SharePoint et le défi du positionnement Cloud-Hybride-On-Premise

Avec la stratégie cloud de Microsoft, les utilisateurs de SharePoint peuvent se poser un ensemble de questions sur la pérennité de l’offre On-Premise, sur l’évolution de la plateforme à moyen/long terme, sur l’architecture à mettre en place… Pour faire les bons choix il est important de comprendre le champ des possibilités.

SharePoint est aujourd’hui une des plateformes de collaboration largement plébiscitée dans les entreprises. Ses nombreuses fonctionnalités assorties d’innombrables possibilités de personnalisation permettent de répondre aux besoins variés rencontrés par les organisations. C-Services travaille et promeut la plateforme depuis plus de dix ans maintenant. Actuellement, l’entreprise continue d’accompagner les acteurs luxembourgeois ayant recours à la plateforme, en tenant compte de la stratégie cloud adoptée par son éditeur. « La stratégie de Microsoft est de favoriser un usage en ligne de sa plateforme SharePoint, commente Mathieu Grétry, directeur technique au sein de C-Services. Désormais, les nouvelles fonctionnalités sont d’abord développées pour SharePoint Online, avant d’être déclinées plus tard sur les versions On-Premise. Ça ne veut pas dire qu’il faut oublier l’offre On-Premise mais il faut comprendre les spécificités des différentes offres, y intégrer les contraintes des clients et du territoire luxembourgeois et réfléchir à une architecture adaptée sur base de ces différents paramètres »  

Rénald Nollet, Directeur Technique –
C-Services

Réfléchir à une architecture flexible

« Afin de garder une compatibilité On-Premise et Cloud, nous déconseillons à nos clients d’entreprendre des développements au cœur même de SharePoint », poursuit Rénald Nollet, directeur technique au sein de C-Services. La plateforme collaborative de Microsoft, en effet, a longtemps été considérée comme une base malléable permettant aux organisations de répondre à un grand nombre de défis. « C’est bien simple, on pouvait tout faire au départ de la plateforme. Au-delà de l’utilisation des fonctionnalités de base, beaucoup d’acteurs ont effectué d’importants projets de développement directement sur SharePoint pour répondre à divers besoins du métier, précise Mathieu Grétry. Cela fait des années que nous déconseillons de développer de cette manière car ça représente un risque en cas de migration, particulièrement lors d’une migration On-Premise à Cloud. »

Placer ses fonctions métier en dehors

C-Services recommande donc depuis plusieurs années à ses clients de développer leurs applications « métier » en dehors de la plateforme. « L’idée n’est plus d’intégrer les outils et fonctionnalités propres à l’entreprise directement au niveau du serveur applicatif mais bien de mieux les interfacer avec la plateforme. Les outils de l’entreprise deviennent des consommateurs de données localisées dans SharePoint. Les applications seront évidemment toujours dépendantes de SharePoint puisqu’elles dépendent de ses services mais elles ne sont plus intégrées dans la plateforme, que cette plateforme soit déployée On-Premise ou dans cloud », explique Rénald Nollet. « C’est un modèle qui permet aux organisations de s’assurer une architecture pérenne », confirme Mathieu Grétry.

Mieux intégrer les outils

Toutefois, les options de paramétrages native de SharePoint offrent beaucoup de flexibilité. « Il est possible de réellement configurer la plateforme à l’image de sa société. On peut, par exemple, facilement déployer un intranet intégrant les couleurs et le branding de l’entreprise, en veillant à proposer une expérience utilisateur sur mesure, précise Rénald Nollet. A côté de cela, Microsoft propose un large éventail d’applications, hébergées dans le cloud, qui peuvent être directement interfacées avec SharePoint. »

L’éditeur américain peut, de cette manière, ardemment inciter ses clients à évoluer vers des environnements toujours plus hybrides.

Mathieu Grétry, Directeur Technique – C-Services

Bonne gouvernance

« Nous avons développé au sein de C-Services une maîtrise de la technologie, en collant au plus près aux évolutions de Microsoft, qui nous offre désormais un recul et une vue globale nous permettant de définir une gouvernance appropriée suivant la configuration des différents projets », assure Mathieu Grétry.

Régulièrement, les experts SharePoint de C-Services sont formés. Chaque année, quelques membres de l’équipe se rendent aux conférences majeures SharePoint. Là, ils peuvent avoir un aperçu des futurs développements, six mois à un an à l’avance, et acquérir les nouvelles bonnes pratiques. « Un des enjeux, quelle que soit l’architecture, réside dans la mise en place d’une bonne gouvernance liée à l’utilisation de l’ensemble de ces outils. SharePoint constitue le plus souvent un des socles de l’écosystème applicatif que l’on va mettre en place, souligne Rénald Nollet. Pour garantir une utilisation efficiente, nous accompagnons aussi l’utilisateur dans une utilisation optimale et sécurisée, en tenant compte des enjeux réglementaires, comme GDPR par exemple. »