Zoom sur : Individuum

Rencontre avec Michel Hoffmann co-fondateur de la plateforme de recrutement luxembourgeoise Individuum. Il revient pour nous sur les débuts de la start-up, sa vie d’étudiant-patron, les produits et services proposés par la plateforme, ses relations avec les investisseurs et les échéances pour 2014.

Rencontre avec Michel Hoffmann co-fondateur de la plateforme de recrutement luxembourgeoise Individuum. Il revient pour nous sur les débuts de la start-up, sa vie d’étudiant-patron, les produits et services proposés par la plateforme, ses relations avec les investisseurs et les échéances pour 2014.

Vous avez fondé Individuum en 2012 avec deux associés. Comment est née l’idée ?

[…] nous avions envie de faire bouger les choses.

Je tiens tout d’abord à préciser que nous étions cinq au début de l’aventure mais l’équipe a depuis changé. Individuum est aujourd’hui gérée par Samuel Faber, Afshin Moayed et moi-même.

L’idée est venue d’une observation qui, de prime abord, semblait banale. L’Université Catholique de Louvain publiait des magazines contenant les CV des étudiants en Master et les distribuait aux entreprises. Notre idée était de faire quelque chose de similaire au Luxembourg. Étant nous-mêmes étudiants, nous avons vécu et observé les nombreuses difficultés qu’un étudiant peut rencontrer dans la recherche d’un emploi ou d’un stage et nous avions envie de faire bouger les choses. Samuel nous a tous motivé à appliquer directement ce modèle au web et au digital, et c’est à partir de là que l’aventure Individuum a débuté.

Vous êtes tous les 3 à la fois étudiants et patrons, comment gérez-vous cela au quotidien ?

[…] cela nous impose une grande discipline, des sacrifices personnels sur notre vie privée et étudiante.

C’est un challenge supplémentaire, surtout pour une start-up comme la nôtre. Nous investissons beaucoup de notre temps et d’énergie dans l’organisation et la coordination au sein de notre société. Ce n’est pas facile tous les jours, et cela nous impose une grande discipline, des sacrifices personnels sur notre vie privée et étudiante. Nous continuons néanmoins à donner le meilleur de nous-mêmes pour la société et notre parcours académique. Pour être franc c’est la meilleure initiation professionnelle que nous pouvions rêver d’avoir et nous accumulons une grande expérience de l’entrepreneuriat jour après jour, savoir qui ne nous est enseigné ni à l’école, ni au lycée et très rarement voire trop peu à l’université. Nous avons ainsi le sentiment de nous améliorer tous les jours que ce soit pour Individuum ou nos études.

Quels sont vos rôles respectifs, et comment vous répartissez-vous les tâches ?

[…] pour ce qui est des prises de décisions, nous avons instauré un système de consultation qui nous oblige à les prendre collectivement.

Notre mode de fonctionnement est très fortement inspiré du triumvirat à la romaine. Chacun d’entre nous a des forces et qualités différentes. Nous nous employons à les appliquer à notre organisation et à tirer le maximum de nos profils respectifs. Samuel est étudiant en master de gestion à Paris, Afshin finit sa licence en sociologie à Londres, et pour ma part je passe mon bac à Diekirch cette année. Certains rôles et certaines tâches, comme moi pour la partie informatique, ont naturellement été réparties entre nous. Nos présences dans différents lieux géographiques nous ont également donné la possibilité de plus facilement organiser la présentation d’Individuum au grand public. Et pour ce qui est des prises de décisions, nous avons instauré un système de consultation qui nous oblige à les prendre collectivement.

De gauche à droite sur la photo : Samuel Faber, Michel Hoffmann et Afshin Moayed

Un article de Charles-Louis Machuron

Lire la suite sur siliconluxembourg.lu