Transformer les systèmes bancaires : un enjeu technique et humain

Afin d’aider la banque à mieux relever les défis de demain, Bart Van Mulders a créé Askja. Cette jeune structure, au-delà de l’expertise informatique lui permettant d’accompagner les projets complexes, appréhende le changement à l’échelle de l’organisation. « Pour mener à bien des projets de transformation des systèmes bancaires, il est essentiel de parvenir à mobiliser les énergies, de faciliter la collaboration au cœur des équipes, en veillant notamment au bonheur et à l’épanouissement de chacun », commente Bart Van Mulders.

Bart Van Mulders, Fondateur – Askja

Au Luxembourg, Bart Van Mulders aura déjà bien roulé sa bosse. L’homme accompagne les acteurs bancaires dans la gestion de leur informatique depuis plus de 20 ans. Au cours de cette carrière, il a notamment eu l’occasion de mener à bien plusieurs projets délicats de transformation ou de migration. Mieux qui quiconque, il sait combien ces projets peuvent être complexes, longs, risqués. Il a aussi pu identifier, au fil des années, les ingrédients qui mènent à la réussite de tels chantiers. Il y a quelques mois, en lançant sa propre structure, baptisée « Askja – Banking Systems Expert », son objectif était de partager avec le plus grand nombre cette expertise unique.

Mieux envisager l’avenir à travers le changement

« Les acteurs bancaires sont aujourd’hui confrontés à des défis très importants. Ils doivent gagner en agilité, faire évoluer leurs systèmes beaucoup plus rapidement que par le passé. La concurrence se fait plus intense avec l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs, de nouvelles solutions digitales qu’il faut pouvoir intégrer toujours plus vite, explique Bart Van Mulders. A cette fin, les systèmes bancaires, qui constituent souvent le cœur de la banque, doivent évoluer, parvenir à se transformer sans mettre à mal la bonne tenue des opérations. » Les acteurs bancaires savent combien cela peut s’avérer compliqué. Beaucoup freinent des quatre fers à l’idée de s’engager dans un projet de transformation complexe, long, risqué et extrêmement couteux. Dans le même temps, ces banques se rendent compte que de tels projets sont nécessaires et qu’elles ne pourront pas repousser éternellement l’échéance. « Nous sommes là pour les aider à mieux envisager l’avenir à travers le changement, commente Bart Van Mulders. Il s’agit d’aider les équipes informatiques à mieux appréhender les défis de demain dans leur globalité, en partant de la vision stratégique de la banque, pour mieux mettre en œuvre les transformations qui s’imposent tant au niveau des systèmes que des équipes. »

Un enjeu technique et humain

Car, aux yeux d’Askja, l’enjeu ne se limite pas à l’expertise informatique nécessaire pour mener à bien des projets. Elle est une condition nécessaire mais pas suffisante. La réussite de projets complexes exige l’adhésion des équipes en charge de le mener à bien, un enthousiasme réel des collaborateurs à s’engager dans un projet d’avenir et une bonne gestion des énergies. « Ce sont les équipes qui seront déterminantes dans la réussite d’un projet de transformation des systèmes bancaires, qui peuvent parfois s’étendre sur plusieurs mois. Il faut pouvoir garantir une collaboration optimale entre les personnes impliquées, mobiliser les équipes au-delà du département informatique, veiller à l’épanouissement des collaborateurs tout au long du projet… Ces enjeux sont vraiment cruciaux », explique Bart Van Mulders.

Bien dans ses baskets

Aussi, Askja met en place des approches innovantes, intégrant la dimension technique tout en travaillant sur l’humain. « A côté des systèmes, il est aujourd’hui nécessaire de faire évoluer l’organisation et la dynamique d’équipe, à l’échelle du département informatique et au-delà. C’est tout un état d’esprit, une dynamique collective à mettre en place. Il est nécessaire de pouvoir appréhender l’avenir avec enthousiasme, tous ensemble. Du côté du management, il faut veiller à ce que chacun soit épanoui dans son travail, plus à l’aise face aux défis d’avenir… En d’autres termes, bien dans ses baskets. »

Envisager le changement avec enthousiasme

Car, plus que les systèmes informatiques, c’est l’entreprise qui doit gagner en flexibilité. Or, c’est bien connu, la nature humaine est plutôt réfractaire au changement. Face à lui, chacun trouvera plus confortable l’idée de maintenir une certaine  la routine. « Il est donc nécessaire de travailler sur la culture d’entreprise, de faire évoluer les mentalités et les attitudes. Dans un esprit de collaboration, il faut s’inscrire dans une démarche davantage tournée vers l’avenir, en prenant conscience, comme l’affirmait déjà Héraclite, que rien n’est permanent, sauf le changement », précise Bart Van Mulders. Accepter cela permet déjà d’envisager demain avec plus d’enthousiasme.

Se transformer, encore et encore

« Et l’IT a un rôle clé à jouer dans cette perspective. En étant davantage ouverts sur la nouveauté, en explorant de nouveaux horizons, ceux qui veillent sur les systèmes, en collaboration avec le management de la banque, peuvent mieux inviter l’ensemble des collaborateurs et des partenaires dans la voie du changement, poursuit le dirigeant d’Askja. C’est de cette manière que l’on peut développer une réelle capacité à se repenser et à se transformer encore et encore. »

Aucun commentaire pour le moment.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *