mieux comprendre la manière avec laquelle nous nous déplaçons et nous occupons les espaces. L’information qu’ils nous font remonter nous indique, grâce aux technologies de data analytics, comment mieux bouger et occuper les bureaux autrement.

Laurent Rapin, spécialiste de l’Internet des Objets (IoT) au sein de POST Luxembourg

Les objets connectés se multiplient et nous accompagnent de plus en plus au quotidien. « La transmission de données par des capteurs connectés ou encore les interactions possibles entre deux éléments distants permettent aujourd’hui d’explorer de nombreuses nouvelles applications, explique Laurent Rapin, spécialiste de l’Internet des Objets (IoT) au sein de POST Luxembourg. Dans le domaine de la mobilité et de la gestion de l’espace, nous avons nous-mêmes mis en œuvre plusieurs nouveaux cas d’usage. »

POST a notamment mis au point une solution de smart parking.

Optimiser l’occupation de l’espace

La solution Smart Parking fait partie de la solution Space Management avec Smart Office : POST étudie un autre aspect du space management avec sa solution Smart Office. Dans la même logique, on peut positionner des objets connectés au coeur d’un immeuble de bureaux, pour détecter la présence effective d’utilisateurs dans les salles de réunions, mais aussi sur les postes de travail.

« Il est alors possible de mieux comprendre comment les bureaux sont occupés et trouver les moyens d’optimiser l’espace, ajoute Laurent Rapin. Dans cette période de retour au bureau post-Covid, une telle solution permet par exemple de vérifier que les distances de sécurité sont bien respectées ou encore d’identifier les bureaux qui ont été utilisés et qui doivent être désinfectés afin d’optimiser les frais de nettoyage. Cette solution aide la direction et les Facility Managers à engager leur responsabilité dans cette phase de transition visant à s’assurer de la conformité des lieux de travail, tout en maintenant les niveaux de sécurité et de confort pour le personnel et les visiteurs. Les informations récoltées permettent également d’appuyer les réflexions autour d’autres possibilités d’occuper l’espace, entre présence au bureau et télétravail.» (…)

Découvrez cet article dans son intégralité dans la prochaine édition de TransforNation Magazine.

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *