Une époque d’opportunités par l’automatisation

Ce mercredi 12 décembre, plus de 100 participants se sont réunis à la LHofT pour une expérience immersive lors de l’édition annuelle de la conférence Disrupter or Disrupted de Deloitte.

Pascal Martino, Banking & Digital Leader – Deloitte Luxembourg

Rappelant l’importance de s’intégrer à l’ère numérique et de saisir les opportunités à venir, cette conférence a accueilli une série d’intervenants passionnés par la disruption, parmi lesquels : Anita Schjøll Brede, fondatrice d’Iris.AI ; David Duan, DeepBlue AI ; Kris Verburgh, Singularity; et Tom Chatfield, écrivain et philosophe de la technologie. Chacun de ces experts a partagé des connaissances précieuses dans son domaine d’expertise, de l’avenir de l’IA dans la médecine aux meilleures pratiques à l’ère de l’automatisation.

Découvrant chaque sujet avec curiosité et réflexion, le public a été encouragé à réfléchir aux conséquences sociétales, environnementales et économiques possibles de ces nouvelles technologies. Après chaque présentation, la parole était donnée au public qui a pu poser des questions et exprimer ses doutes, évoquant le scepticisme envers l’intelligence artificielle et les craintes en matière de protection des données, de pertes d’emplois, etc. Cet échange ouvert et approfondi a mis en lumière les raisons qui font que certains hésitent tandis que d’autres sont prêts à accueillir ce changement avec enthousiasme.

Rompre avec la tradition

Cette conférence a présenté l’automatisation comme un développement favorable pour les entreprises de l’avenir, et indiqué clairement que le secteur financier n’y faisait pas exception. Selon les intervenants, la question n’est pas de savoir quand, mais plutôt comment gérer au mieux cette transition.

« De nombreux secteurs ont encore un long chemin à parcourir pour adopter les nouvelles technologies.Les dirigeants d’entreprises et les professionnels doivent être prêts à relever ce défi au cours des années à venir. Fuir ces avancées technologiques ne profiterait à personne. Nous devons déterminer comment les adopter au mieux tout en restant conscients des intérêts particuliers de chaque secteur de l’économie », a expliqué Pascal Martino, Banking and Digital Leader chez Deloitte Luxembourg. « Comme l’un de nos intervenants, Tom Chatfield, l’a évoqué avec force, nous devons adopter l’intelligence artificielle, et non la bêtise artificielle.Chaque relation technologique est définie par notre mode d’interaction avec l’appareil. Nous ne devons pas adopter une attitude d’opposition, mais créer une alliance équilibrée et bénéfique », a-t-il poursuivi.