Retour sur le Luxembourg Software Testing Event 2016

L'événement de l'année dans le domaine du test logiciel et de l'assurance qualité !

L’événement de l’année dans le domaine du test logiciel et de l’assurance qualité !
Le 6 octobre dernier, la communauté des testeurs et des professionnels désireux de mieux intégrer la qualité logicielle dans leurs projets de développement, s’était donnée rendez-vous au Forum Da Vinci à l’occasion de la deuxième édition du Luxembourg Software Testing Event, à l’initiative de q-leap, société spécialisée dans le testing et l’assurance qualité logicielle à Luxembourg. Par ITnation

L’événement a rassemblé plus d’une centaine de personnes – testeurs, ingénieurs, développeurs, project managers, IT Manager ou encore CEO venus de plus d’une cinquantaine de sociétés différentes. L’intérêt croissant pour cette manifestation témoigne de l’importance qu’ont pris les tests et la qualité logicielle dans les organisations IT en 2016. Les tests logiciels sont devenus incontournables et la qualité des logiciels n’est plus une option tant la concurrence des produits et des services est grande.

Des tests, il en existe de nombreux, comme l’a rappelé Sylvain Perez, CEO de q-leap en guise d’introduction à cet événement. « On peut évoquer les tests unitaires, les tests fonctionnels, les tests de sécurité ou d’utilisabilité. Aujourd’hui, selon les besoins, chacun a son importance pour garantir la qualité du développement, de son fonctionnement et l’adoption d’une solution par l’utilisateur », précisait-t-il. L’événement a donc choisi d’évoquer quelques défis spécifiques en la matière, permettant à l’audience de mieux appréhender les enjeux qui sont aujourd’hui au coeur de la transformation digitale.

Le bon et le mauvais testeur

« La question n’est plus de se demander pourquoi il faut tester, mais comment, poursuit Virginie Messe. Répondre à ces questions exige de prendre en considération la nature de la solution informatique, le contexte dans lequel elle s’inscrit ainsi que les risques. Le bon testeur sait qu’il est vain de vouloir tout tester, que plus un bug est identifié tôt, moins il coûte cher à corriger.  En ayant conscience de ces enjeux, le responsable qualité d’un projet peut définir une stratégie de test adaptée et mieux allouer les ressources disponibles à sa mise en œuvre. » Il y a encore quelques années, la valeur de la fonction de testeur au niveau d’un projet de développement IT n’apparaissait pas comme évidente aux yeux de la plupart des gens. Virginie Messe, qui exerce ce métier depuis 15 ans, se rappelle encore de l’expression de ses interlocuteurs à qui elle tentait d’expliquer en quoi consistait son travail. Aujourd’hui directrice des services Banque et Finance au sein de Hamlet Consulting, elle constate que les choses ont bien évolués. Désormais, l’importance du testeur est mieux perçue par un nombre croissant d’acteurs, même s’il y a encore beaucoup à dire à ce sujet. « La plupart des acteurs comprend pourquoi il est important de tester mais également les risques à ne pas tester. Pour que nos applications ne saturent pas avec une montée en charge du trafic, pour éviter toute erreur fatale au cours d’une opération ou qu’une navette spatiale explose au décollage, il faut s’assurer que tous les composants essentiels à la solution fonctionnent avant une mise en production».

Tester sur un ensemble d’appareils hétérogènes

Julien Desmulier, QA & Testing services manager chez q-leap, a pour sa part évoqué les difficultés aujourd’hui rencontrées en matière de tests d’application mobiles. « Les développeurs doivent prendre en considération de nombreux environnements mobiles distincts et s’assurer de la performance de leurs applications, natives ou web, sur une grande diversité d’appareils, basés sur différents systèmes d’exploitation et navigateurs…, explique-t-il. Quand on sait que 70% des utilisateurs suppriment une app qui présente des problèmes dès la première utilisation, on comprend l’importance de pouvoir la tester sur une large variété d’environnements, idéalement sur 15 terminaux différents. » Le manager de q-leap a donc présenté une solution qui permet aux équipes de développement de tester en ligne leurs applications sur une large diversité de terminaux physiques sans avoir à investir dans l’achat de ces terminaux. « Grace à ce genre de solutions, les testeurs peuvent accéder à des milliers d’appareils mis à disposition à travers le monde afin de pouvoir tester leurs solutions. »

