Le Technoport, reconnu parmi les meilleurs incubateurs d’Europe

La semaine dernière, le Technoport était primé à Toronto dans le cadre du World Incubation Summit. UBI Global, dont la mission est d’évaluer des programmes d’incubation d’entreprise à travers le monde, lui a octroyé le titre de « Top Challenger Europe». Une belle reconnaissance pour l’incubateur luxembourgeois, dirigé par Diego De Biasio. Qui entend bien ne pas s’arrêter là.

Diego De Biasio, CEO – Technoport

 Diego, pouvez-vous nous expliquer ce qu’il y a derrière le titre que vous a décerné UBI Global la semaine dernière ?

UBI Global est une société de conseil suédoise créée en 2013 et spécialisée dans l’évaluation et la cartographie de programmes d’incubation à travers le monde. Elle réalise une étude de benchmark tous les deux ans pour des programmes d’incubation qui ont des liens avec des universités. Ces liens peuvent être de type gouvernance, structurels ou bien de simple collaborations stratégiques. Nous tombons dans cette dernière catégorie. Au jour d’aujourd’hui UBI Global a évalué plus de 800 programmes dans plus de 70 pays.

Il y a différentes catégories qui ont été primées à Toronto cette année – nous avons été reconnus comme « Top Challenger Europe ». Pour vous donner une idée 1370 programmes ont été identifiés, 822 ont été jugés éligibles, 435 ont participé au classement de cette année et 259 ont été retenus dans le lot final.

Un classement n’est bien entendu qu’une photo à un instant T et peut tout à fait être questionné ou remis en cause. Le mérite de UBI Global est qu’ils ont établi un cadre très structuré à leur analyse. L’étude explore 7 rubriques différentes qui vont de l’impact du programme sur l’écosystème jusqu’à l’analyse de son attractivité et son impact post-incubation en passant par le développement de compétences, l’accès à des réseaux ou encore à des sources de financement pour n’en citer que certaines. Toutes ces rubriques sont pondérées pour donner une certaine homogénéité à la comparaison géographiques de ces programmes. Et il ne s’agit pas de juste remplir un questionnaire car les analystes font un contrôle à postériori de certaines réponses fournies pour en vérifier l’exactitude. 

En quoi est-ce important pour le Technoport de participer à de telles études ?

Le métier d’incubation d’entreprises d’il y a dix ans n’était pas le même qu’aujourd’hui. C’est un métier en constante mutation. Pour nous il est donc primordial de pouvoir se confronter à des homologues étrangers pour découvrir quels programmes et initiatives ils ont testés ou implémentés dans leurs écosystèmes réciproques et d’en comprendre les impacts et leçons tirées. Ça fait partie d’un processus d’apprentissage continu pour nous. De telles études nous permettent en outre de recevoir une analyse externe détaillée qui met en avant nos points forts mais aussi les leviers d’amélioration possible. On peut dès lors s’inspirer d’autres programmes pour notre futur développement tout en visant plus haut lors du prochain classement.

Qu’est-ce que cette reconnaissance représente pour vous ?

Le fait qu’on ait reçu cette reconnaissance nous réconforte dans le travail effectué et les choix que nous avons entrepris dans le passé. Cela nous montre aussi que le Technoport peut très bien tenir la confrontation avec des programmes étrangers non pas qu’au niveau du contenu des services proposés mais aussi au niveau de son impact économique/social.

Cette reconnaissance engendre bien entendu aussi des retombées marketing, participe à la reconnaissance internationale de notre structure et au renforcement de sa crédibilité. C’est important pour nos partenaires, sponsors et indirectement pour les start-ups que nous accompagnons.

C’est la troisième fois que nous y participons et nous avons à chaque fois été primés ou reconnus pour nos résultats et j’espère que nous pourrons continuer à améliorer nos résultats dans le futur.