Les start-ups soutiennent notre développement 

Daniele Pagani, CIO Flat Products Europe d’Arcelor Mittal, évoque les opportunités pour les acteurs établis de développer des collaborations avec les start-ups, afin d’innover.

daniele paganiDaniele Pagani, CIO Flat Products Europe d’Arcelor Mittal, évoque les opportunités pour les acteurs établis de développer des collaborations avec les start-ups, afin d’innover. Par Sebastien Lambotte pour l’édition du magazine ITnation de Juillet 2016

Comment, en tant que CIO, envisagez-vous des collaborations avec les start-ups ?

« Nous regardons de plus en plus les opportunités qui peuvent émaner d’acteurs innovants et qui sont susceptibles de nous aider dans nos développements. On ne peut évidemment pas comparer la situation du secteur industriel dans lequel nous évoluons à l’effervescence constatée dans le secteur financier, avec  l’enthousiasme généré par les FinTechs. Cela dit, nous développons plusieurs initiatives en collaboration avec des jeunes acteurs innovants. Par exemple, pour répondre à notre objectif prioritaire d’amélioration de la sécurité sur nos sites de production, nous avons mis en œuvre une solution de casques connectés, permettant de détecter ou d’éviter des collisions. Nous travaillons aussi avec des start-ups pour répondre à des problématiques d’ordre commercial dans un marché complexe, nous travaillons donc de plus en plus avec des start-ups, et sommes ouverts aux solutions qu’elles ont à nous proposer.

En quoi les start-ups vous aident-elles à innover ?

Le développement de relation avec des jeunes acteurs technologiques constitue désormais un moteur de l’innovation au sein de structures comme la nôtre. Si par le passé l’innovation était principalement nourrie par les grands providers IT, on se rend compte que leur influence a tendance à décroitre. A côté de cela, des acteurs innovants, avec des solutions cloud based, peuvent facilement et plus rapidement répondre à nos besoins. Nous en avons fait l’expérience alors que nous recherchions une solution dédiée à la gestion de nos actifs immobiliers. C’est finalement une petite société qui a su nous fournir la solution la plus appropriée.

Quelles sont les clés d’une relation de qualité entre une start-up et un groupe comme le vôtre ?

La relation que l’on peut entretenir avec les start-ups, cependant, s’envisage différemment de celles que nous  avons avec les grands providers. Avec une start-up, il faut aller plus directement à la conclusion d’un accord. Une bonne manière de faire est de rapidement mettre en place des projets pilotes, permettant d’évaluer sans investir énormément la pertinence de la solution. C’est une approche qui, généralement, fonctionne bien. Dans une logique de partenariat, elle nous permet d’évaluer rapidement une solution sans investir de manière conséquente en temps ou en argent. D’autre part, elle répond aux attentes de la start-up qui, au-delà des revenus qu’elle peut générer, recherche aussi des références de qualité pour son produit ou service.