Tests en sécurité : garder une approche manuelle

Un autre enjeu, dans un contexte de transformation digitale de l’économie, réside dans la cybersécurité. Aujourd’hui, veiller à la protection de ses systèmes nécessite d’en tester la sécurité en continu, afin de détecter les bugs, à travers lesquels les cybercriminels parviendront à se frayer un chemin et exploiter les données et les services. « Plus on limite le nombre de bugs, plus on réduit les scénarios d’attaques possibles », rappelle Martin Grandcolas, Intrusion Department’s Team Leader au sein d’Excellium. Si l’on peut automatiser une partie des tests de pénétration, il est bon de préciser qu’en la matière, il est difficile de se passer d’une approche manuelle. « A travers l’automatisation des tests, on peut évaluer ce qui est connu. Pour les vulnérabilités récentes, cependant, c’est autre chose. La sécurité doit être agile. Plus on sera capable de détecter rapidement les vulnérabilités des applications, plus la solution et ses services seront sécurisées. » Mettre en place des procédures de tests automatisées prend du temps. Un temps dont les responsables sécurité ne disposent plus à une époque où l’on détecte plus de 16.000 nouvelles vulnérabilités par an. « Il faut donc, au départ d’une intelligence humaine, mettre en œuvre des stratégies adaptées, en recourant à plusieurs types de tests et en prenant en considération les risques encourus. Désormais, il est donc essentiel d’intégrer des tests de sécurité au cœur même du cycle de développement, afin de détecter les failles le plus tôt possible. »

Le test automatisé au service de la livraison continue

Enfin, dernier orateur à prendre la parole lors de cet événement, Oswald De Riemaecker, co-fondateur de Continuous SA, a évoqué la culture DevOps et des pratiques comme le Test Driven Development et le Behavior Driven Development dans la mise en œuvre d’une approche continue d’intégration et de déploiement. « Dans ce contexte, il est essentiel de pouvoir automatiser ses tests pour gagner du temps. Ainsi, vous pourrez inscrire vos applications dans un cycle de développement continu, en vous assurant un niveau de qualité tout le long du cycle de vie applicatif et dans un environnement de type Cloud », explique-t-il. La mise en œuvre de telles approches doit permettre à des sociétés bien établies de pouvoir innover à la vitesse d’une start-up.

Rencontrer d’autres experts

En un peu moins de 2 heures, le Luxembourg Software Testing Event, a brossé quelques enjeux clés d’une démarche qualité au cœur des projets digitaux. « On sent une évolution forte des tendances, en la matière, une vraie prise de conscience de l’opportunité de mieux intégrer le test et la qualité au cœur des démarches de développement », explique Emmanuel Loffet, Business application manager au sein de Catella Bank. Avec ses collègues, il a rejoint l’événement, pour partager son expérience avec d’autres personnes soucieuses de contribuer à l’amélioration de la qualité au niveau de leurs projets IT. « Nous sommes heureux de pouvoir rencontrer d’autres acteurs, qui partagent les mêmes préoccupations que nous. Au sein de notre organisation, les moyens en la matière ont considérablement augmenté ces derniers mois. Dans un secteur qui évolue fortement, il faut pouvoir proposer des adaptations régulières, en garantissant la qualité des délivrables. Dans ce contexte, l’équipe qualité de la banque grandit, pour nous permettre d’aller plus vite. Sans cela, nous aurions beaucoup plus de difficultés à avancer. »

Le succès croissant rencontré par le Luxembourg Software Testing Event est la preuve d’un intérêt toujours plus grandissant des acteurs du Software Testing au Grand-Duché de se rencontrer et d’échanger sur les dernières tendances dans le domaine.

Toute l’équipe de q-leap annonce déjà sa 3e édition qui se tiendra courant du mois d’octobre 2017.

Pour toutes informations relatives à cet événement, vous pouvez contacter l’équipe q-leap à contact@q-leap.eu

About q-leap

q-leap is specialised in software quality assurance and testing solutions. Our services are shaped to support project managers, developers, testers and operation teams with the aim to deliver high-quality applications across web, mobile, enterprise and IoT platforms.

Discover more about q-leap at www.q-leap.eu or contact us at twitter @qleap_sa or linkedin