Repenser l’entreprise à travers la RPA et l’IA

Le déploiement de technologies comme la RPA ou l’IA au cœur des processus doit être appréhendé à un niveau stratégique. Au-delà des aspects technologiques, il faut adapter l’organisation, la gouvernance. Il est notamment essentiel de repenser le rôle des humains. Leurs capacités, loin d’être menacées, se voient au contraire augmentées par l’introduction de ces digital workers. Pour accompagner leurs clients faces à ces changements, C-Services et AMD group ont choisi d’unir leurs forces et mis en œuvre une approche globale.

David Cindric, Managing Partner – AMD Group / Christophe Cypers, Partner – C-services / Ali Belcaid, Partner – AMD Group

L’accélération des processus grâce aux technologies d’automatisation aujourd’hui disponibles est à l’agenda de beaucoup de grands décideurs IT. Christophe Cypers, associé de C-Services, constate une tendance de fonds autour de ces enjeux. « Le concept de Robot Process Automation (RPA) est sur toutes les lèvres. Il est d’ailleurs aujourd’hui autant galvaudé que le terme Digital, souvent de manière trop généraliste sans une approche globale et dédiée, commente-t-il. « On automatise des processus depuis toujours et l’intelligence artificielle n’est pas un concept nouveau mais porté par l’évolution des technologies et des puissances de calcul il est enthousiasmant de prendre part activement à cette mutation technologique qu’est la robotique/intelligence artificielle ». Dans cette optique, C-Services a choisi de travailler en bonne collaboration avec AMD Group. Cette jeune société, qui réunit des experts ayant chacun à leur actif plus de 20 ans d’expérience dans le domaine de l’IT et du conseil au Luxembourg, s’est spécialisée dans les enjeux de transformation du business au départ de ces technologies disruptives.

Appréhender la transformation à un niveau stratégique

A la tête d’AMD, on retrouve David Cindric, expert des enjeux de gouvernance, de structuration et d’organisation de l’activité en lien avec l’intégration de ces technologies, Ali Belcaid, spécialiste du traitement et de la valorisation de la donnée, et Mirko Teroni, expert dans le domaine de la traçabilité et de la sécurisation de la donnée.

« Aujourd’hui, le premier enjeu reste de permettre aux organisations de gagner en maturité vis-à-vis des nouvelles solutions aujourd’hui à leur portée, assure David Cindric, managing partner d’AMD group. L’intégration des outils robotiques et de l’intelligence artificielle au cœur des processus, bien plus qu’un projet technologique, doit être appréhendée à un niveau stratégique. Ces technologies, en effet, auront un impact sur le métier de l’entreprise. Il faut donc œuvrer avec méthode en prenant en compte les aspects de gouvernance et d’organisation du travail.» AMD met en œuvre une approche globale lui permettant une gestion optimale du changement.

Permettre à l’humain de créer davantage de valeur

Beaucoup de dirigeants sont aujourd’hui séduit par la RPA dans la mesure où, sans être invasive, cette technologie permet de considérablement fluidifier les processus. « La mise en œuvre de robots, sous la forme de petits logiciels qui vont reproduire de nombreuses tâches menées habituellement par des humains, n’implique pas de repenser la chaîne de création de valeur, assure Ali Belcaid, managing partner d’AMD group. Sans s’engager dans des projets risqués et coûteux de refonte des systèmes et des processus, l’entreprise peut donc directement apprécier les gains d’efficacité liés à l’utilisation de ces technologies. »

L’intérêt de substituer un robot à l’humain est évident pour la réalisation de tâches répétitives, ennuyeuses et chronophages, qui n’impliquent pas de recourir à un niveau de réflexion avancé. « Alors que c’est le crainte de beaucoup, la RPA n’a pas vocation à prendre le travail des humains au cœur de l’entreprise mais au contraire à augmenter sa capacité à mener à bien sa mission, poursuit Ali Belcaid. Libéré de nombreuses tâches répétitives, il va pouvoir concentrer ses efforts et aptitudes à la résolution de défis plus complexes, créant davantage de valeur. Il lui appartiendra par exemple de superviser la bonne exécution du processus, en ce compris le bon fonctionnement des robots, avec la volonté d’améliorer le service dans sa globalité. »

Embarquer l’IA au cœur des processus

C-Services et AMD group souhaitent avant tout garantir la réussite ces projets de transformation et les inscrire dans une démarche d’amélioration continue. « En abordant ces défis à un niveau stratégique et en considérant les impacts en matière de gouvernance, on pourra plus facilement envisager comment embarquer l’intelligence artificielle au cœur des processus, assure Ali Belcaid. Il est important de développer une réelle vision ainsi qu’une roadmap permettant de l’élaborer progressivement. » Après la RPA, l’entreprise pourra s’attaquer à des projets de type IPA, pour Intelligence Process Automation. Bien positionné au-dessus des processus, un logiciel d’intelligence artificielle pourra par exemple comprendre le contenu d’un e-mail pour envisager la meilleure manière d’y donner suite. « L’intelligence artificielle peut intervenir là où une décision va dépendre de plusieurs facteurs et est en mesure d’apprendre sous la supervision de l’humain, assure David Cindric. L’intelligence artificielle peut être utilisée à des fins de classification ou encore pour établir des prédictions. Les cas d’usage sont aujourd’hui nombreux. »

Assurer une bonne gestion du changement

AMD group et C-Services abordent les projets d’automatisation en suivant une approche structurée. « Pour faire profiter au mieux l’organisation des opportunités liées à l’intégration de ces technologies, l’idéal est de commencer par un projet au scope bien délimité, facile à mettre en œuvre, qui générera des résultats directement perceptibles par les utilisateurs », explique David Cindric. Forte de cette première expérience, l’entreprise pourra progressivement avancer, en gagnant en maturité, en faisant évoluer son organisation grâce à la technologie. « Nous sommes là pour les accompagner dans la mise en œuvre des solutions mais aussi pour les aider à bien gérer le changement qu’elles induisent. L’intégration des digital workers que sont les robots ou les algorithmes intelligents impliquent notamment de bien penser le place de la technologie et celle de l’humain », poursuit David Cindric. 

La collaboration entre C-Services et AMD group s’étend au-delà de l’accompagnement de clients communs désireux de mettre en œuvre une approche d’optimisation des processus au départ de la RPA et de l’IA. « La mutation technologique va au-delà de la technologie, elle touche l’évolution des comportements, la gestion du changement, voit apparaitre de  nouveaux métiers, de nouvelles compétences…il est primordial de l’adresser dans sa globalité en s’entourant des bons collaborateurs, des bon partenaires et c’est dans cette optique que s’inscrit le partenariat avec AMD GROUP », assure Christophe Cypers.